Getty Images

La succession de LeBron est ouverte : Giannis & co à la conquête de l’Est

La succession de LeBron est ouverte : Giannis & co à la conquête de l’Est

Le 12/04/2019 à 16:43Mis à jour Le 13/04/2019 à 19:17

NBA - Les playoffs, moment tant attendus par les passionnés de basket US, débutent ce weekend. Présentation des séries et des enjeux au sein de la Conférence Est.

Milwaukee Bucks (1) vs Detroit Pistons (8)

  • Bilans saison régulière

60 victoires - 22 défaites pour Milwaukee.
41 victoires - 41 défaites pour Detroit.

  • Confrontations directes : 4-0 pour Milwaukee.
  • Cinq majeurs

Milwaukee : Eric Bledsoe, Tony Snell, Khris Middleton, Giannis Antetokounmpo, Brook Lopez.
Detroit : Reggie Jackson, Wayne Ellington, Bruce Brown, Blake Griffin, Andre Drummond.

Le duel entre une équipe qui a dominé la saison de bout en bout avec une autre qui s’est qualifiée in-extremis pour les playoffs après s’être écroulée à deux semaines de la fin de la saison régulière. Sur le papier, il n’y a pas vraiment match. Surtout que Milwaukee est le pire matchup possible pour Detroit. Les Pistons ont été écrasés par les Bucks cette saison (-15 sur 100 possessions, le plus mauvais différentiel contre la franchise du Wisconsin et quatre défaites). La pression est maintenant sur les troupes de Mike Budenholzer qui vont devoir confirmer leur superbe exercice. Sauf tremblement de terre, ça devrait le faire.

  • Cette série peut-elle prouver les limites d’une raquette avec deux vrais intérieurs ?

Detroit est l’une des rares équipes en NBA à vraiment se reposer sur deux intérieurs traditionnels. Même si c’est surtout rendu possible par l’évolution progressive de Blake Griffin, qui tire de plus en plus de loin. Milwaukee, au contraire, a explosé après avoir enfin adopté pour du basket ‘small ball’ avec un Brook Lopez qui joue au-delà de la ligne à trois-points et un Giannis Antetokounmpo décalé au poste quatre. Une opposition de style qui rappellera peut-être à tous pourquoi les raquettes avec deux tours jumelles n’ont plus leur place dans cette ligue.

  • Le forfait qui peut peser : Malcolm Brogdon

Victime d’une déchirure du fascia plantaire à la mi-mars, le ROY 2016 va manquer six à huit semaines. Soit l’intégralité du premier tour et peut-être même une partie du second. Un vrai coup dur pour Milwaukee qui est là privée de l’un de ses joueurs les plus importants. Pas très ‘flashy’, Brogdon apporte du liant entre les différents membres du cinq majeur. Il étire les lignes avec son adresse extérieure (15 points, 42% à trois-points), il défend, il crée un peu de jeu. Un joueur essentiel pour aller au bout.

  • Pronostic : 4-0 pour Milwaukee.

Toronto Raptors (2) vs Orlando Magic (7)

  • Bilans saison régulière

58 victoires - 24 défaites pour Toronto.
42 victoires - 40 défaites pour Orlando.

  • Confrontations directs : 2-2.
  • Cinq majeurs

Toronto : Kyle Lowry, Danny Green, Kawhi Leonard, Pascal Siakam, Marc Gasol.
Orlando : D.J. Augustin, Evan Fournier, Jonathan Isaac, Aaron Gordon, Nikola Vucevic.

Le Magic est enfin de retour en playoffs. Après sept années de disette. Mais c’est finalement avec une base expérimenté (Augustin, Fournier et surtout Vucevic) que les Floridiens ont réussi à se frayer à nouveau en chemin jusqu’au grand huit de la Conférence Est. La dernière fois qu’ils ont participé à l’événement, en 2012, ils ont été sortis au premier tour. Et il faut s’attendre au même scénario cette saison. Parce que même si le Magic a posé des problèmes aux Raptors pendant la saison régulière, la donne risque d’être bien différente en playoffs. La masse de talents des Canadiens et leur profondeur de banc font de Toronto un vrai candidat aux finales NBA.

  • Kawhi Leonard peut-il faire mieux que DeMar DeRozan ?

C’est le pari de Masai Ujiri. Et c’est bien pour jouer les finales NBA, pas moins, que le Président des Raptors a sacrifié DeMar DeRozan, visage de la franchise, en juillet dernier. L’arrière a été envoyé aux Spurs contre Leonard malgré le fait que le contrat de l’ailier All-Star expire à la fin de la saison. DeRozan montrait ses limites lors des matches à enjeux. Leonard a le pedigree d’un champion NBA et d’un MVP des finales (en 2014). C’est à lui de mener Toronto au Graal. Il a le niveau pour.

  • Le joueur à suivre : Pascal Siakam

Le Camerounais est à la fois le facteur X et le deuxième meilleur joueur des Raptors. Son évolution spectaculaire - il mérite clairement d’être élu MIP (joueur ayant le plus progressé) – et son niveau de jeu digne d’un All-Star ont permis aux Raptors de passer un cap. Ça ne s’est pas senti en termes de résultats (59 victoires l’an dernier, 58 cette saison) mais les Canadiens semblent encore plus forts cette saison. En grande partie grâce à Siakam donc. Il va devoir confirmer ce nouveau statut en playoffs.

