Getty Images

DeMar DeRozan : après la dépression, le carton

DeRozan : après la dépression, le carton

Le 08/03/2018 à 06:59Mis à jour Le 08/03/2018 à 08:29

NBA – DeMar DeRozan a avoué récemment qu’il souffrait d’anxiété chronique. Cette nuit, l’arrière All-Star des Raptors a mis tous ses problèmes de côté pour achever les Pistons en inscrivant 42 points pour une victoire après prolongation (121-119).

Le joueur : DeMar DeRozan qualifie Toronto

Avec la victoire décrochée à Detroit, la franchise canadienne est la première à valider officiellement son ticket pour les playoffs. Les Raptors sont toujours en tête de la Conférence Est et, sauf surprise, ils devraient garder cette première place jusqu’à la fin de la saison régulière. Pour s’imposer cette nuit, Toronto s’est encore appuyé sur la même recette : un banc très efficace, une bonne circulation de balle et un DeMar DeRozan étincelant. Ce dernier a d’ailleurs inscrit 42 points dont un énorme – c’est un euphémisme – dunk pour repasser devant dans les derniers instants du temps réglementaire.

Le natif de Compton réalise la meilleure campagne chez les pros sur le plan collectif. Il marque un peu moins que l’an passé (24 points contre 27) mais il distribue plus de passes (5 cette saison, record en carrière). Surtout, il a enfin un impact bien plus important sur le jeu. Au-delà des stats. Il fait gagner. Comme cette nuit contre Detroit. DeRozan a propulsé les siens en attaquant le cercle et en ressortant les ballons (6 passes). Kyle Lowry (15 points, 15 passes), Norman Powell (17 pts) et Jonas Valanciunas (14 pts, 11 rbds) en ont tous profité. Fred VanVleet a lui inscrit le panier pour la gagne.

DeRozan est devenu un vrai leader. A Toronto, mais pas seulement. En effet, l’arrière All-Star est désormais une source d’inspiration pour ceux qui souffrent de dépression – qu’ils soient athlètes pros ou non. Il a été l’un des rares à briser la glace et à oser avouer ce qui est souvent perçu comme une faiblesse dans un tel milieu. Kevin Love a suivi le pas, sous l’influence de son confrère. Un succès encore plus grand que ceux qu’ils accumulent sur les terrains de basket.

Le match : Un chef d’œuvre de LeBron James

La rencontre entre Denver et Cleveland était sans doute l’une des plus belles de la soirée. Des plus engagées. Avec du suspense. Un duel de superstar. Nikola Jokic (36 points, 13 rebonds, 6 passes) d’un côté et LeBron James (39 points, 8 rebonds, 10 passes) de l’autre. Le King l’a emporté en enchaînant les paniers plus incroyables les uns que les autres dans les dernières minutes du match. Un trois-points et deux tirs à reculons dans les cent-vingt dernières secondes pour offrir aux Cavaliers une victoire importante.

James a donc encore une fois mené les siens à la victoire. Il était bien épaule par Rodney Hood (15 pts) et Larry Nance Jr, encore une fois performant dans le cinq majeur (13 pts, 13 rbds).

Les séries : Houston et New Orleans enchaînent !

17 victoires de suite pour les Rockets, 10 pour les Pelicans. Houston a pris le dessus sur Milwaukee grâce aux 26 points de James Harden. Les Texans signent ainsi la plus longue série de succès de la saison. Portés par les 26 points de Nikola Mirotic en sortie de banc, les Pelicans ont eux battu les Kings pour aligner le dix à la suite.

Les Français : Rudy Gobert dominateur

Le Jazz continue sa quête de playoffs à l’Ouest. Les Mormons ont donc battu les Pacers assez facilement. Une victoire à laquelle a fortement contribué Rudy Gobert, auteur de 23 points (10/14 aux tirs) et 14 rebonds. Evan Fournier a lui inscrit 11 points lors de la défaite d’Orlando contre Los Angeles.

Tous les scores

Kings – Pelicans : 101-114
Bucks – Rockets : 99-110
Pistons – Raptors : 119-121
Bulls – Grizzlies : 119-110
Pacers – Jazz : 84-104
Lakers – Magic : 108-107
Nuggets – Cavaliers : 108-113

0
0