Getty Images

Playoffs NBA : Enfin de la concurrence pour Golden State à l'Ouest ?

Enfin de la concurrence pour Golden State ? Notre preview des playoffs à l'Ouest

Le 13/04/2018 à 10:11Mis à jour Le 13/04/2018 à 19:34

NBA - Présentée comme la plus relevée de la ligue, la Conférence Ouest nous offre quelques superbes affiches dès le premier tour des playoffs. En attendant la finale attendue entre les deux ogres que sont Houston et Golden State.

Houston Rockets (1) vs Minnesota Timberwolves (8)

Bilans en saison régulière :
Houston, 65 victoires et 17 défaites Minnesota, 47 victoires et 35 défaites

Oppositions en saison régulière : 3-0 pour Houston

Seule équipe à plus de 60 victoires (65) cette saison, Houston est la franchise qui peut aborder le plus sereinement les playoffs. Les Texans ont dominé la compétition depuis octobre en s’affirmant comme une puissance offensive incroyable tout en montrant de sérieux progrès en défense. Paradoxalement, c’est peut-être aussi le groupe qui a le plus à prouver dans les prochaines semaines. Parce que James Harden et Chris Paul, ses deux têtes de proue, ont la réputation (pas tout à fait justifiée d’ailleurs) de ne pas toujours répondre présents dans les grands moments. Ils ont justement allié leurs forces pour enfin aller au bout.

Les Timberwolves ont eux sauvé leur saison in-extremis en battant les Nuggets dans un ultime match couperet mercredi soir. Ils ont ainsi mis fin à quatorze années de disette pour la franchise, absente des playoffs depuis 2004. Mais les résultats sont tout de même en-deca des attentes placées depuis l’arrivée sur le banc de Tom Thibodeau. L’effectif est pétri de talents mais le tout ne forme pas encore un ensemble cohérent. Les jeunes Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins vont tout de même pouvoir profiter de cette campagne pour poursuivre leur développement.

James Harden lors de Houston - Phoenix en NBA le 16 novembre 2017

James Harden lors de Houston - Phoenix en NBA le 16 novembre 2017Getty Images

Le joueur à suivre : James Harden

Le très probable MVP a surfé sur la saison régulière. Un peu à l’image de son équipe. Mais il doit se rattraper de ses dernières sorties, décevantes, en playoffs. Il doit démonter les défenses NBA en pièces, comme il l’a fait tout au long de l’année. Le barbu n’a aucune excuse : il n’a jamais eu une équipe aussi forte. C’est donc à lui de prouver qu’il peut la mener jusqu’au titre.

Une série offensive mais sans suspense ?

Pour ce premier tour, Harden va justement se coltiner un sacré client. Un certain Jimmy Butler, All-Star et première option offensive des Wolves mais aussi l’un des meilleurs défenseurs de la ligue. Les compétiteurs comme Butler se comptent sur les doigts d’une main en NBA. Il va partir en mission sur la superstar adverse. Avec la ferme intention de lui mener la vie dure. Le problème, c’est qu’il est le seul à le faire dans son équipe. Mais qui va donc pouvoir défendre ? Towns a déjà affiché des lacunes de ce côté du parquet. Wiggins est une énigme. Il a les qualités athlétique mais peut-être pas le bon mental. Il est terriblement irrégulier. Terriblement frustrant.

Minnesota a pris le bouillon à chaque passage de Houston. En quatre matches de saison régulière, les Rockets ont passé 123 points (en moyenne) aux joueurs de Thibodeau. Aucune équipe n’a fait mieux. Le coach est réputé pour ses principes défensifs – qui datent d’une autre époque – mais ses ouailles forment la septième défense la moins efficace du championnat. Cela devrait faire la différence sur ce premier tour, même si l’absence de Luc Mbah a Moute limite quelque peu le potentiel défensif des Rockets.

