Getty Images

LeBron James en NBA, c’est "Monsieur Propre"

LeBron, c’est "Monsieur Propre"

Le 13/12/2017 à 07:27Mis à jour Le 13/12/2017 à 08:00

NBA – Toujours redoutable d’efficacité, le King a délivré mardi soir une prestation rare – même selon ses standards – à la passe. Il a joué juste tout au long de la rencontre gagnée par les Cavaliers contre les Hawks, terminant donc avec 25 points et surtout 17 passes décisives.

Le joueur : LBJ magistral contre Atlanta

Appelez-le "Le Nettoyeur". Ou "Monsieur Propre". Parce que LeBron James est arrivé au stade où il fait quasiment des matches sans aucune erreur. Pas une fioriture. Pas de déchet. Rien à reprendre. Bon, vous avez compris l’idée. Dans la nuit de mardi à mercredi, l'ailier star de Cleveland a simplement raté deux tirs et perdu autant de ballons en 35 minutes. Absolument ridicule en comparaison de tout ce qu’il a apporté à son équipe lors de la victoire contre Atlanta (123-114).

A ce moment de sa carrière, le quadruple MVP et triple champion NBA connait sur le bout des doigts toutes les réactions possibles de ses adversaires dans n’importe quelle situation. Il profite donc de son savoir, de son instinct, de son QI basket et de ses qualités athlétiques pour avoir constamment une longueur d’avance sur la concurrence. Les Hawks veulent le doubler ? Il distribue. Un joueur vient en aide quand il fonce vers le cercle ? Il lâche la balle dans le bon timing. Il régale.

James a terminé avec 17 passes décisives – exactement le même total que James Harden, l’autre favori pour le MVP, la veille. 8 d’entre elles ont mené à des paniers à trois-points des Cavaliers, d’ailleurs déchaînés derrière l’arc. Soit 42 points inscrits juste sur des offrandes du meilleur joueur du monde.

"Pour moi, une passe décisive signifie qu’il y a quelqu’un qui a mis un panier. Ça a toujours été un plaisir personnel de voir mes coéquipiers profiter de mes passes. C’est juste la personne que je suis. Je n’ai jamais aimé prendre trop de tirs. Ce n’est pas mon jeu."

LeBron n’a effectivement tenté sa chance que treize fois. Mais pour onze réussites. Un quasi sans faute. A l’image de tout ce qu’il fait sur un terrain de basket depuis des années. A bientôt 33 balais, le King se rapproche un peu plus de la perfection. En quinze saisons NBA, il n’a jamais été aussi adroit dans le champ (58%) et à trois-points (42%). Il n’a jamais distribué autant de passes (9). Il a rarement pris autant de rebonds (8,2), juste une fois. Et Il n’avait plus dépassé la barre des 28 points depuis 2010. Au sommet de son art.

Le match : Embiid a pris le dessus sur Towns

Il y a à peine trois ans, un Sixers-Timberwolves était tout sauf un choc. Plutôt un match entre deux équipes de losers que n’importe quel passionné de basket préférait éviter. Les temps ont bien changé. Aujourd’hui, une affiche entre deux franchises montantes de la ligue vaut clairement le coup d’œil. C’était même l’une des rencontres les plus excitantes de la soirée avec un paquet de superstars en devenir des deux côtés. Parmi elles, Joel Embiid et Karl-Anthony Towns. Deux des meilleurs pivots de la NBA, déjà, mais aussi deux joueurs susceptibles de s’imposer comme les nouveaux visages du championnat d’ici quelques années.

Ils n’ont pas déçu. Surtout Embiid, auteur de 28 points. Le Camerounais a inscrit ses lancers à quinze secondes de la sirène pour arracher la prolongation. Il a ensuite inscrit sept points dans le temps supplémentaire pour donner une avance enfin confortable à Philadelphie. Towns, lui, a terminé avec 17 points et 15 rebonds. C’est surtout Jimmy Butler, 38 points dont quelques tirs primés dans les dernières minutes du quatrième quart temps, qui avait la main chaude pour Minnesota. Mais les Sixers ont fini par prendre le dessus. A l’image de leur pivot.

Retour perdant pour Kawhi Leonard

Oh qu’ils étaient attendus, les débuts de Kawhi Leonard cette saison ! Continuellement repoussés en raison de la blessure au quadriceps de la superstar. C’est donc deux mois après ses camarades que le meilleur joueur des Spurs a finalement attaqué sa campagne. Rouillé, il l’était forcément un peu après une longue période d’absence : il n’avait plus joué de match officiel depuis le premier choc des finales de Conférence (contre les Warriors) lors des derniers playoffs.

Mais Leonard a plutôt bien tenu son rang. Il a converti ses trois premières tentatives et il a terminé avec 13 points (6/12 aux tirs) en 16 minutes. Son temps de jeu, limité pour éviter qu’il se crame dès sa première sortie, a peut-être même coûté la victoire à son équipe. Car si les joueurs de San Antonio ont assuré en l’absence du patron lors des 27 premières rencontres – 19 victoires et 8 défaites – ils ont été en difficulté sans lui dans les moments les plus chauds.

Les Mavericks, derniers à l’Ouest, ont accéléré dans les ultimes minutes pour finalement l’emporter. Un retour perdant, donc. Mais les éperons sont tout de même rassurés de pouvoir récupérer leur All-Star. Ils vont maintenant pouvoir monter doucement en puissance.

Les Français : Frank Ntilikina réalise son meilleur match

Cela fait maintenant deux mois que le jeune meneur tricolore arpente les parquets NBA. Avec des hauts et des bas selon les soirs. La vie typique d’un rookie qui découvre la plus grande ligue du monde. Mardi soir, Ntilikina était dans un très bon jour. Son coach lui a d’ailleurs fait confiance en le laissant jouer l’intégralité du quatrième quart temps puis de la prolongation. Et il fut sacrément précieux pour les Knicks !

Le jeune meneur s’est chargé de freiner – voire éteindre – un Lonzo Ball en feu. Le deuxième choix de la draft, prodige des Lakers, a inscrit 17 points mais il a été limité à deux petits pions dans les 17 dernières minutes. Déjà réputé pour sa défense en NBA, Ntilikina a encore une fois fait le boulot de ce côté du terrain. Mais il a aussi brillé en attaque ! 13 points, son meilleur total en carrière, 3 paniers à trois-points, 5 rebonds et 5 passes en 29 minutes. Avec la victoire de New York sur le fil. Plus qu’un très bon jour, c’était un grand soir.

Frank Ntilikina

Frank NtilikinaGetty Images

Tous les scores

Cavaliers – Hawks : 123-114
Pistons – Nuggets : 84-103
Knicks – Lakers : 113-109
Nets – Wizards : 103-98
Mavericks – Spurs : 95-89
Timberwolves – Sixers : 112-118
Kings – Suns : 99-92

0
0