Getty Images

NBA - Pourquoi les Lakers vont galérer à trouver un All-Star pour épauler LeBron James

Pourquoi les Lakers vont galérer à dénicher une superstar pour épauler LeBron

Le 06/12/2018 à 16:34Mis à jour Le 06/12/2018 à 22:57

NBA - Les Los Angeles Lakers ont besoin d'au moins un autre joueur majeur pour épauler LeBron James dans la quête d'un titre. Mais la mission s'annonce plus compliquée au prévue, justement parce que l'idée de jouer avec le King peut repousser les meilleurs basketteurs de la planète.

Quand LeBron James a rejoint les Los Angeles Lakers, une partie du public s’est un peu empressée et s’attendait déjà à ce que le King rameute d’autres stars dans ses bagages. Parce que c’est ce à quoi il a habitué la planète basket depuis presque dix ans. En 2010, il quittait une première fois Cleveland pour s’associer avec deux autres All-Stars, ses amis Dwyane Wade et Chris Bosh, à Miami. Une fois le Heat arrivé à bout de souffle, le natif d’Akron est revenu aux Cavaliers.

Pour y rejoindre Kyrie Irving, talent précoce déjà parmi les meilleurs de la ligue à son poste, et en ramenant Kevin Love, récupéré aux Timberwolves. Il tenait là son nouveau trio. Certains n’arrivaient pas à imaginer James se rendre seul à Los Angeles, sans autres soutiens que les jeunes joueurs piochés à la draft et empilés en Californie saison médiocre après saison médiocre. Paul George, Kawhi Leonard… autant de noms avancés. Pourtant, c’est bien avec Lonzo Ball, Brandon Ingram et Kyle Kuzma qu’il partage la gonfle.

En venant à L.A., le triple champion NBA a accepté une autre approche. Il accepte de se montrer patient. Pour l’instant. Parce que l’objectif reste de signer une ou deux autres superstars capables de l’épauler dans la quête du titre. Les dirigeants ont simplement préféré l’intersaison 2019, moment où de nombreux joueurs majeurs seront disponibles sur le marché comme Leonard, Jimmy Butler, Klay Thompson, Kemba Walker ou encore Kevin Durant.

LeBron James face à Kevin Durant

LeBron James face à Kevin DurantGetty Images

Jouer avec LeBron, c'est être dans son ombre

KD, justement. La star des Golden State Warriors a eu des mots très intéressants sur le sujet. Il a confié qu’il comprenait pourquoi certaines stars étaient réticentes à l’idée de jouer avec LeBron James. "Tout dépend de quel type de joueur vous êtes. Si vous êtes Kyle Korver, ça a du sens. Parce qu’il est loin d’être une première option et il bénéficie d’un gars capable de lui offrir des tirs ouverts. Mais si vous êtes un gars comme Kawhi Leonard, ça n’a pas de sens. Kawhi aime avoir la balle entre ses mains, dicter le tempo et diriger l’attaque".

L’analyse de Durant est un poil simpliste, peut-être qu’il l’a simplifiée pour plus de clarté, mais elle paraît juste dans les grandes largeurs : James est un joueur qui cherche à tout contrôler sur le terrain et cela peut être difficile à supporter pour ses coéquipiers, surtout les plus talentueux d’entre eux qui ont aussi besoin d’avoir la gonfle pour se mettre en valeur. Kyrie Irving a ainsi forcé son transfert des Cavaliers en partie parce qu’il n’avait plus envie de vivre dans l’ombre de James. Il voulait lui aussi diriger sa propre équipe, exactement comme il le fait à Boston.

Kyrie Irving (Boston) et LeBron James (Cleveland)

Kyrie Irving (Boston) et LeBron James (Cleveland)Getty Images

Une trop grande pression médiatique

Autre point intéressant : KD accuse les médias d’être en grande partie responsable du peu d’attrait de James auprès des autres superstars NBA. Il explique que le traitement médiatique réservé aux équipes de LeBron, constamment scrutées tout au long de la saison, peut décourager certains grands joueurs à le rejoindre. C’est intéressant parce que, quelque part, c’est aussi en se fiant aux médias que Durant a rejoint les Warriors. La presse américaine (pas seulement) a tendance à tenir de grands débats interminables au cours desquels sont comparés les plus grands joueurs de l’Histoire. Avec à chaque fois un facteur déterminant : les bagues.

Durant a grandi là-dedans. Et, lui qui avouait "en avoir marre d’être toujours second" a fini par rejoindre Golden State en espérant s’affirmer comme un champion. Histoire de lui aussi être respecté pour ses titres. Il en a déjà gagné deux mais n’a pas retrouvé sa popularité. Ce qui peut le peser. Depuis, il a tendance à s’en prendre souvent aux médias alors qu’il a toujours été plutôt apprécié et mis en avant par les journalistes. De la rancœur ?

