"Vous connaissez le meme avec Jordan 'Je l'ai pris personnellement'" Interrogé en conférence de presse après le match sur les critiques, Stephen Curry n'y a pas été par quatre chemins. Encore une fois. Il ne l'avait pourtant pas vraiment montré ces derniers jours. Mais les commentaires négatifs sur son impact l'avaient un peu agacé.

Pointé du doigt par certains alors que les Golden State Warriors amoindris par l'absence de Klay Thompson n'arrivaient pas à décoller depuis le début de la saison, le meneur était jusque-là resté discret devant les micros et sur les terrains où il ne forçait pas et faisait jouer ses partenaires. Avant de mettre les points sur les i à sa manière ce dimanche soir. Sur le parquet, avec 62 points pour offrir la victoire des siens face à Portland (137-122).

NBA
Durant et Harden trop puissants pour les Bucks, les Warriors renversent les Lakers
19/01/2021 À 06:00
Il n'y a rien que vous puissiez dire sur moi qui va m'affecter

Le temps d'un soir, Stephen Curry a rappelé à toute la planète basket le joueur formidable qu'il est. Ce shooteur d'exception apte à prendre feu à la moindre occasion. En seulement 36 minutes sur les lattes, l'ancienne star des Wildcats de Davidson a ainsi signé un nouveau record en carrière (son précédent était de 54 points). Avec une adresse encore phénoménale : 58% aux tirs, 50% à trois points (8 sur 16) et 18 sur 19 aux lancers ! De quoi le faire entrer un peu plus dans les livres d'histoire de la NBA :

  • Avec 31 points avant la pause et 31 au retour des vestiaires, "Baby Face" est devenu le premier joueur à marquer plus de 30 points lors de chaque mi-temps depuis le génial Pete "Pistol" Maravich en 1977, selon Elias Sport.
  • Et à 32 ans, il est devenu le deuxième joueur le plus âgé de l’Histoire à atteindre les 60 points, derrière Kobe Bryant (37 ans en 2016).

La mise au point a été radicale. "Je suis confiant en mes capacités en tant que personne. Et en tant que basketteur, il n'y a rien que vous puissiez dire sur moi qui va m'affecter. J'adore tout ce que ce jeu offre, la compétition... Et je ne fuis jamais. (…). J'essaie de rester humble et dans l'instant présent. Tant que je continue à être agressif et décisif, alors de bonnes choses continueront à se produire", s'est contenté d'ajouter Curry, de retour de blessure cette saison après avoir seulement joué cinq petits matches en 2019-2020.

C’est une légende

Le double MVP (2015 et 2016), triple champion NBA, n'avait pas forcément envie de s'étendre sur le sujet. Bien conscient qu'il avait déjà remis les pendules à l'heure quelques minutes avant en inscrivant pas loin de la moitié des points de son équipe. Comme souvent dans ces cas-là, ses coéquipiers se sont cependant chargés du service après-vente et d'appuyer la démonstration.

"Quand vous avez atteint un certain point, les gens veulent vous faire redescendre, l'a défendu Draymond Green dans des propos rapportés par Espn. Certains vont toujours pinailler sur ce que Steph a fait. 'Il n'a jamais gagné un trophée de MVP des Finales' ou "Il n'a pas porté l'équipe'. Mais pour être clair, il a porté toutes les équipes car c'est le leader de notre groupe depuis que je suis ici". Son show de dimanche l’a encore illustré. Et va rester dans les mémoires. "C'est dingue. Ça me rappelle NBA2K parce que j'avais l'habitude de jouer avec Steph et je marquais souvent 60 points. Donc le voir en personne, c’est phénoménal. C’est une légende", a conclu son nouveau partenaire James Wiseman, deuxième choix de la dernière draft. Ce dimanche soir, il n'y avait personne pour dire le contraire.

NBA
Doncic dépasse Jordan, le Jazz enchaîne et les Clippers impressionnent
18/01/2021 À 06:28
NBA
Boston se rate dans les grandes largeurs contre les Knicks
17/01/2021 À 20:51