Los Angeles Clippers – Dallas Mavericks : 126-111

  • Les Clippers s'imposent 4-3
Pendant un peu plus d'une mi-temps, Luka Doncic a fait rêver les fans de Dallas (et pas seulement). Stratosphérique au premier quart-temps (19 pts en 12 minutes), impressionnant jusqu'à la mi-temps (29 pts et 7 pds à la pause), le génial Slovène (46 pts, 7 rbds, 14 pds au final) a régalé pendant de très longues minutes pour permettre à Dallas de jouer les yeux dans les yeux avec les Clippers dans ce match 7. Mais au cœur du troisième quart-temps, l'ancien du Real Madrid a levé le pied. Et les Californiens ont surtout accéléré pour aller chercher ce succès qu'ils ne pouvaient pas laisser filer pour ne pas partir encore une fois en vacances trop tôt.
NBA
Detroit premier choix, Houston deuxième et les Warriors bien lotis
IL Y A 20 HEURES
Tout s'est donc joué au cœur du troisième quart-temps. Alors qu'ils surfaient sur les performances colossales de Doncic jusque-là, les Mavs ont compté jusqu'à 5 points d'avance (81-76) dans un match très offensif. Mais à ce moment de la rencontre, les Texans ont explosé en vol. Perdus en défense, maladroits de loin (10 sur 36, soit 27%), ils ont déjoué avec un Doncic un peu moins percutant. Et surtout, les Clippers ont enfin montré dans ce match 7 ce qu'on attend d'eux.
Morts de faim sur chaque possession, les hommes de Tyronn Lue ont imposé une agressivité à toute épreuve aux Mavs. Et si Kawhi Leonard (28 pts, 10 rbds, 9 pds, 4 interceptions) a répondu à Luka Doncic, c'est le collectif des Clippers qui a fait la différence. Paul George même s'il a été maladroit (22 pts à 5 sur 15 au tir), Marcus Morris (23 pts) ou encore Terance Mann (13 pts), RJ Jackson (15 pts) et Luke Kennard (11 pts) ont apporté leur pierre à l'édifice. Et les coéquipiers d'un excellent Nicolas Batum (11 pts, 7 rbds, 5 pds) ont pris le large (100-85 à la fin du 3e quart) pour filer vers la victoire malgré un petit sursaut d'orgueil des Mavericks. Les Clippers vont maintenant devoir montrer le même visage contre Utah. Car avec cette attitude, ils peuvent viser haut.

Philadelphie Sixers - Atlanta Hawks : 124-128

  • Atlanta mène 1 à 0
Atlanta s'est fait peur en fin de match. Mais l'essentiel est bien là : les Hawks ont été s'imposer sur le parquet des Sixers pour prendre les devants dans cette série. Alors que Joël Embiid était bien là et s'est montré rassurant sur l'état de son genou même s'il a boitillé à un moment en fin de rencontre (39 pts, 9 rbds, 4 pds, 3 contres), les leaders de la conférence Est à l'issue de la saison régulière pourront s'en vouloir de leur passage à vide en première période. Ces longues minutes où ils ont pris l'eau les ont placés dans une situation impossible.
Face à la pluie de trois points d'une équipe d'Atlanta en pleine confiance (20 sur 47 au final à 3 pts soit 42.6%) et très bien en place en défense, Philadelphie a coulé entre la fin du premier quart-temps et le début du second. Les Sixers ont alors vu le score enfler. Sans réussir à trouver la solution pour stopper l'hémorragie. Dans le sillage de l'insolent Trae Young (35 pts, 10 pds), les Hawks ont à ce moment-là passé un 17 à 0 pour passer de 27-36 à 27-53. 26 points de marge à 8 minutes de la mi-temps ! Atlanta a fait le break. Et a pu vivre sur cet écart colossal. Enfin pas totalement.
Devant son public, Philadelphie est parvenu à relever doucement la tête. En haussant le ton sur le plan de l'intensité. Et en s'offrant à son tour un run dans les dernières minutes du match. Revenus à deux petits points à quelques secondes du terme (124-126) grâce notamment à un 11-0, ils ont fait espérer leurs fans. Mais Bogdan Bogdanovic (21 pts) a parfaitement relayé Trae Young dans les dernières minutes pour permettre à Atlanta de conserver son avantage. Et remporter ce premier match qui annonce une série passionnante entre ses deux formations. Car mardi pour le match 2, les Sixers ont déjà l'obligation de réagir.

Trae Young #11 of the Atlanta Hawks looks on during a game against the Philadelphia 76ers during Round 2, Game 1 of the Eastern Conference Playoffs on June 6, 2021 at Wells Fargo Center in Philadelphia, Pennsylvania

Crédit: Getty Images

NBA
Comment le visage de la NBA a changé en quelques jours (et c'est loin d'être fini)
18/06/2021 À 15:29
NBA
Et maintenant, Carlisle s'en va : Séisme à Dallas
17/06/2021 À 21:07