Getty Images

Les “Splash Brothers” sont de retour pour exploser Chicago

Les “Splash Brothers” sont de retour pour exploser Chicago

Le 18/01/2018 à 08:51

NBA – Stephen Curry et Klay Thompson, alias les "Splash Brothers", ont combiné 68 points à eux deux pour offrir aux Warriors un quatorzième succès consécutif loin de leurs terres californiennes.

Les joueurs : Curry et Thompson bombardent les Bulls !

Il faut remonter quelques années en arrière pour tracer les origines des “Splash Brothers”. Le terme fait référence aux nombreuses bombes à trois-points envoyées chaque soir par Stephen Curry et Klay Thompson, les deux canonniers en chef de Golden State. La référence se fait à haute voix : imaginez seulement un ballon qui fait “splash” ou plutôt “splaaaaaaashhhhhhhhh” à chaque fois qu’il rentre dans le panier. C’est ça, les “Splash Brothers”. Le duo de malfrats a terrorisé la NBA pendant quelques campagnes, disputant au passage deux finales (2015 et 2016) pour un titre (2015). L’arrivée de Kevin Durant a rendu l’expression presque obsolète puisque c’est maintenant le tandem des deux MVP (KD et Curry) qui contrôle la zone.

Mais cette nuit, les plus nostalgiques ont pu apprécier la performance des deux artificiers. Klay Thompson a flanqué 38 pions et Steph Curry en a ajouté 30. 68 à eux deux, avec aussi 13 paniers à trois-points cumulés. Toute l’équipe de Chicago réunie n’a compilé que 10 tirs extérieurs. De quoi vous classer une prestation offensive.

C’était un match des Splash Brothers comme à l’ancienne“, remarquait Steve Kerr, le coach des Warriors. “Quand ils sont chauds comme ça, vous restez juste à votre place et dans votre rôle“, ajoutait Kevin Durant, limité à 19 points mais tout de même auteur de 8 rebonds et 7 passes.

Le MVP des dernières finales étaient aux premières loges pour assister à la démonstration de force des deux faux frangins. Ils ont notamment accéléré le rythme en bombardant la défense des taureaux dans le troisième quart temps. Golden State a alors passé un 19-0 et les champions en titre ont pris le large. Ils scellaient quelques minutes plus tard leur quatorzième victoire de suite à l’extérieur.

La remontée fantastique : Kent Bazemore libère Atlanta

Duel d’oiseaux en NBA, les Pelicans se déplaçaient sur le parquet des Hawks cette nuit. Et les albatros de New Orleans – Anthony Davis et DeMarcus Cousins – avaient beau être en petite forme, leur équipe a rapidement pris les devants. Jusqu’à 19 points d’avance et encore un écart de 15 pions à la pause. Mais peut-être fatigués par leur match de la veille (gagné en prolongation contre Boston), les Pelicans ont fini par lâcher prise. Atlanta en a profité pour revenir au score. Auteur de 18 points en 26 minutes, le rookie John Collins a bien contribué au retour des siens. Mais c’est Kent Bazemore, 20 points, qui a offert la victoire à son équipe en inscrivant le panier décisif à 2 secondes de la sirène.

Les Français : La maladresse hexagonale mise en avant

Tony Parker et Frank Ntilikina, le maître et son disciple, étaient séparés d’un bon millier de kilomètres cette nuit. TP était pourtant de passage à New York mais Ntilikina et les Knicks étaient en déplacement du côté de Memphis. Bref, tout ça pour dire que les deux meneurs français ont tous les deux connus des soirées délicates. Notamment avec leur shoot. L’aîné des Spurs a inscrit 8 petits points à 3/12 au shoot. Son successeur désigné a lui manqué sa cible lors de chacune de ses six tentatives. Il a compensé avec 7 passes décisives mais son équipe s’est inclinée. Parker est lui reparti avec la victoire.

Heureusement que Nicolas Batum a aligné un 4/8 un peu plus propre. Il a terminé avec 11 points et ses Hornets ont battu les Wizards. Ian Mahinmi a inscrit 4 points pour Washington au cours du même match.

L’absent : Pas de Ball pour les Lakers

Los Angeles n’a clairement pas le même visage quand son maestro de rookie Lonzo Ball n’est pas sur le terrain. Encore écarté des parquets en raison d’une douleur au genou, le meneur a assisté impuissant à la large défaite des siens contre le Thunder (90-114). L’absence du bonhomme se fait ressentir à la création et même… en défense. C’est simple, les Lakers ont perdu les huit matches qu’ils ont disputés sans leur jeune joueur de 20 ans.

Le dunk : Envoyez cet homme au Slam Dunk Contest

Donovan Mitchell. Rookie. 34 points. Et ça.

Tous les scores

Hornets – Wizards : 133-109
Hawks – Pelicans : 94-93
Nets – Spurs : 95-100
Raptors – Pistons : 96-91
Bulls – Warriors : 112-119
Grizzlies – Knicks : 105-99
Bucks – Heat : 101-106
Thunder – Lakers : 114-90
Kings – Jazz : 105-120
Clippers – Nuggets : 109-104

0
0