Eurosport

MVP, rookie, coach… Le point sur les trophées de la saison

MVP, rookie, coach… Le point sur les trophées de la saison

Le 24/12/2018 à 18:53Mis à jour Le 25/12/2018 à 06:36

NBA - Après un peu plus de deux mois de compétition et avant les traditionnels matches de Noël, il est l'heure de se projeter vers la fin de saison. Les premiers candidats aux récompenses n'ont pas tardé à se faire connaître et la lutte s'annonce déjà féroce. Notre première sélection.

MVP : L'heure du Freak ?

Attention, toutes les précautions d'usage doivent être prises. Il ne s'agit là que d'un premier très provisoire, une tendance. En rien une certitude. Mais les annales de la NBA pourraient bien accueillir un nouveau nom dans la longue liste des MVP. Homme à tout faire des Milwaukee Bucks, Giannis Antetokounmpo ne cesse d'exploser aux yeux du monde entier. Le Grec est tout simplement le meilleur marqueur, rebondeur et passeur de sa formation. Plus clinique dans la finition (58,3% au tir !), plus agressif encore vers le cercle, il est surtout le leader d'une équipe qui tutoie enfin les sommets, actuellement deuxième de la conférence Est, avec le même nombre de défaites que Toronto, le meilleur bilan de la ligue. Il ne lui manque peut-être qu'une grosse performance individuelle contre un cador pour parfaire un peu plus son dossier.

Fantastique encore cette saison, Stephen Curry (Golden State Warriors) reste toutefois en embuscade, mais ses quelques matches manqués pour blessure le laissent (provisoirement) un cran derrière. Kawhi Leonard (Toronto Raptors), LeBron James (Los Angeles Lakers), Kevin Durant (Golden State Warriors) et Paul George (Oklahoma City Thunder) complètent les prétendants parmi les ailiers, très en vue en ce début de saison. Pour compléter la touche internationale, c'est à l'intérieur que cela se passe avec les belles campagnes de Joel Embiid (Philadelphie 76ers) et Nikola Jokic (Denver Nuggets), à la tête de deux des meilleures formations des dernières semaines. Quant à Anthony Davis, il paie les mauvais résultats de ses New Orleans Pelicans malgré des chiffres monstrueux comme à son habitude.

Notre sélection

  • Giannis Antetokounmpo (Milwuakee Bucks) : 26,2 points à 58,3% au tir, 12,8 rebonds, 6 passes, 1,2 interception, 1,4 contre
  • Stephen Curry (Golden State Warriors) : 28,6 points à 49,2% dont 46,9% à trois points, 5,1 rebonds, 5,3 passes
  • Kawhi Leonard (Toronto Raptors) : 26,8 points à 49,9%, 8,4 rebonds, 1,8 interception
  • Joel Embiid (Philadelphie 76ers) : 26,4 points à 48%, 13,2 rebonds, 3,5 passes, 1,8 contre
  • Paul George (Oklahoma City Thunder) : 26,1 points à 45,3% dont 38,6% à trois points, 8,1 rebonds, 4,5 passes, 2,2 interceptions
Giannis Antetokounmpo, Milwaukee Bucks

Giannis Antetokounmpo, Milwaukee BucksGetty Images

Rookie : Luka Doncic a déjà mis la NBA à ses pieds

Nombreux étaient encore les observateurs américains à se demander en début de saison si Luka Doncic allait pouvoir être un joueur dominant de l'autre côté de l'Atlantique. Quelques semaines et autant de prestations d'éclat auront suffi à convaincre les derniers indécis. Le Slovène est un joueur à part. Son début de saison chez les Dallas Mavericks est quasi idéal. Individuellement, il s'est déjà imposé comme le maître à jouer de l'équipe texane. Créateur, shooteur, décisif et spectaculaire, Doncic peut tout faire sur un parquet. S'il ne faiblit pas, le titre de débutant de la saison ne devrait pas pouvoir lui échapper. Il a même réussi la prouesse de mener un temps les Mavs jusque dans le Top 8 de l'Ouest, malgré l'absence de l'historique Dirk Nowitzki.

