AFP

Jimmy Butler, nouvelle idole de Philadelphie

Butler, nouvelle idole de Philadelphie

Le 26/11/2018 à 07:34Mis à jour Le 26/11/2018 à 09:00

NBA - Appliqué, impliqué, combatif, talentueux et surtout décisif depuis son arrivée aux Sixers, Jimmy Butler a déjà conquis le public de Philadelphie. Auteur de 34 points, l'arrière All-Star a encore donné la victoire (contre Brooklyn, 127-125) à son équipe sur un ultime panier à trois points cette nuit.

Le joueur : Jimmy Butler, nouveau héros des Sixers

Allen Iverson était de passage au Wells Fargo Center de Philadelphie la semaine dernière. Il en a profité pour enlacer longuement Jimmy Butler. Le vrai reconnaît le vrai. Alors loin de nous l’idée de faire de Butler le successeur de la légende NBA, surtout dans le cœur des supporters des Sixers. Il n’est clairement pas à ce niveau de jeu et d’amour. Mais l’arrière All-Star séduit déjà son nouveau public. Il est le nouveau chouchou. Sa prestation de la nuit va clairement faire monter encore un peu sa cote. Il a inscrit 34 points, il a marqué le panier de la gagne et son équipe l’a donc emporté sur le fil contre Brooklyn (127-125).

Avec un dernier tir héroïque de Butler, déjà son deuxième depuis son arrivée aux Sixers. Celui-ci ressemblait d’ailleurs étrangement au premier. Un duel avec son défenseur, quelques dribbles, une accélération puis un pas en arrière légèrement sur le côté pour se replacer derrière l’arc avant de bombarder. Avec ce panier salvateur, il a conclu la remontée infernale des siens. Parce que les Nets d’un D’Angelo Russell étincelant (38 points) menaient encore de 13 points à l’entame du dernier quart temps. Même écart à cinq minutes de la sirène finale (105-118).

Les Sixers ont alors passé un 16-2 sous l’impulsion de Joel Embiid (32 pts, 12 rbds cette nuit). Jusqu’à ce tir crucial de Butler qui leur a donné leur premier avantage depuis le tout début de rencontre. C’est déjà la cinquième victoire en sept matches pour Philadelphie depuis le transfert du joueur en Pennsylvanie.

Le match : LeBron James n’a pas su faire gagner les Lakers

Les matches disputés le dimanche après-midi à heure locale peuvent parfois être ennuyeux. Parce que c’est un moment de la journée pendant lequel les joueurs NBA, grands amateurs de longues siestes, n’ont pas l’habitude de faire des efforts intenses. Cela donne souvent des rencontres hachées. Avec un faux rythme. Nouvelle illustration lors du duel entre les Lakers et le Magic. Une partie intéressante sur la fin mais avec des trous d’air des deux côtés. Il y a au moins eu du suspense et c’est Orlando qui a fini par l’emporter, un peu contre toute attente, sur le parquet du Staples Center (104-108).

Les Californiens n’ont pas su conclure une belle remontée héroïque dans les dernières minutes. Leur guide, LeBron James, n’a pas pris le dessus dans les derniers instants. C’est tout de même lui qui avait égalisé à 104 partout, depuis la ligne des lancers, effaçant au passage un déficit de 16 points en faveur des Floridiens. Il restait alors plus de deux minutes à jouer. Les Lakers n’ont plus marqué et ils ont donc perdu.

Le match avait pourtant bien commencé pour les hommes de Luke Walton. Ils menaient de dix points à la fin du premier quart temps (29-19) avant d’être écrasés lors des deux suivants. 67-42 en cumulé pour le Magic sur le deuxième et le troisième quart. Un Nikola Vucevic déchaîné (31 points, 15 rebonds et 7 passes !) prenait alors largement le dessus sur la raquette adverse. Les Lakers ont fini par resserrer (enfin) la vis en défense en fin de rencontre. Ils sont alors revenus au score.

