Getty Images

Avec Paul, Houston est le plus sérieux concurrent de Golden State

Avec Paul, Houston est le plus sérieux concurrent de Golden State

Le 14/12/2017 à 07:32

NBA – Portés par un excellent Chris Paul (31 points), les Rockets ont décroché leur onzième victoire de suite en venant à bout des Hornets cette nuit. Forts en défense, extraordinaires en attaque, les Texans ont trouvé les recettes pour s’affirmer comme la meilleure équipe de la saison régulière.

Le joueur : Chris Paul donne une autre dimension aux Rockets

James Harden l’a déjà clamé haut et fort : cette année, il vise le titre NBA et rien d’autre. Chris Paul, son lieutenant de luxe, n’osera peut-être pas tenir le même discours. Ce n’est pas qu’il ne croit pas aux chances de son équipe. Ni même qu’il manque d’ambition. La star sait juste mieux que quiconque que gagner en décembre ne signifie pas grand-chose. C’est en avril, en mai puis en juin, pendant les playoffs, qu’il faut briller. CP3 n’est jamais allé aussi loin. Il a beau être le meneur les plus complet et le plus talentueux de sa génération, il n’a jamais passé le second tour.

Mais les Rockets ont des raisons légitimes pour viser haut, très haut, cette saison. Ce n’est pas tant la victoire de cette nuit qui le prouve – un succès acquis finalement assez facilement contre Charlotte (108-96) – mais bien le niveau de jeu affiché depuis plusieurs semaines. L’équipe de Mike D’Antoni pratique un basket total. Et le coach dispose de nombreuses options tactiques à sa disposition pour dominer son adversaire en toutes circonstances.

Cette nuit, la victoire s’est articulée autour de Paul. Il a compilé 31 points, 7 rebonds et 11 passes. Il a pris les commandes de l’attaque quand James Harden a pris place sur le banc. Entouré des remplaçants habituels des Rockets, CP3 a soudainement fait exploser les seconds couteaux adverses. Ensemble, ils ont passé un 14-0 dévastateur en à peine deux minutes à la fin du premier quart temps. Avec 9 points de Paul. Les Hornets ne s’en sont pas vraiment remis. Dwight Howard (26 pts, 18 rbds) et ses partenaires ont tout tenté dans le dernier quart mais James Harden, maladroit cette nuit, les a tenu à distance en inscrivant quelques paniers importants.

Alors, évidemment, battre Charlotte, Portland ou Minnesota n’a rien à voir avec une victoire contre Golden State. Pour battre les Warriors au printemps, il faudra être plus que costaud. Il faudra presque atteindre la perfection. Houston n’y est pas encore. Mais ce groupe a quelques arguments. D’Antoni a récemment tenté un cinq avec Harden et Paul, entourés de trois ailiers. Sans aucun vrai intérieur ! Ils ont fait des ravages à chaque fois.

Cette équipe atypique est susceptible de lutter avec le “cinq de la mort” (surnom donné à l’association de Stephen Curry, Klay Thompson, Kevin Durant, Andre Iguodala et Draymond Green) des Warriors. De là à l’emporter sur une série de sept matches… c’est une autre histoire. Mais les Rockets ont les armes pour résister. Plus que n’importe quelle équipe. Peut-être même plus que Cleveland, même si la présence de LeBron James fait réfléchir. Pour Paul, c’est déjà la promesse d’une petite victoire : l’espoir de jouer les finales de Conférence au moins une fois dans sa carrière.

Le match : Paul George revient à Indiana et repart avec la victoire

Le public de l’Indiana n’a pas du tout pardonné à Paul George la façon dont la superstar a quitté les Pacers en juillet dernier. Transféré après avoir clairement indiqué qu’il voulait partir, l’ailier effectuait son retour dans la salle de ses premiers exploits cette nuit. Et l’accueil fut… glacial. "Traitre" ou "soft" pouvait-on lire sur les pancartes. PG a été hué et sifflé à chaque fois qu’il touchait le ballon. Parfois même par des supporteurs qui portaient pourtant son ancien maillot. Dans cet atmosphère tendue, le néo-joueur d’Oklahoma City a été particulièrement maladroit (3/14) aux tirs.

Mais sa défense sur Victor Oladipo (19 pts à 9/26) – nouveau boss des Pacers, récupéré au Thunder dans le cadre du transfert de George – et ses lancers décisifs à dix secondes de la sirène ont permis à son équipe de repartir avec la victoire. Le vrai sauveur de la soirée reste quand même Steven Adams. Le pivot a encore été impeccable, comme à chaque fois que son équipe ne le cantonne pas à un rôle de pion en attaque. Il a inscrit 23 points à 11/16 et il a aussi capté 13 rebonds. Une performance décisive. De quoi calmer le public local. Et permettre à Paul George de repartir d’Indianapolis avec le sourire.

Plus personne n’arrête les Bulls !

Quatrième victoire de suite pour Chicago. Les taureaux ont fait tomber le Jazz malgré les 32 points du rookie Donovan Mitchell cette nuit. Un succès auquel Nikola Mirotic a encore fortement contribué. Titulaire en l’absence de Lauri Markkanen (blessé au dos), l’Espagnol a compilé 29 points et 9 rebonds. Les Bulls l’ont donc emporté dans son sillage. Ils n’ont d’ailleurs toujours pas perdu depuis le retour de l’intérieur : quatre matches et donc quatre victoires.

Tous les scores

Pacers – Thunder : 95-100
Magic – Clippers : 95-106
Wizards – Grizzlies : 93-87
Celtics – Nuggets : 124-118
Heat – Trail Blazers : 95-102
Bulls – Jazz : 103-100
Pelicans – Bucks : 115-108
Suns – Raptors : 109-115
Rockets – Hornets : 108-96

0
0