Eurosport

Existe-t-il une équipe pour battre Golden State ?

Existe-t-il une équipe pour battre Golden State ?

Le 14/05/2019 à 07:24Mis à jour Le 14/05/2019 à 08:58

NBA - Les Warriors se sont qualifiés pour les finales de Conférence pour la cinquième année de suite. Avec uniquement des adversaires - les Blazers à l’Ouest et éventuellement les Bucks et les Raptors au prochain tour - inédits à ce stade de la compétition. Le début d’une nouvelle ère ?

Cette saison NBA est peut-être annonciatrice d’un changement de cycle dans la grande ligue américaine. LeBron James, qui s’était qualifié pour les huit dernières finales, n’a même pas participé aux playoffs. Son départ pour les Los Angeles Lakers a ouvert le champ libre à tous les prétendants de la Conférence Est qui ont échoué contre le King pendant presque dix ans.

Même à l’Ouest, le paysage évolue. Les Spurs sont moins dans le coup et ils ont été éliminés au premier tour après un ultime baroud d’honneur. Les Rockets vont devoir se poser de sérieuses questions sur leur philosophie de jeu après leur nouvel échec contre les Warriors. Le Thunder, sorti d’entrée, se cherche aussi une identité. De nouvelles places fortes émergent. Ou c’est plutôt le retour au premier plan de franchises qui n’ont pas squatté les sommets de la hiérarchie depuis un long moment.

Enfin un peu de renouveau. Les Blazers, par exemple, n’avaient plus atteint ce stade de la compétition - les finales de Conférence - depuis Rasheed Wallace et sa bande de forcenés en 2000. L’attente a été à peine plus courte pour les supporters des Bucks qui n’ont plus vibré de la sorte depuis 2001, quand Ray Allen portait encore les couleurs de Milwaukee. C’est beaucoup plus récent pour les Raptors, déjà finalistes à l’Est en 2016. Mais l’arrivée de Kawhi Leonard, le nouveau patron de l’équipe, donne un vent de fraîcheur aux Canadiens.

Kawhi Leonard, héros de Toronto face à Philadelphie

Kawhi Leonard, héros de Toronto face à PhiladelphieGetty Images

Toronto, le principal danger pour Golden State ?

Sur le papier, Leonard peut être le meilleur joueur d’un affrontement entre les Warriors et les Raptors - si Kevin Durant est absent, évidemment. Ça suffit souvent à faire la différence en playoffs. C’est paradoxal, parce que le basket est un sport collectif. Mais une individualité qui brille plus que toutes les autres mène souvent à la victoire. Même s’il est vrai que Stephen Curry et ses coéquipiers ont déjà battu le King James par trois fois en quatre finales… ils ont tellement de talents qu’il faut évidemment plus d’un basketteur doué pour mettre fin à leur règne. Ça tombe bien, le collectif de Nick Nurse est armé. Kyle Lowry, Marc Gasol et Pascal Siakam sont trois lieutenants avec dans le lot un All-Star, un ancien All-Star et un probable futur All-Star.

Les Raptors ont aussi d’autres joueurs de complément de qualité comme Serge Ibaka, Danny Green, Fred VanVleet ou O.G. Anunoby. Surtout, ils ont une équipe moderne. Avec des (multiples) défenseurs polyvalents capables de ralentir plusieurs profils d’attaquants différents. C’est primordial pour battre Golden State. Ils ont potentiellement les atouts.

Kawhi Leonard et Pascal Siakam

Kawhi Leonard et Pascal SiakamGetty Images

Milwaukee, la meilleure équipe de la saison et des playoffs

Il faudra d’abord sortir Milwaukee, la meilleure équipe de la saison. Et aussi la meilleure équipe de ces playoffs. Les Bucks ont gagné 8 des 9 rencontres qu’ils ont disputé jusqu’à présent. Ils ont raté le Match 1 contre les Celtics. Mais à part ce petit accroc, ils ont plus que maîtrisé leur sujet. Voilà encore une formation en pleine confiance boostée par un basketteur extraordinaire, Giannis Antetokounmpo. Les hommes de Mike Budenholzer ont été impressionnants contre Boston (victoire 4-1).

Et ça ne se limite pas qu’à Giannis ! Au contraire. C’est un vrai groupe profond. Avec dix bons basketteurs capables de vraiment contribuer sur une série de playoffs. George Hill a limite été le MVP – ou au moins le facteur X – de ce duel contre les Celtics. Nikola Mirotic, Ersan Ilyasova et le revenant Malcolm Brogdon apportent aussi beaucoup en sortie de banc. Le cinq majeur fonctionne à merveille. Maintenant, les limites de Milwaukee sont toujours les mêmes. Comment aller au bout sans pouvoir réellement passer la balle à son meilleur joueur dans les moments les plus chauds d’un match serré ? Antetokounmpo ne peut pas faire ce que Leonard a fait contre Philadelphie par exemple. Ça met beaucoup de pression sur les épaules de Khris Middleton et Eric Bledsoe, deux lieutenants à même de se créer leur propre tir. Mais jusqu’à présent, c’est un faux problème. Les Bucks n’ont pas arrêté de prouver qu’il valait mieux ne pas les sous-estimer. Au final, ils ont fait plus sensation que les Warriors depuis octobre.

Giannis Antetokounmpo

Giannis AntetokounmpoGetty Images

Les Blazers n'ont rien à perdre

On ne veut pas enterrer les Blazers. Quelle équipe héroïque de Portland. Mais ce sera dur – pas impossible – de sortir Golden State. L’avantage, c’est que Damian Lillard et ses partenaires n’ont absolument rien à perdre. Arriver en finales de Conférence est déjà une victoire. Ils vont pouvoir jouer relâché, sans pression. Et ils ne sont jamais aussi dangereux que lorsqu’ils se contentent de jouer au basket sans avoir à réfléchir.

Mais les Warriors restent tout de même leur premier adversaire. Peut-être même sans Kevin Durant, qui devrait de toute façon faire son retour au cours des finales de Conférence. Quand ils sont au complet et appliqués, il n’y a personne pour les battre. Ce sont quand même deux grandes conditions.

Stephen Curry lors de Golden State - Houston en NBA le 30 avril 2019
Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313