Getty Images

Siakam et Toronto commencent fort

Siakam et Toronto commencent fort

Le 31/05/2019 à 06:01Mis à jour Le 31/05/2019 à 06:41

NBA - Toronto a remporté dans la nuit de jeudi à vendredi, sur son parquet, le match 1 des finales NBA face à Golden State (118-109). On attendait Kawhi Leonard, mais c'est Pascal Siakam, auteur de 32 points, 8 rebonds, et d'un panier décisif à l'entame de la dernière minute, qui a porté les Raptors. Prochaine rencontre le 2 juin, toujours au Canada.

Raptors – Warriors : 118-109

Toronto mène 1-0

Voilà ce qui s’appelle une entrée en matière réussie. Pour le premier match en finales de leur histoire, les Raptors ont battu les Warriors (118-109) en faisant forte impression. Les joueurs de la franchise canadienne sont toujours aussi euphoriques – leurs supporters aussi – après l’élimination des Bucks au tour précédent. Ils ont surfé sur cette confiance pour décrocher une cinquième victoire de suite. Et c’est donc la première contre les doubles-champions en titre.

Ce qui ressort de cette partie, c’est qu’ils ont simplement mieux joué au basket que leurs adversaires. Le score reste relativement serré, moins de dix points à l’arrivée, mais l’impression dégagée par les deux camps est quand même bien différente. En tout cas sur cette rencontre. Les Raptors ont séduit. Ils ont pris le contrôle du match dès le premier quart temps (25-21), pour ne plus être rejoints ensuite.

Il y avait de la circulation de balle et du mouvement en attaque. “Les bons tirs sont abandonnés au profil d’excellents tirs“, notait justement l’ancien coach NBA Jeff Van Gundy, consultant pour la télévision américaine. Il y avait des efforts et de l’application en défense. Avec pour illustration la solidité de Fred VanVleet et Marc Gasol. Les deux joueurs ont gêné Stephen Curry en l’enfermant à deux sur plusieurs picks-and-roll en première mi-temps. Le pivot espagnol a aussi été tranchant offensivement – 20 points au total – en dominant notamment à chaque fois qu’il avait un vis-à-vis plus petit sur lui.

En face, les Warriors ont déjoué. Ils n’ont jamais été très loin au tableau d’affichage mais ils se sont souvent pénalisés eux-mêmes. Balles perdues, maladresses. C’est à se demander laquelle des deux équipes est inexpérimentée à ce niveau et laquelle des deux dispute là ses cinquièmes finales de suite.

Le show Pascal Siakam

Les Californiens ont tout de même bien contenu un Kawhi Leonard (23 pts, 5 sur 14) visiblement diminué physiquement. Il boitait et il a même peiné à accélérer sur plusieurs actions. Mais les joueurs de Steve Kerr ont fait du bon boulot sur lui en défendant à plusieurs, avec notamment Draymond Green constamment actif pour venir en aide. Ça a ouvert des espaces aux autres stars de Toronto. Surtout Pascal Siakam. Le Camerounais a été fantastique. Il a fait parler sa polyvalence en attaque et en défense. Il a marqué de près. De loin. En démarrant dos au panier. Face au panier. Ses 7 points de suite ont permis à son équipe de creuser l’écart en fin de deuxième quart temps. Avec donc + 10 à la mi-temps (59-49), sous son impulsion.

Ce n’était que le début. L’intérieur des Raptors a compris qu’il avait l’avantage sur Green. Les deux ont le même profil physique : ils sont puissants mais tout de même très mobiles. Le meilleur défenseur des Warriors n’a pas l’habitude de se coltiner un joueur qui a les mêmes atouts physiologiques que lui. Il en a vu de toutes les couleurs. Siakam a accéléré le rythme après chaque rebond, profitant d’un repli défensif hasardeux de Golden State – alors même que Kerr avait insisté sur l’importance de revenir rapidement après un tir raté. Toronto était l’équipe la plus efficace de la ligue en contre-attaque cette saison et ça s’est senti sur ce Match 1. Le lieutenant de Leonard a donc exploité les largesses défensives pour enchaîner cinq paniers de suite en moins de cinq minutes (69-58). Il a inscrit 14 de ses 32 points au cours de ce troisième quart temps.

Les Warriors ont besoin de Durant

Les Warriors ont malgré tout évité la casse. Ils ont même recollé à 7 points en début de quatrième quart temps, grâce à quelques exploits de Curry (28 pts) et Thompson (21). Mais en dehors des deux pistoleros, il n’y avait personne pour marquer des paniers. Pas même le revenant DeMarcus Cousins, qui a semblé perdu lors des huit petites minutes qu’il a passé sur le terrain. Logique, après plusieurs semaines d’absence. Il n’avait plus joué depuis le premier tour des playoffs et il était donc rouillé.

C’est encore Siakam qui a porté le coup de grâce avec plusieurs accélérations. Dont une menant à une passe décisive pour Danny Green, libre dans le corner à trois-points (100-88). Le match semblait plié. Les Raptors n’ont pas craqué. Parce qu’en face, l’absence de Kevin Durant s’est cruellement fait ressentir dans les moments importants. Les Warriors ont insisté sur le fait qu’ils ont besoin de lui pour gagner le titre. Ils n’ont pas tort. Mais avec ou sans KD, leur réaction est attendue lors du Match 2, toujours à Toronto.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0