Les Lakers sont à un match de leur dix-septième sacre NBA et du record en la matière, détenu par les Celtics, leurs rivaux historiques. Et ils ne comptent pas laisser passer l’occasion de plier l’affaire dès ce vendredi soir. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel dans le fait de vouloir gagner un match de basket important. Sauf que la franchise de L.A. a assumé son envie d’en finir par l’intermédiaire de son choix de maillot. Le fameux "Black Mamba jersey".
Avec cette tunique élaborée en hommage à Kobe Bryant, tragiquement décédé le 26 janvier dernier, les Lakers n’ont pas perdu un seul match de playoffs. Leur bilan ainsi vêtus dans cette campagne : 4-0. Pour les Finales NBA face au Heat, le plan était de porter cette tenue lors des matches 2 et, éventuellement, 7. Mais Los Angeles mène 3-1 et ne veut pas rater l’opportunité de porter le coup fatal avec ce maillot destiné à devenir collector.
Il représente un individu qui a donné son sang, sa sueur et ses larmes à la franchise pendant vingt ans
NBA
LeBron James, le réveil du patron
07/10/2020 À 09:09
"Cela signifie quelque chose, c’est plus qu’un simple uniforme, a estimé LeBron James ce jeudi. Il représente un individu qui a donné son sang, sa sueur et ses larmes à la franchise pendant vingt ans." La star des Lakers poursuivant son éloge en saluant le "dévouement à son métier" de Kobe Bryant, "sur et en dehors du terrain, pour que cette franchise soit fière de lui, et j’espère que c’était réciproque."
Il n’y a pas que pour le "King" que ce maillot est particulier. Anthony Davis, bras droit XXL de James, a inscrit un buzzer beater sensationnel lors du deuxième match face aux Nuggets, lors des Finales de la Conférence Ouest. Avec le paletot en question, et en criant "Kobe" dans la foulée. "Si nous faisons ce que nous sommes censés faire, alors nous pourrons rester invaincus (avec ce maillot pendant ces playoffs, ndlr)", a-t-il sobrement déclaré jeudi, avant de se montrer plus loquace.

Anthony Davis, décisif avec le maillot "Black Mamba" face à Denver

Crédit: Getty Images

"Nous ne voulons pas le laisser tomber"

"Pouvoir clore ces Finales avec les uniformes ‘Black Mamba’ en vaut la peine (…) le faire en son honneur est quelque chose que nous attendons avec impatience", poursuit ainsi Davis. Il prévient : "Nous ne voulons pas perdre, nous ne voulons pas le laisser tomber." Voilà qui présage d’une tâche immense pour le Miami Heat, probablement (encore) privé de Goran Dragic, l’un de ses éléments les plus importants. Le meneur slovène est sur le flanc depuis le premier match en raison d’une déchirure de la voûte plantaire gauche.
D’autant plus qu’il n’y a pas besoin d’être diminué pour craindre d’affronter LeBron James à un pas de terminer victorieusement une série. Lors des dix-huit dernières fois qu’il s’est retrouvé dans cette situation, le "King" a eu le dernier mot à dix-sept reprises. Il est à 79,2% de réussite dans ce domaine sur l’ensemble de sa carrière et semble galvanisé par le fait que Jimmy Butler, bavard et décisif avec 40 points lors du match 3, soit à la hauteur de l’évènement. Les Angelinos n'ont perdu que trois rencontres depuis le début des phases finales (victoire 4-1 lors de chaque série). Difficile de les imaginer perdre trois fois de suite.

Jimmy Butler et le Heat vont-ils parvenir à faire durer la série ?

Crédit: Getty Images

Choix à double tranchant

Mais le choix vestimentaire des Lakers peut être un tournant. Il n’est pas un potentiel levier de motivation pour eux seuls. Il a aussi de quoi inspirer les joueurs du Heat. Leurs adversaires jouent cartes sur table : miser sur le mysticisme du "Black Mamba jersey" lors du game seven ? Très peu pour nous. Nous allons plier l’affaire dès maintenant. Cela a de quoi piquer Butler et sa bande. Ce qui donne encore un peu plus de sel à cet épilogue d’une saison pas comme les autres, dans la bulle d’Orlando.
Davis a conscience du risque pris : "C’est une dose de pression insensée en plus, c’est sûr". Le camouflet qu’une défaite lors de ce cinquième round représenterait est immense. Mais pour se revendiquer à la hauteur de l’héritage de Kobe Bryant, il ne faut pas trembler dans une telle situation. Surtout quand on s’appelle LeBron James et qu’on est affublé du surnom de "Chosen One".

LeBron James aura la pression vendredi soir

Crédit: Getty Images

Basketball
Une stat implacable : Les Lakers l'emportent toujours quand ils mènent au début du 4e quart-temps
07/10/2020 À 08:58
NBA
Au nom de Kobe
29/09/2020 À 15:02