James a manqué sa tentative à trois points pour repasser devant dans les dernières secondes. Sur l’action suivante, alors qu’il se frayait un chemin vers le cercle, le King a préféré ressortir la balle sur un Kentavious Caldwell-Pope froid (5 pts à 1/7) plutôt que de tenter sa chance près du panier. Le tir extérieur de l’arrière n’est pas rentré et Orlando en a profité pour se mettre à l’abri pour de bon. “J’avais un bon angle de tir mais il en avait un excellent“, s’est défendu LeBron après coup. Cette défaite vient casser la bonne dynamique de Los Angeles mais la franchise hollywoodienne reste tout de même sur sept victoires au cours de ses dix dernières sorties.

La performance : Ces Clippers sont vraiment costauds

Il va falloir être vraiment solide pour aller chercher les Clippers cette saison. Si les joueurs de Doc Rivers ne sont pas candidats au titre – il leur manque une superstar (coucou, Kawhi Leonard) pour vraiment postuler à une bague – ils sont bourrés de talents à tous les postes. Et surtout ils jouent avec dureté. Ils se donnent chaque soir. Et ils sont donc très difficiles à manœuvrer. Les Trail Blazers sont les derniers à en avoir fait les frais. Damian Lillard et ses partenaires ont été battus à domicile par la meilleure équipe de Los Angeles, portée par un Tobias Harris de gala auteur de 34 points (100-104). Avec cette victoire, la treizième en dix-neuf matches, les Clippers prennent désormais la tête de la Conférence Ouest.

Le papy qui résiste : 35 points pour Dwyane Wade

Le Miami Heat a perdu contre les Toronto Raptors (115-125) d’un excellent Kawhi Leonard (29 pts, 10 rbds) mais Dwyane Wade a sorti son meilleur match de la saison. Le futur Hall Of Famer a inscrit 35 points. En vain donc. Mais c’est une belle performance vintage qui ravira ses supporteurs : 13/22 aux tirs dont 4/7 à trois-points avec aussi 5 rebonds et 6 passes.

La série : Trois de suite pour les Knicks !

Assister à la troisième victoire consécutive de New York semble presque aussi étrange qu’une quatrième défaite de rang des Warriors (qui ont récemment aligné la première série négative de la sorte depuis l’arrivée de Steve Kerr sur le banc). Les Knicks ont pourtant bel et bien décroché leur troisième succès de rang en battant les Grizzlies cette nuit (103-98). Les joueurs de Manhattan l’ont fait pour leur coach, David Fizdale, licencié par Memphis en cours de saison dernière. Enes Kanter (21 pts, 26 rbds) a été l’acteur principal de la vengeance. Il n’empêche que les Knicks n’ont pas battu n’importe qui au cours des trois dernières rencontres : Boston, New Orleans et maintenant Memphis ! Une belle série qu’il faudra confirmer. En attendant, New York s’éloigne un peu du trio qui ferme la marche à l’Est.

Les Français : Rudy Gobert relance le Jazz

Utah avait vraiment besoin d’une victoire. La franchise mormone, surprenante l’an dernier, occupe pour l’instant les profondeurs du classement à l’Ouest. Il fallait un succès pour la confiance. Pour se remettre dans une bonne dynamique. En patron, Rudy Gobert a donc pris ses responsabilités en postant 18 points, 15 rebonds et 5 passes contre Sacramento (victoire du Jazz 133-112).

D’autres Français étaient engagés sur les parquets cette nuit. Frank Ntilikina a compilé 7 points et 6 rebonds contre Memphis. Nicolas Batum pointait lui à 14 pts, 4 rbds et 5 pds lors d’un match perdu sur le fil par les Hornets contre les Hawks (124-125). Tony Parker, légèrement blessé, n’a pas joué. Evan Fournier a lui été très discret (6 pts à 2/10) contre les Lakers mais le Magic l’a emporté et c’est probablement l’essentiel.

Tous les scores

Lakers – Magic : 104-108
Pistons – Suns : 118-107
Nets – Sixers : 125-127
Raptors – Heat : 125-115
Hawks – Hornets : 124-123
Grizzlies – Knicks : 98-103
Kings – Jazz : 112-133
Trail Blazers – Clippers : 100-104

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0