  • Pronostic : 4-1 pour Toronto.

Philadelphie Sixers (3) vs Brooklyn Nets (6)

  • Bilans saison régulière

51 victoires - 31 défaites pour Philadelphie.
42 victoires - 40 défaites pour Brooklyn.

  • Confrontations directes : 2-2.
  • Cinq majeurs

Philadelphie : Ben Simmons, J.J. Redick, Jimmy Butler, Tobias Harris, Joel Embiid.
Brooklyn : D’Angelo Russell, Joe Harris, Rodions Kurucs, DeMarre Carroll, Jarrett Allen.

Les Sixers ont le troisième cinq le plus efficace de toute la NBA. Peut-être le groupe de départ le plus impressionnant à l’Est, sans nécessairement être le plus complémentaire. Quelque part, Philadelphie serait l’adversaire le plus coriace pour Golden State… sans être pour autant la meilleure équipe de sa Conférence. Paradoxal. Joel Embiid et ses coéquipiers auront en tout cas des choses à prouver contre une jeune équipe de Brooklyn décomplexée et parfaitement coachée par Kenny Atkinson (un autre candidat au trophée de coach de l’année).

  • Et si c’était la série la plus serrée à l’Est ?

Les Sixers ont des tas d’arguments mais ils ont deux lacunes : un manque de profondeur de banc et pas assez de shooteurs extérieurs. Deux éléments clés en playoffs ! Et ça, ça va poser problème. Soit contre Brooklyn, soit plus tard dans la compétition. Surtout que les Nets ont certains des meilleurs remplaçants de la ligue avec Spencer Dinwiddie, Caris LeVert, Ed Davis, etc.

  • Le joueur à suivre : Ben Simmons

Le prodige australien va-t-il enfin prendre des tirs en dehors de la raquette ? Premier choix de la draft 2016 et All-Star pour la première fois cette saison, Simmons est un joueur formidable. Mais il n’a absolument pas confiance en son shoot et ses adversaires le savent. Ils n’hésitent pas à reculer de deux, trois voire cinq mètres pour l’inciter à prendre sa chance en dehors de la raquette. Ce qu’il continue de refuser catégoriquement : seulement 73 (14 réussites) de ses 960 tentatives l’ont été en dehors de la peinture. Et ça limite évidemment les espaces pour Philly en attaque.

  • Pronostic : 4-1 pour Philadelphie mais avec quatre matches sur cinq décidés par moins de huit points d’écart.
Jimmy Butler, Joel Embiid et Tobias Harris

Jimmy Butler, Joel Embiid et Tobias HarrisGetty Images

Boston Celtics (4) vs Indiana Pacers (5)

  • Bilans saison régulière

49 victoires - 33 défaites pour Boston.
48 victoires - 34 défaites pour Indiana.

  • Confrontations directes : 3-1 pour Boston.
  • Cinq majeurs

Boston : Kyrie Irving, Jaylen Brown, Jayson Tatum, Marcus Morris, Al Horford.
Indiana : Darren Collison, Wesley Matthews, Bojan Bogdanovic, Thaddeus Young, Myles Turner.

Voilà deux effectifs très homogènes, avec de la profondeur de banc. Sauf que l’une des deux équipes, en l’occurrence Boston, a tout de même plus de talents que l’autre. Indiana a perdu son seul All-Star avec la blessure de Victor Oladipo. Les Pacers sont un peu les Clippers de la Conférence Est (même bilan, d’ailleurs). Sauf que les Celtics n’ont clairement pas les mêmes garanties que les Warriors après leur saison faite de hauts et de bas.

  • Le forfait de Marcus Smart peut-il tout changer ?

C’est le coup dur de Boston. L’an dernier, c’était Kyrie Irving qui s’était blessé juste avant les playoffs. Là, c’est Marcus Smart. Pas exactement le même calibre mais tout de même un joueur très important pour les Celtics. Heureusement, ce n’est pas le même pépin physique non plus. Irving était forfait pour toute la compétition. Smart devrait revenir dans six à huit semaines. Il va donc rater l’intégralité du premier tour et sans doute aussi le second en cas de qualification. Son impact se lit difficilement dans les stats (9 points de moyenne) mais c’est à partir du moment où l’habituel sixième homme a été intégré dans le cinq majeur que les Celtics ont commencé à relever la tête cette saison. Il est l’âme de cette équipe. Le guerrier qui ne rechigne pas devant les basses besognes. Son absence va peser, c’est certain.

  • Le joueur à suivre : Gordon Hayward

L’ancien All-Star du Jazz est monté en puissance au meilleur moment de la saison. Juste avant les playoffs. Il commence enfin à retrouver son rythme après une terrible blessure à la cheville l’an dernier (saison blanche, retour en octobre dernier). Gordon Hayward redevient lui-même petit à petit. Et ça sera déterminant, non seulement contre Indiana, l’équipe de sa ville natale, mais aussi tout au long des playoffs. Il peut-être le facteur X de Boston sur cette campagne.

  • Pronostic : 4-1 pour Boston.
Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0