Getty Images

Toronto, si près du but et encore si loin

Toronto, si près du but et encore si loin

Le 06/06/2019 à 13:03Mis à jour Le 06/06/2019 à 15:41

NBA – Vainqueur de Golden State hier soir (123-109), Toronto a pris le contrôle des finale, deux manches à une, et est à deux victoires de son premier sacre. Mais la route qui mène au titre est encore longue pour les Raptors.

C’était une opportunité en or. Les Raptors ne l’ont pas laissée filer. Ils ont profité des forfaits de Klay Thompson (ischio-jambiers), Kevin Durant (mollet) et Kevon Looney (poitrine) pour battre les Warriors pour la deuxième fois en trois matches, 123-109. Ce sont les finales NBA. Il n’y a pas la place pour les sentiments. Kawhi Leonard et ses coéquipiers ont fait ce qu’ils étaient censés faire. Mais ils n’ont pas dominé leur sujet pour autant. Même avec un cinq majeur rafistolé et inédit, les Californiens ont mis l’équipe canadienne en difficulté sous l’impulsion d’un Stephen Curry déchaîné (47 pts, record en playoffs).

Stephen Curry lors de Golden State - Toronto Match 3 des Finales NBA 2019

Stephen Curry lors de Golden State - Toronto Match 3 des Finales NBA 2019Getty Images

Toronto a mis longtemps avant de “tuer” le match. Ils ont pris le large une première fois dans le second quart temps. Puis par deux fois dans le troisième. Golden State est revenu. Les hommes de Nick Nurse pensaient avoir fait le plus dur en prenant une petite dizaine de longueurs à quelques minutes de la sirène finale. Mais même là, Curry et les siens ont trouvé une solution pour se relancer dans la partie. Jusqu’au panier miraculeux de Fred VanVleet derrière l’arc qui a donné 13 points d’avance aux siens (118-105), poussant du même coup Steve Kerr à faire sortir ses cadres.

La meute des Raptors n’a plus peur

S’ils ont eu du mal à maîtriser un adversaire largement diminué, les Raptors ont tout de même le mérite de ne pas avoir cédé à la panique. Ce qui aurait éventuellement pu être le cas il y a un ou deux ans quand le groupe était encore guidé par DeMar DeRozan et Kyle Lowry. L’équipe était considérée comme fébrile mentalement à l’époque. Traumatisée par les défaites contre LeBron James. Décevante dans les grands moments. Puis Kawhi Leonard est arrivé l’été dernier, échangé contre DeRozan. Depuis, l’organisation a changé d’attitude. Elle se calque sur son meilleur joueur. L’ailier All-Star n’est pas du genre à se chercher des excuses. Il ne parle pas beaucoup, voire pas du tout. Il joue dur. Ses camarades suivent son exemple. “Notre ADN évolue“, reconnaît l’intérieur Serge Ibaka, qui évoque principalement la défense de fer de son équipe.

Kawhi Leonard et Draymond Green lors de Golden State - Toronto Match 3 des Finales NBA 2019

Kawhi Leonard et Draymond Green lors de Golden State - Toronto Match 3 des Finales NBA 2019Getty Images

C’est plus que ça. Cette équipe est en train de développer quelque chose, sous nos yeux, match après match. Elle joue le titre, déjà, mais elle n’est pas encore complète. Sa métamorphose se fait après chaque victoire. Peut-être même après chaque action : “On devient un peu plus durs et un peu plus forts à chaque fois que l’on résiste à une série de paniers des Warriors“, estime VanVleet. “Ces moments sont très importants. On se construit encore notre identité.” Au-delà des schémas de jeu, c’est une âme qui prend forme. Une âme de guerriers. Peut-être même de futurs champions. “Notre équipe développe de la dureté et de la résistance. Aucun d’entre nous n’a été drafté haut. Nous avons débuté nos carrières de zéro. Et honnêtement, nous n’avons peur de personne“, ajoute Pascal Siakam.

Les Warriors ont encore de la marge

Les Raptors sont en pleine confiance et ça se sent. Ils sont dans la meilleure position possible après avoir décroché ce Match 3 à l’extérieur : environ 80% des équipes qui mènent 2-1 à ce stade des finales dans cette configuration ont fini par décrocher le titre. Mais les Warriors ne semblent pas non plus inquiets après cette défaite. Ils restent sereins. Ils savent que rien que le retour de Klay Thompson peut changer la donne. Draymond Green pense même qu’ils auraient “gagné le match” s’il avait “mieux joué et plus aidé Steph“. Sans compter que Kevin Durant devrait aussi faire son retour dans les prochains jours. Une annonce officielle est toujours attendue mais l’ailier aurait été pressenti pour jouer le Match 4 ou 5. Sauf si ce n’est que de l’intox pour semer le trouble auprès des adversaires des doubles-champions en titre…

Pascal Siakam, Toronto Raptors-Golden State Warriors, NBA Finals 2019

Pascal Siakam, Toronto Raptors-Golden State Warriors, NBA Finals 2019Getty Images

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0