Getty Images

Menés de 26 points, les Celtics ont encore fait des miracles... et des misères à Harden

Menés de 26 points, les Celtics ont encore fait des miracles... et des misères à Harden

Le 29/12/2017 à 07:17Mis à jour Le 29/12/2017 à 08:27

NBA - Boston a réussi le plus gros hold-up de la saison en remontant un handicap de 26 points avant de l'emporter. Et pas n'importe qui. Ce sont les Houston Rockets de James Harden qui ont morflé cette nuit.

Le match : Boston achève Houston au bout du suspense

S’il y a bien un seul élément à retenir du superbe départ de Boston, c’est la manière dont ce groupe sait affronter l’adversité. Les Celtics ont déjà effacé plusieurs déficits avant de s’imposer sur le fil depuis le coup d’envoi de la saison. Mais ils n’avaient encore jamais frappé aussi fort. Menés de 26 points par des Houston Rockets eux aussi excellents depuis octobre, ils ont réussi l’exploit d’inverser la tendance pour finalement l’emporter.

Une superbe performance. C’est tout simplement la première fois cette saison qu’une équipe gagne un match après avoir subi pareil écart. 20 points dans le premier quart (32-12), 26 au cours du second et finalement 24 au moment de rejoindre les vestiaires à la pause. Privés notamment de Jaylen Brown, épuisés par le calendrier très chargé de décembre ou encore éreintés après avoir joué la veille, les Celtics ont pourtant trouvé les ressources pour battre l’une des meilleures formations du championnat (99-98).

Ce sont les efforts défensifs qui ont permis aux hommes de Brad Stevens de revenir dans la partie. La meilleure défense NBA a limité la meilleure attaque à 16 petits points dans le troisième quart temps. Tout en inscrivant 31. Et voilà soudainement les coéquipiers de Kyrie Irving (24 points) à portée de tir des Rockets. Mais il y avait encore 9 points à remonter.

Marcus Smart, deux actions décisives sans toucher la balle

Souvent extraordinaire dans les moments chauds, Irving a manqué quelques tirs importants. Même s’il a évidemment contribué au retour en force des siens. Mais c’est bien Marcus Smart le héros de la soirée. Bombardé dans le cinq en l’absence de Brown, il a encore une fois été maladroit (6/14 aux tirs). Peu importe. Ce n’est absolument pas ce qui le définit. La différence, il l’a faite sans toucher le ballon. Le chien de garde des Celtics a provoqué deux fautes offensives de James Harden au cours des sept dernières secondes de jeu. Deux actions défensives qui illustrent ce qu’il apporte à cette équipe.

Smart a poussé la superstar à la faute sur une première remise en jeu à sept secondes de la sirène. Houston menait alors 98-97. Boston a récupéré la balle et Al Horford a inscrit le panier décisif pour repasser devant. Les Rockets n’étaient pas encore cuits. Sur la seconde remise en jeu, le jeune homme a encore une fois provoqué Harden à la faute. Trop de contact sur le démarquage. Une petite poussette. Fin de l’histoire.

James Harden, frustré par les arbitres

Battu par un Smart plus malin dans les ultimes secondes, Harden était en colère à l’issue de la rencontre. Il a donc passé ses nerfs sur les hommes au sifflet.

Je me demande pourquoi il n’y avait que deux arbitres pour un match télévisé sur le réseau national. Il y a beaucoup d’oublis qui ont changé la physionomie de la rencontre. Les gars me ceinturaient avec leurs deux bras. C’est juste inadmissible.

Harden a des raisons d’être en colère. Ses Rockets sont moins tranchants depuis que Chris Paul a une nouvelle fois rejoint l’infirmerie. Le candidat au MVP a certes inscrit 34 points mais à seulement 7/27 aux tirs. Il affichait même un zéro point (0/7) quand il a croisé la route de Smart, décidément le bourreau de Houston et le héros de Boston cette nuit.

Les Français : Ntilikina séduit lors de son duel avec Parker

Pour Frank Ntilikina, c’est un rêve devenu réalité. Le jeune homme de 19 ans a pu affronter son idole Tony Parker, celui qu’il qualifie de “meilleur joueur français de tous les temps.” Pour ce premier choc, l’ancien strasbourgeois n’a pas tremblé. TP (14 pts) et les Spurs ont logiquement pris l’ascendant mais Ntilikina a livré une belle prestation. Il a passé 32 minutes sur le parquet. Le temps d’inscrire 9 points mais surtout de distribuer 11 passes décisives. Son record en carrière. Avec surtout l’opportunité de rencontrer une première fois celui qui a bercé son enfance.

Tous les scores

Magic – Pistons : 102-89
Celtics – Rockets : 99-98
Bucks – Timberwolves : 102-96
Spurs – Knicks : 119-107
Trail Blazers – Sixers : 114-110

0
0