Pronostic : 4-1 pour Houston

Golden State Warriors (2) vs San Antonio Spurs (7)

Bilans en saison régulière :
Golden State, 58 victoires et 24 défaites San Antonio, 47 victoires et 35 défaites

Oppositions en saison régulière : 3-1 pour Golden State

Les champions en titre débarquent en playoffs dans un climat un peu particulier. Les Warriors ont perdu dix de leurs dix-sept derniers matches et ils sont privés de Stephen Curry, leur meilleur joueur mais également le moteur de leur système offensif. Sans doute fatigués après trois longues campagnes (trois finales de suite, deux titres, environ cent matches disputés à chaque fois), les joueurs de Steve Kerr se sont relâchés mentalement et physiquement sur la fin de la saison régulière. Ils demeurent néanmoins les grands favoris pour le titre.

Les Spurs ont bataillé pour arracher leur ticket en playoffs. Leur série historique de vingt qualifications de suite a même été mise en danger (ils étaient brièvement dixièmes à l’Ouest courant mars). Elle a finalement été portée à vingt-et-une saisons consécutives. Mais ce n’est plus la même équipe. Sans Kawhi Leonard – qui n’a joué que neuf matches en raison d’une étrange blessure aux quadriceps – elle ne fait plus figure d’épouvantail dans sa Conférence. En revanche, le groupe de Gregg Popovich aura peut-être moins de pression.

Kevin Durant (Warriors)

Kevin Durant (Warriors)Getty Images

Le joueur à suivre : Kevin Durant

Cette saison a démontré que Golden State était bien l’équipe de… Stephen Curry. Les Californiens ont souffert sans le double-MVP. Parce que sa simple présence facilite la vie de tous ses coéquipiers sur le terrain, à commencer par celle de Kevin Durant. Mais KD est tout de même un MVP et l’un des trois meilleurs basketteurs au monde. Il n’y a pas beaucoup (pas du tout ?) de joueur plus talentueux que lui sur cette planète. Il doit faire exploser la concurrence en attendant le retour de blessure de Curry.

Quel joueur des Spurs pour hausser son niveau de jeu ?

Si l’absence de Curry est importante, que dire de celle de Leonard ! Elle est peut-être même encore plus handicapante. Les Texans n’ont pas trois autres All-Stars pour compenser. Ils en ont un, brillant, LaMarcus Aldridge. L’intérieur a sorti l’une des meilleures saisons de sa carrière pour mener San Antonio en playoffs. Mais il est traditionnellement à la peine quand Draymond Green se met en travers de son chemin. Aldridge va avoir besoin de soutien. Seul hic, les Spurs n’ont pas vraiment d’autres marqueurs capables de faire la différence seuls. Si les Warriors s’appliquent, il n’y aura pas de suspense.

Pronostic : 4-1 pour Golden State

Portland TrailBlazers (3) vs New Orleans Pelicans (6)

Bilans en saison régulière :
Portland, 49 victoires et 33 défaites New Orleans, 48 victoires et 34 défaites

Oppositions en saison régulière : 2-2

Trois places d’écart au classement mais une seule victoire de différence. Ce duel entre Portland et New Orleans résume très bien la course complètement folle pour les playoffs à l’Ouest. Les Blazers ont sécurisé leur podium en enchaînant 13 victoires de suite… au même moment où les Pelicans remontaient au classement après la blessure de DeMarcus Cousins. C’est même à se demander s’il y a vraiment une équipe favorite sur cette série. L’une peut compter sur le meilleur joueur (Anthony Davis), l’autre sur un collectif un peu plus complet mis en place par Terry Stotts, coach brillant des Blazers.

Le joueur à suivre : Jusuf Nurkic

Le Bosnien n’est que la troisième option offensive de la franchise de l’Oregon (14,3 points par match cette saison) mais il a tout de même métamorphosé le visage de cette équipe depuis son arrivée en février 2017. Nurkic assure une présence physique près du cercle. Notamment en défense, où les Blazers ont effectué de vrais progrès cette année. Il aura la lourde, très lourde, tâche de contenir Anthony Davis. Mission impossible. Mais s’il se montre régulier sur la série, ça peut peser en faveur de Portland.

