Ce lundi soir, la NBA a annoncé le report de deux matches, Pelicans-Mavericks et Bulls-Celtics. Nouvel épisode d'une semaine compliquée pour la NBA. Après la période des fêtes, le Covid-19 gagne du terrain dans la ligue. Au point que l'on peut se demander si la situation ne devient pas chaque jour plus incontrôlable ? Alors qu'ils ont évacué la possibilité d'une pause ce week-end, les dirigeants assurent désormais qu'ils vont discuter du protocole sanitaire en place et peut-être (sans doute ?) l'amender.

"Voilà ce que je pense : si nous nous trouvons dans une situation où nos protocoles ne fonctionnent pas, ce qui signifie que non seulement nous avons des cas de Covid, mais que nous nous rendons compte que ceux-ci contaminent d'autres équipes, ceci pourrait nous conduire à suspendre la saison". Ces mots sont d'Adam Silver et datent de la mi-décembre quand il avait été questionné sur un possible arrêt de la saison NBA en cas d'explosion des cas de coronavirus. Toute ressemblance avec la situation actuelle peut-elle être qualifiée de fortuite ?

NBA
Irving absent face à Milwaukee
IL Y A 11 HEURES

Le cas symbolique de Bradley Beal

Quel est-il ce protocole ? Des tests PCR réguliers, une mise à l'isolement en cas de test positif et la recherche des potentiels "cas-contact". Si aucun joueur n'avait été testé positif dans la bulle d'Orlando qui avait rempli son office à la perfection, la saison 2020/2021 était partie sur de bien mauvaises bases avec un Houston-Oklahoma City reporté dès le deuxième soir. Et pour cause, les Rockets ne disposaient pas des huit joueurs minimum nécessaires pour jouer. Ce fut encore le cas ce dimanche du Miami Heat qui n'a pu affronter les Boston Celtics, eux-même limités à neuf hommes disponibles.

Samedi, Bradley Beal avait dû se retirer pendant l'échauffement suite à l'annonce du test positif de Jayson Tatum (Boston). Après avoir longuement discuté avec lui la veille sur le parquet, l'arrière de Washington était considéré comme cas contact. Assez logiquement. Ce qui l'est moins, c'est que Beal ne l'aurait pas été sans cette discussion alors qu'il venait de partager le terrain, parfois en face à face avec l'ailier des Celtics. Mais la NBA, se basant sur les recommandations des autorités sanitaires étasuniennes, ne pense pas qu'un joueur puisse en contaminer un autre simplement en l'affrontant.

Bradley Beal et Jayson Tatum

Crédit: Getty Images

Il y aurait risque de transmission en cas de "contact rapproché", soit 15 minutes ou plus à moins de 1,80 mètre de distance. La NBA estimait jusqu'à présent qu'aucun joueur ne passait autant de temps si près d'un autre pendant un match NBA. Ce lundi, après avoir annoncé le report de deux rencontres, la ligue a ajouté qu'elle allait revoir son protocole sanitaire. Va-t-elle revenir sur ce point précis ? Continuer dans le même sens c'est prendre le risque de propager encore et encore le Covid-19 au sein des franchises. Dire qu'un joueur serait dorénavant cas contact s'il a été sur le même parquet qu'un joueur contaminé reviendrait à signer l'arrêt de mort de la saison, ou presque. Dilemme pour une ligue privée, faut-il le rappeler, dont le but est de faire des bénéfices et qui sort d'une saison difficile de ce point de vue-là.

Et la santé des joueurs dans tout ça ?

Et le cas de Beal n'est pas le seul ni le plus étonnant. Ainsi, Seth Curry (Philadelphie) et Jonas Valanciunas (Memphis) ont quitté leurs partenaires en pleine rencontre ce weekend. Celtics, Wizards, Grizzlies mais aussi Nets, Mavericks, Heat, autant de franchises touchées à l'instant T par le coronavirus et une situation qui semble gagner du terrain jour après jour. La multiplication des matches et des déplacements n'aidant évidemment pas dans le domaine.

"Nous avions anticipé que des matches seraient reportés, assurait Mike Bass, le porte-parole de la NBA à ESPN, ce lundi. Il n'est pas question de faire une pause pour l'instant." En annonçant effectivement que la première moitié du calendrier, la ligue s'était laissée des portes de sortie mais si la situation ne redevient pas normale, autant qu'elle peut l'être en ce moment, caser les matches reportés dans un calendrier déjà chargé va vite devenir un casse-tête. Cet automne, la NFL avait elle aussi dû faire face à une explosion de cas de Covid. Mais les effectifs de football américain sont bien plus étoffés que ceux de la NBA.

ESPN se fait l'écho de dirigeants de franchises qui estiment qu'une pause est inévitable. Les coachs eux s'inquiètent des conséquences sur la santé des joueurs. Samedi, Doc Rivers a dû faire avec sept hommes seulement, et pas les plus habitués à jouer longtemps (c'est même tout le contraire). "Trois de nos joueurs ont joué plus de 40 minutes et je ne pouvais pas faire autrement, s'inquiète-t-il auprès d'ESPN. Nous rejouons dans deux jours puis encore le lendemain. Je suis inquiet. Nous devons faire très attention à ce que nous allons faire dans les prochaines semaines". Prochains jours, serait-on tenté de corriger.

NBA
Coronavirus oblige, Charlotte-Washington reporté
IL Y A 11 HEURES
NBA
Les Knicks ouvrent le Martin Luther King Day en dominant le Magic
IL Y A 12 HEURES