Getty Images

Leonard, le roi du Nord a pris place sur le trône

Leonard, le roi du Nord a pris place sur le trône

Le 14/06/2019 à 08:39Mis à jour Le 14/06/2019 à 10:57

NBA – Disparu des radars la saison dernière, Kawhi Leonard est revenu en force sous la tunique des Raptors. Il a mené la franchise au premier titre de son Histoire au terme d’une campagne de playoffs exceptionnelle du MVP des finales 2019.

Il y a un an, Kawhi Leonard était presque un paria. Oublié par le grand public après une saison quasiment blanche (9 matches disputés seulement) suite à une blessure mystérieuse aux quadriceps. Il a été fortement critiqué pendant cette période. Pointé du doigt pour son mutisme caractéristique. Accusé d’avoir laissé tomber ses coéquipiers. Jugé coupable d’avoir manqué de respect aux Spurs, une franchise iconique et respectée partout dans le monde. Et tout ça sans vraiment avoir sa version des faits. Parce que le garçon ne parle pas beaucoup, voire pas du tout. Mais cette nuit, après le sacre des Raptors, le MVP des finales 2019, interrogé sur le sujet, s’est exprimé.

Beaucoup de gens ont douté de moi. Certains pensaient que je simulais ma blessure ou que je n’avais pas envie de jouer pour mon équipe. C’était une immense déception pour moi car j’aime tellement le basket. J’ai dû croire en moi. Je sais qui je suis et ce que je ressens. J’avais un objectif et je me suis concentré là-dessus. Je joue au basket pour ça, j’ai bossé dur pour ça. Je suis heureux d’être récompensé.

Vidéo - Finals - Leonard : "Beaucoup de gens doutaient de moi"

01:39

Et quelle récompense ! Quel retour tonitruant ! Le voilà bombardé coqueluche de la NBA avec ce titre. Ça va tellement vite dans ce monde. Ses performances dantesques et sa victoire finale l’ont aidé à gagner à nouveau l’admiration des passionnés de balle orange. Quelle récompense aussi pour Masai Ujiri, le Président de la franchise de Toronto. L’été dernier, il osait sacrifier DeMar DeRozan, icône locale et meilleur joueur de l’équipe, pour un Leonard en fin de contrat et dont la santé laissait perplexe. Son pari a payé. L’ailier All-Star est venu. Il a vu. Et il a vaincu. Il a mené les Raptors jusqu’au sacre. Une grande première pour l’organisation canadienne qui n’avait même jamais disputé les finales depuis sa création en 1995.

Il est quelque part déjà le meilleur joueur de l’Histoire du club. Ça peut sembler hâtif mais… c’est crédible. Il n’efface pas ce qui a été accompli par Vince Carter ou DeRozan. Mais un peu quand même. Encore une fois, il a réussi ce que les autres ont échoué avant lui et ce dès sa première saison ! Avec une campagne absolument époustouflante. Ses playoffs ont été fantastiques. Parmi les plus belles performances individuelles de tous les temps pour un joueur NBA.

Kawhi Leonard et Toronto Raptors champions NBA 2019

Kawhi Leonard sur les traces des plus grands

Il les a bouclés avec 30 points de moyenne, 49% aux tirs – phénoménal pour une star qui a autant le ballon – 37% à trois-points, 9 rebonds et 4 passes. 15 pointes à plus de 30 unités en 24 matches. Dont 8 à l’extérieur ! Seuls Michael Jordan, Hakeem Olajuwon, LeBron James et Allen Iverson ont marqué plus de points (au total) sur une campagne de playoffs. Même Kobe Bryant n’a jamais été aussi prolifique.

Leonard a éliminé les Sixers – qui comptaient quand même trois All-Stars – en sept manches avec un panier pour la gagne à la sirène du Match 7. Légendaire. Il a ensuite sorti les Bucks du probable MVP Giannis Antetokounmpo en les battant quatre fois de suite alors que Milwaukee n’avait encore jamais perdu plus de deux fois d’affilée cette saison. Contre Golden State, il a enchaîné trois sorties de suite à 30 points ou plus qui ont notamment mené aux deux victoires très importantes lors des Matches 3 et 4. Historique.

Kawhi Leonard

Kawhi LeonardGetty Images

Les comparaisons avec Bryant et Jordan sont revenus sur le tapis. Dans le style de jeu, il y a quelque chose. La façon de dominer son vis-à-vis en un-contre-un. Les tirs à mi-distance (il a aussi le tir à trois-points en plus, question d’époque). Les mouvements. La manière de tenir la balle. La défense. Il est loin de la carrière des deux ogres. Mais la sienne n’est pas terminée. Surtout, il commence à faire preuve de cet instinct de vainqueur qui caractérise justement MJ et Kobe. Il ne l’a pas toujours eu. Mais il a été magistral sur ces playoffs, notamment dans les moments les plus chauds.

Un titre puis… un départ ?

Kawhi Leonard vient donc de décrocher son deuxième titre, et son deuxième trophée de MVP des finales, à quelques jours de ses 28 ans. Quelle suite maintenant ? Le joueur sera libre de signer où bon lui semble en juillet prochain. Il a été annoncé avec insistance du côté de son Los Angeles natal (Clippers) mais il sera aussi convoité par les deux équipes new-yorkaises (Nets et Sixers). Mais comment partir après un tel exploit ? Il y a quelque chose d’intéressant à construire à Toronto.

La Conférence Est s’est renforcée à son sommet mais les Raptors ont l’ascendant psychologique. Ils ont une équipe solide. Une franchise bien gérée et dont la masse salariale n’est pas encore complètement bouchée. La progression fulgurante de Pascal Siakam offre à Leonard un jeune lieutenant encore sous son premier contrat. Les Warriors, dominateurs jusqu’ici, sont eux affaiblis par les traces laissées sur les organismes par ces cinq finales de suite. Ils seront aussi diminués par la blessure ou le départ de Kevin Durant (tendon d’Achille, indisponible plusieurs mois) et celle de Klay Thompson (ligaments croisés du genou, indisponible plusieurs mois).

Après être tombé bas, Kawhi Leonard est donc revenu tout en haut. Le meilleur joueur du monde – surtout en l’absence d’un Durant qui pourrait éventuellement ne jamais retrouver complètement son niveau de jeu. Le roi du Nord. Et de la NBA.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0