Seul joueur à pouvoir encore le concurrencer, le numéro un de la cuvée DeAndre Ayton monte gentiment en puissance. Le pivot de Phoenix a déjà fait l'étalage de son potentiel offensif, entre puissance et explosivité. Il lui reste désormais à travailler sa défense et à ce que les Suns gagnent enfin quelques matches… Tout le contraire de Jaren Jackson Jr, déjà important chez des Grizzlies retrouvés. La hype autour de Trae Young est de son côté retombée, même si le sniper d'Atlanta produit du chiffre.

Notre sélection

  • Luka Doncic (Dallas Mavericks) : 19,0 points à 43% au tir, 6,6 rebonds et 4,9 passes
  • DeAndre Ayton (Phoenix Suns) : 16,6 points à 59,9% et 10,9 rebonds
  • Jaren Jackson Jr (Memphis Grizzlies) : 13,2 points à 51,2%, 4,8 rebonds et 1,8 contre

Défenseur de l'année : Surprise ou revenant, le duel est lancé

S'il fallait énumérer tous les joueurs méritant d'être dans la course, ce titre serait sûrement le plus disputé. Deux joueurs retiennent toutefois particulièrement l'attention dans des rôles bien différents D'un côté, Marc Gasol est un habitué, vainqueur du trophée en 2013 et cité régulièrement parmi les meilleurs joueurs de la planète de côté du terrain. Revenu en forme après une saison 2017-2018 en dedans, l'Espagnol a repris le costume qui lui sied tant, celui de patron d'une des arrière-gardes les plus étouffantes de NBA (deuxième plus faible total de points encaissés par match).

De l'autre, Robert Covington, lui, est le modèle de l'homme de l'ombre dont toutes les bonnes équipes raffolent. Transféré en début de saison de Philadelphie vers Minnesota, l'ailier n'a rien perdu de ses qualités défensives. C'est simple, sans lui, les Wolves pointaient au 28e rang au "defensive rating", le nombre de points encaissés par une équipe en 100 possessions. Depuis, les voilà deuxièmes.

Notre sélection

  • Kawhi Leonard (Toronto Raptors)
  • Robert Covington (Minnesota Timberwolves)
  • Joel Embiid (Philadelphie 76ers)
  • Marc Gasol (Memphis Grizllies)
  • Paul George (Oklahoma City Thunder)
  • Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)
Marc Gasol e Ibaka, Grizzlies-Raptors

Marc Gasol e Ibaka, Grizzlies-RaptorsEurosport

6e homme de l'année : Harrell en pole

Les Los Angeles Clippers sont une des très bonnes surprises de ce début de saison. Les raisons de cette embellie sont multiples. Montrezl Harrell en est une. L'intérieur californien n'est plus une révélation mais son début de saison surpasse toutes les espérances. Monstre d'énergie, joueur ultra spectaculaire, l'homme aux dreadlocks signe, et de loin, sa meilleure saison en carrière. Et son activité en sortie de banc fait un bien fou aux Clippers et leur rotation à rallonge.

D'autres intérieurs pourraient aussi rafler la mise comme Domantas Sabonis (également candidat au titre de meilleure progression), ou Julius Randle, mais ce dernier pourrait rapidement s'imposer comme titulaire à plein temps et s'exclure de facto de la course à ce trophée. Attention aussi au dossier Derrick Rose, auteur d'une saison magnifique comme on n'espérait plus le voir en produire après des mois de galère. Le genre d'histoire à l'américaine qui pourrait faire pencher la balance.

