LeBron James est l’un des acteurs les plus puissants du paysage basket. Il est écouté et respecté. Sa voix pèse. Il est consulté sur de nombreux sujets, parfois par la ligue, et quasiment tout le temps par les médias. Interrogé sur le play in, le King voudrait "virer celui qui a inventé cette m****." Pourtant, à l’aube du premier round de matches à élimination directe à l'Ouest mercredi soir, les éminences grises qui ont amené à l’instauration du nouveau format pourraient presque réclamer une promotion. C’est déjà une réussite, sans même que la moindre minute n’ait été disputée. Parce que les Los Angeles Lakers, septièmes, vont affronter les Golden State Warriors, huitièmes. La NBA ne pouvait rêver d’une meilleure affiche pour vendre son tournoi de qualification. Nous non plus.
Les audiences des matches ne cessent de chuter. Là, alors que l’intérêt pour le jeu est de moins en moins fort, la ligue peut présenter au public son produit le plus attirant : un duel entre deux franchises qui passionnent encore les foules – elles sont les seules à faire du chiffre. Los Angeles contre Golden State. LeBron contre les Warriors, cinquième acte. James face à Curry. Avec une place en playoffs mise en jeu. Que demander de plus ?

LeBron James

Crédit: Getty Images

NBA
Chris Paul, encore raté... et maintenant l'heure du choix
23/07/2021 À 14:33
La superstar des Lakers peut s’opposer au play in mais cette épreuve inhabituelle peut donner encore plus de poids à sa narrative. Un soupçon de romance en plus. Le natif d’Akron, ses représentants et ses coéquipiers ont même déjà commencé à écrire un scénario captivant. En se pressant à mettre en lumière le fait qu’une équipe qui serait sacrée en passant par le play in deviendrait la première à avoir gagné 17 matches – et non 16 – pour aller au bout. En rappelant qu’aucune formation classée au-delà de la sixième place n’a décroché de bague. En laissant James proclamer Stephen Curry comme le MVP, ce qui donnerait encore plus de poids à une éventuelle victoire mercredi. En insistant aussi sur le fait qu’il ne reviendrait jamais à 100% après une… entorse de la cheville, propos sur lesquels il est ensuite revenu devant le flot des commentaires négatifs. Jared Dudley parle déjà de ce qui serait "le parcours le plus dur de tous les temps" si les Angelenos finissaient encore une fois champions. L’ironie, c’est qu’ils tenaient tous exactement le même discours l’an dernier en évoquant les challenges que représentait la bulle Disney.

LeBron James contre Stephen Curry, encore une fois

Bien sûr, tout est exagéré. Même avec un Curry étincelant, les Warriors ne sont plus les mêmes. Kevin Durant est parti. Klay Thompson squatte l’infirmerie depuis deux ans. Les Lakers pourraient aussi croiser la route des Suns inexpérimentés et des Nuggets privés de Jamal Murray. Pas sûr que ce soit vraiment le défi du siècle. Mais peu importe. Peu importe parce que c’est ça qui fait vendre. Ça fait partie de la culture américaine. Hollywoodienne. Et la NBA ne rate jamais une occasion de se prendre au jeu. C’est le moment d’en revenir à l’affiche. Golden State contre Los Angeles. L’équipe qui a dominé le championnat entre 2015 et 2019, avec trois titres en cinq finales, et celle qui aspire à prendre sa succession en s’affirmant comme la nouvelle dynastie en place après son sacre en 2020. Mais la vraie rivalité, c’est donc celle entre LeBron et les Warriors. Une formation qu’il a affrontée quatre années de suite pour le titre, pour une seule victoire à l’arrivée. Mais quelle victoire, en 2016, après avoir été mené 1-3 avec ses Cavaliers. Ou plutôt, la rivalité, c’est James face à Curry. Un homme qui lui a fait de l’ombre, au point de devenir le joueur le plus populaire de la planète après ses deux MVP en 2015 et 2016. Un adversaire qu’il respecte. Les deux visages de la NBA des temps modernes.
Alors, évidemment, la hauteur de l’événement n’est plus la même. Avant, ils se livraient bataille pour une place au sommet. Sur le trône. Là, ils jouent pour un spot en playoffs. Mais ça rend peut-être l’affrontement encore plus excitant : ils vont se défier pour leur "vie" au sens basketball-istique du terme. Et le format sur un match donne justement encore plus de piquant à cette rencontre. Ça rend le tout encore plus explosif. Parce que sur un match, qui sait ce qui peut se passer ? Qui sait qui peut prendre feu ? Steph ? LeBron ? Les deux ? C’est ce dont rêve la NBA.

LeBron James Stephen Curry

Crédit: Getty Images

Mais même là, c’est un peu survendu. Les Warriors sont très moyens. Ils seraient même catastrophiques sans leur meneur All-Star. Les Lakers viennent de vivre une saison régulière infernale avec des pépins physiques à répétition. La dynamique ne joue même pas vraiment en leur faveur, surtout que James pourrait être diminué par sa cheville. L’état de santé d’Anthony Davis reste aussi une énigme. Il ne s’agit pas d’un duel entre deux candidats au titre. Los Angeles peut encore y prétendre et l’équipe de Frank Vogel part grande favorite. Elle affiche tout de même plus de certitudes collectives et possède de meilleures individualités. C’est encore une fois à ça que ça revient. LeBron James contre Stephen Curry. Le meilleur des deux peut faire la différence pour son équipe. Pour l’instant, l’avantage est de 15 à 7 en faveur de Curry lors de leurs affrontements en playoffs. Sauf que les cartes ont été redistribuées depuis. Rien que cette saison, Los Angeles a battu Golden State sur un écart moyen de 28,5 points… Mais sur une seule rencontre, tout peut arriver. Et c’est bien ça, la magie du play in.
NBA
Willie Green, nouvel entraîneur des Pelicans
22/07/2021 À 22:04
NBA
Giannis, le magnifique
21/07/2021 À 08:57