Des stats, des stats, des stats… Tant de chiffres qu'on frôle parfois l'indigestion. 42 points ici, 24 passes là, 21 rebonds… Russell Westbrook a souvent touché l'exceptionnel cette saison et sur l'ensemble de sa carrière. Exceptionnel dans son sens premier, le meneur des Wizards est seul dans sa galaxie maintenant qu'il a effacé Oscar Robertson des tablettes en claquant un 182e triple-double en carrière. Et si celle-ci s'arrêtait maintenant, que retiendrait-on de Westbrook ? Des chiffres ? Bien sûr. Ils sont constitutifs de Russell Westbrook. Mais pas seulement. Et heureusement.
Russell Westbrook est un enragé sur le terrain parce qu'il veut faire des statistiques ou celles-ci ne sont-elles que la conséquence de son incroyable rage de vaincre ? Sorte de dilemme moderne de l'œuf ou de la poule à la sauce NBA, cette question assez simple tient en elle l'appréciation que l'on peut faire de la carrière du numéro 4 des Wizards. Ses détracteurs, ils sont nombreux, n'hésiteront pas une seule seconde pour répondre. A bien des égards, ils ont raison. Il suffit de se balader un peu sur internet pour tomber sur des "best-of" d'actions où ses choix semblent contraires à ce que le jeu réclamait.
NBA
Une fin de match de folie et les Suns arrachent une victoire miraculeuse
IL Y A 14 HEURES

"Comme Oscar, Magic et Jason Kidd"

C'est vrai, il serait hasardeux et pour tout dire assez malhonnête de prétendre l'inverse. Après tout Westbrook lui-même a dit ceci la nuit dernière après la défaite face à Atlanta : "C’est juste une bénédiction. Vous consacrez tellement de temps au jeu, vous sacrifiez tant de choses, pour être en mesure d’être mentionné avec des gars comme Oscar, Magic et Jason Kidd". Tout Russell Westbrook est là. Tout ce qu'on peut admirer, tout ce qu'on peut lui reprocher. Tout ce que seront les débats sur son cas dans les années (décennies ?) à venir.
Tout ce que sera aussi son héritage. Sauf catastrophe, Westbrook dépassera les 200 triples-doubles en carrière. Ridicule puisque non corrélé à une réussite collective, entendra-t-on. Amour pour le jeu et sacrifice pourra-t-on répondre. Ses qualités physiques fascinantes, Westbrook les met au service de son adoration pour le basket. Pour le basket, pas pour les chiffres. De ce point de vue-là, ces derniers seraient plutôt une conséquence. Russell Westbrook a tellement envie de jouer qu'il fait tout sur un terrain. Partout. Pensez à l'ancien du Thunder sur un parquet. Que le voyez-vous faire ? Si vous êtes taquin, rater un shoot mais allez plus loin. Prendre un rebond ? Faire une passe ? Oui aussi. Mais surtout transpirer, et sourire.
Comme d'autres avant lui et encore beaucoup après, Westbrook rentre sur un parquet pour jouer. Le jeu dans sa définition la plus pure. On ne l'a pas vu jouer dans son enfance mais on peut facilement l'imaginer courir partout. Il n'a pas changé. Il n'a pas les qualités techniques d'un Stephen Curry et compense avec autre chose. Cet autre chose qu'on lui reproche, c'est finalement son physique qui lui permet d'être quasiment à deux endroits à la fois. A la manière d'un N'Golo Kanté sur le rectangle vert. L'abandon de soi au profit du collectif en moins. Pourquoi ne retiendrait-on pas ça de lui ? Son amour pour le basket et les sacrifices qu'il a fait pour en arriver là.

Il ne suffira pas de faire des stats pour être le nouveau Westbrook

Sa combinaison de vitesse, d'endurance, de puissance brute en font un joueur à part. Ses choix parfois douteux, sa mécanique de tir peu académique et surtout ses résultats collectifs, une cible facile. Il n'est pourtant pas la première légende de l'histoire de la NBA à buter sur l'objectif suprême. "Un titre de champion ne changera pas ma vie. Je suis heureux, assurait-il il y a peu. J'étais déjà un champion dès que j'ai mis un pied en NBA. [...] Pour moi, mon héritage ne repose pas sur ce que je fais sur le terrain mais sur ce que j'accomplis en dehors. Combien de personnes je peux influencer et inspirer tout au long de ce voyage. C'est avec cette mentalité que je continue de tout donner."

Russell Westbrook (Washington Wizards) contre les Atlanta Hawks / NBA

Crédit: Getty Images

S'il y a bien une chose qu'on ne peut pas lui enlever, c'est ça : il donne tout. Trop peut-être mais tout. Que peut-on, en tant qu'observateurs, exiger de plus d'un joueur ? Il y a des failles dans son jeu, surtout dans la NBA moderne où le tir à trois points devient la norme, mais Westbrook ne triche pas. Si sa carrière s'arrêtait maintenant, ne soyez pas surpris si les hommages pleuvent. Demain, il y aura des "nouveaux Westbrook". Dès qu'un jeune alignera les triples-doubles, on le comparera au maître en la matière. Mais comparaison n'est pas raison. Pour mériter le statut de "nouveau Westbrook", il faudra plus que des chiffres. Car Westbrook, c'est aussi autre chose et il ne faudra pas l'oublier.
NBA
Du spectacle à la franchise : Les Harlem Globetrotters candidats pour intégrer la NBA
IL Y A 21 HEURES
NBA
Comment Booker est devenu un vrai patron en NBA
HIER À 08:26