Notre sélection

  • Montrezl Harrell (Los Angeles Clippers) : 15,3 points à 63,4% au tir, 6,6 rebonds et 1,5 contre en 25,3 minutes
  • Julius Randle (New Orleans Pelicans) : 19,3 points à 55,2%, 9,4 rebonds et 2,7 passes en 27,9 minutes
  • Domantas Sabonis (Indiana Pacers) : 14,2 points à 62,8%, 9,6 rebonds et 2,9 passes en 24,5 minutes
  • Derrick Rose (Minnesota Timberwolves) : 18,5 points à 48,5% dont 46,9% à trois points, 4,6 passes en 29,2 minutes
  • Dennis Schröder (Oklahoma City Thunder) : 16,2 points à 42,1%, 4,5 passes, 3,8 rebonds en 29,1 minutes

Most Improved Player : La renaissance de "Vooch"

Autre catégorie pour laquelle les dossiers ne manquent pas, le MIP récompensant le joueur ayant le plus progressé est aussi prisé qu'il est fluctuant. Gros début de saison, coup de chaud et belles séries peuvent vite gonfler l'impact tant visuel que chiffré d'un joueur. D'ici à la prochaine mise à jour, Nikola Vucevic a le profil idéal. Déjà dans sa huitième saison, le pivot du Orlando Magic que l'on pensait un temps voué à ne pas pouvoir s'adapter à la NBA actuelle est revigoré depuis le début de l'exercice. L'arrivée de Steve Clifford sur le banc semble lui avoir fait le plus grand bien avec des responsabilités de leader assumées et des stats en net regain.

Dans leur troisième année NBA, Buddy Hield et Pascal Siakam sont clairement dans la course. Ce dernier s'est installé comme un titulaire à temps plein chez la meilleure équipe de ce début de saison avec un rôle prépondérant. Zach LaVine a repris son envol après une grave blessure au genou et s'impose comme un attaquant de premier rang au sein de Bulls peu compétitifs.

Notre sélection

  • Nikola Vucevic (Orlando Magic) : de 16,5 points, 9,2 rebonds en 29,5 minutes à 20,1 points, 11,8 rebonds en 30,9 minutes
  • Pascal Siakam (Toronto Raptors) : de 7,3 points, 4,5 rebonds en 20,7 minutes à 14,8 points, 6,3 rebonds en 30,5 minutes
  • Zach LaVine (Chicago Bulls) : de 16,7 points, 3,9 rebonds, 3 passes en 27,3 minutes à 23,8 points, 4,9 rebonds, 4,8 passes en 35,3 minutes
  • Buddy Hield (Sacramento Kings) : de 13,5 points, 3,8 rebonds en 25,3 minutes à 20,4 points, 5,2 rebonds en 31,2 minutes
Nikola Vucevic (Orlando Magic) attaque le cercle face à Enes Kanter (New York Knicks)

Nikola Vucevic (Orlando Magic) attaque le cercle face à Enes Kanter (New York Knicks)Getty Images

Coach : Les débuts parfaits de Nurse

Un début de saison plein de surprises signifie de nombreux techniciens mis en avant. Si voir Toronto aux commandes de la Conférence Est n'a rien d'inattendu, que les Raptors soient si haut, si vite est un petit tour de force réussi par Nick Nurse. Pour sa première expérience de coach principal, le technicien de 51 ans a déjà posé sa patte sur son équipe. L'intégration de Kawhi Leonard ou la responsabilisation de Pascal Siakam sont autant de réussites dont le mérite revient grandement à Nurse.

Dans son rétroviseur, le Milwaukee de Mike Budenholzer fait mieux que se défendre. Le coach de l'année 2015 a transformé les Bucks d'une équipe à fort potentiel en véritable outsider. Son identité de jeu portée sur le mouvement de balle et un jeu offensif libéré semble en tout cas fonctionner. Même constat pour Mike Malone à Denver, leader contre toute attente de l'Ouest avec un groupe enfin à maturité. Billy Donovan, pour la gestion de son hydre Russell Westbrook – Paul George, et Doc Rivers, pour sa capacité à tirer le maximum de son effectif, peuvent aussi se mêler à la lutte.

Notre sélection

  • Nick Nurse (Toronto Raptors)
  • Mike Budenholzer (Milwaukee Bucks)
  • Mike Malone (Denver Nuggets)
  • Billy Donovan (Oklahoma City Thunder)
  • Doc Rivers (Los Angeles Clippers)
Nick Nurse et Jonas Valanciunas (Toronto Raptors)

Nick Nurse et Jonas Valanciunas (Toronto Raptors)AFP

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0