Quels joueurs de devoir vont faire la différence ?

Damian Lillard, Anthony Davis, C.J. McCollum… les stars vont faire le boulot en playoffs. C’est très fortement probable. Ce sont peut-être les joueurs plus discrets, les Jrue Holiday, Rajon Rondo, Nikola Mirotic (pour les Pelicans) ou les Mo Harkless, Al-Farouq Aminu et Shabazz Napier (pour les Blazers) qui sont susceptibles de faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre.

Pronostic : 4-2 pour Portland

Jusuf Nurkic (Portland Trail Blazers) et Dario Saric (Philadelphie Sixers)

Jusuf Nurkic (Portland Trail Blazers) et Dario Saric (Philadelphie Sixers)AFP

Oklahoma City Thunder (4) vs Utah Jazz (5)

Bilans en saison régulière :
Oklahoma City, 48 victoires et 34 défaites Utah, 48 victoires et 34 défaites

Oppositions en saison régulière : 3-1 pour Oklahoma City

S’il y a bien une série à ne surtout pas manquer, c’est celle-là ! ESPN la considère comme la plus serrée du premier tour selon son indice d’estimation. Les deux équipes ont d’ailleurs fini avec exactement le même bilan cette saison. Le Thunder a alterné le bon, le très bon, le mauvais et le nettement plus mauvais tout au long de l’année. Une équipe irrégulière qui n’a pas exploité son plein potentiel mais qui a démontré sa capacité à battre les plus grosses armadas de la ligue grâce à son trio (duo ?) de stars composé par Russell Westbrook, Paul George et Carmelo Anthony.

Le Jazz a suivi une trajectoire moins chaotique. L’équipe de Quin Snyder est montée en puissance tout au long de la saison, avec deux derniers mois en boulet de canon (de 19-28 à 48-34). Ce groupe est toujours aussi fort défensivement grâce à la présence du Français Rudy Gobert. Mais il s’est aussi imposé comme une force de frappe de premier plan en attaque. En effet, les départs de Gordon Hayward et George Hill ont été très bien compensés avec l’explosion du rookie superstar Donovan Mitchell et l’arrivée de l’Espagnol Ricky Rubio.

Le joueur à suivre : Paul George

Il y a tellement de bons basketteurs sur cette opposition qu’il a été difficile de n’en retenir qu’un. George n’est même pas vraiment le leader désigné du Thunder. Un rôle qui revient à Westbrook. La pression n’est pas sur ses épaules. En revanche, il peut faire la différence. OKC a besoin d’une deuxième option à plus de 23 ou 24 points par match. Seul lui peut le faire, Melo étant désormais un peu hors du coup. Cette campagne de playoffs est d’autant plus intéressante pour lui étant donné qu’il sera libre de signer où bon lui semble cet été. Il est évident que la réussite (ou non) du Thunder ainsi que son aisance sur le terrain auront une influence sur sa prochaine décision.

Oklahoma City, une équipe de playoffs ?

Avec toutes ses individualités, ses qualités athlétiques et son état d’esprit combatif, le Thunder a peut-être le profil parfait de la formation susceptible de gêner toutes les autres en playoffs. Quand l’enjeu et l’intensité grimpent de plusieurs crans, Westbrook, Steven Adams et compagnie ont tendance à se battre deux fois plus. Les défenses seront plus serrées, les matches plus hachés… ça peut clairement profiter à Oklahoma City et à ses stars capables de faire la différence seuls. D’autant plus qu’elles ont de l’expérience, ce qui n’est pas le cas du rookie Donovan Mitchell. Va-t-il tenir la cadence ? Il est tout de même bien entouré avec les vétérans Joe Ingles, Gobert ou Rubio. Il n’y aurait peut-être pas de gros scores dans cette série mais ce sera le chaos. Et ça peut donc pencher d’un côté comme de l’autre.

Pronostic : 4-3 pour Oklahoma City

0
0