Les propos de Durant font aussi écho à ceux de Magic Johnson et Kobe Bryant. Le Président des Lakers a réitéré qu’il ne voulait pas que le jeu "passe exclusivement par James" à Los Angeles. Bryant a ajouté que ce "n’est pas la bonne formule pour gagner des titres". Preuve que la problématique est vraiment importante pour la franchise. Et pas seulement pour le développement des jeunes talents que sont Ball, Ingram, Kuzma et compagnie. Il est fort probable que ces déclarations des deux légendes sont des appels du pied aux prochains agents libres : non, les Lakers ne veulent pas se concentrer uniquement sur James.

LeBron James lors de Los Angeles Lakers - Toronto Raptors en NBA le 4 novembre 2018

LeBron James lors de Los Angeles Lakers - Toronto Raptors en NBA le 4 novembre 2018Getty Images

Une déconnexion avec la nouvelle génération et un marché pas si ouvert

Il est finalement très difficile de s’adapter à LeBron en étant un joueur majeur en NBA. Kevin Love et Chris Bosh ont fait beaucoup de sacrifices et ont finalement peu été salués pour leur métamorphose. Ça peut aussi en refroidir certains. Bosh et Wade étaient peut-être plus à mêmes d’accepter certaines choses parce qu’ils sont amis avec le King. Ils sont de la même génération, la même classe de draft. Il a beau être respecté par les nouvelles stars de la ligue, le quadruple MVP n’est pas autant connectés avec eux. Elles ont donc moins de raisons de tenter le coup.

Avec un léger recul, il paraît de plus en plus compliqué d’imaginer une autre star venir s’installer à Los Angeles en juillet prochain. Kawhi Leonard aurait indiqué qu’il n’était pas intéressé à l’idée de rejoindre James. Il est actuellement le meilleur joueur de la meilleure équipe NBA (au bilan). Ses débuts avec Toronto sont juste parfaits. Les Raptors ont donc une vraie chance de le prolonger et seuls les Clippers font vraiment figure de concurrents. Jimmy Butler est dans une situation similaire : lui aussi ne voudrait pas partager la gonfle avec LeBron et il a l’air de se sentir à l’aise aux Sixers. Il ne serait pas étonnant qu’il reste à Philadelphie. Klay Thompson a répété à maintes reprises qu’il voulait terminer sa carrière aux Warriors. Kevin Durant, qui prend souvent James comme modèle, a l’air tiraillé entre l’idée de rester à Golden State ou celle de rejoindre un grand marché en perdition : New York. Les options sont donc très limitées pour les Lakers.

LeBron James (Los Angeles Lakers) et Jimmy Butler (Minnesota Timberwolves)

LeBron James (Los Angeles Lakers) et Jimmy Butler (Minnesota Timberwolves)AFP

Le problème Davis-Boston

Il ne reste peut-être qu’Anthony Davis. Et il y a fort à parier que ce soit surtout lui la cible. Il a déjà avoué plusieurs fois qu’il était attiré par les super teams. Après tout, il avait déjà su se fondre dans un collectif cinq étoiles lorsqu’il évoluait à Kentucky, en NCAA. Il n’a pas autant besoin de monopoliser la balle que les joueurs extérieurs que sont Leonard, Durant ou Butler. Son profil colle parfaitement au basket rapide pratiqué par les Lakers et il serait probablement le co-patron idéal capable d’assumer le relais en tant que première option dès que James commencera à décliner.

Seul hic : Davis n’est pas libre avant 2020. Mais la pression est déjà sur les Pelicans. L’intérieur peut mettre la pression sur ses dirigeants - comme l’ont fait George, Leonard, Irving ou Butler - et demander son transfert un an avant l’expiration de son contrat. Ce serait alors pour New Orleans le seul moyen d’obtenir une contrepartie en l’échange de sa superstar. Mais les Lakers auront de la concurrence sur le dossier. Il y aura une sacrée mise aux enchères avec notamment Boston, une autre franchise qui a accumulé les atouts en gardant justement en tête l’idée de recruter Davis le moment venu. Les Lakers proposeront sans doute un package incluant Brandon Ingram et Lonzo Ball. Est-ce que ça serait suffisant pour convaincre les Pelicans ? On peut aussi se demander qui les Celtics seront prêts à céder pour faire venir l’intérieur All-Star.

Ce n’est certainement pas un hasard si Anthony Davis a changé d’agent juste avant le coup d’envoi de la saison. Une telle décision est rarement anodine. Et le joueur s’est engagé avec Rich Paul… l’ami et représentant de LeBron James. Une autre piste mène éventuellement à Damian Lillard - mais là encore ça passerait par un transfert et il faudrait que Portland se mette en tête de se séparer de son meilleur joueur, ce qui semble peu probable. Lillard a d’ailleurs juré fidélité aux Blazers. Mais n’oublions pas tout de même que beaucoup de choses peuvent se passer en peu de temps en NBA. James semble pour l’instant mal parti pour attirer une deuxième star, mais nous avons bien conscience que nous n’avons pas toutes les cartes en main pour vraiment analyser la situation.

LeBron James et Anthony Davis

LeBron James et Anthony DavisGetty Images

0
0