Giannis Antetokounmpo et les Bucks entrent dans l'Histoire avec ce titre

Milwaukee Bucks - Phoenix Suns : 105-98
Milwaukee gagne la série 4-2
Un titre se gagne en défense, en équipe et avec une superstar. L’équipe de Milwaukee avait les bons ingrédients et elle a enfin trouvé la recette. Portés par les 50 points d’un Giannis Antetokounmpo extraordinaire, auteur de son troisième match à plus de 40 points durant ces finales NBA, portés par leurs efforts, portés par leurs stoppeurs, les Bucks ont remporté le Match 6 contre les Suns (105-98) pour décrocher le deuxième titre de leur Histoire après un demi-siècle d’attente.
NBA
Middleton décisif, les Bucks résistent à un grand Booker et égalisent !
15/07/2021 À 05:21
La consécration pour ce groupe construit pièce par pièce depuis l’arrivée d’un jeune Grec de 18 ans inconnu au bataillon en 2013. La franchise du Wisconsin est seulement la deuxième (après les Raptors en 2019) à aller au bout sans disposer dans son effectif d’un joueur pioché dans les neuf premières positions à la draft.
Pas besoin. Pas besoin quand une organisation peut compter sur un joueur comme Giannis. Tout simplement phénoménal, le natif d’Athènes a ajouté deux lignes magnifiques à son palmarès déjà très chargé : le titre NBA et le trophée de MVP des finales. Deux justes récompenses après la série formidable – les superlatifs ne sont pas de trop – du bonhomme de 26 ans.
Blessé au genou juste avant les finales, il a surpassé la douleur pour revenir dès le coup d’envoi des finales. Brillant tout du long, il avait donc gardé le meilleur pour la fin. Une prestation d’anthologie à 50 points, devenant ainsi le septième joueur de l’Histoire à marquer autant lors d’une rencontre à ce niveau de la compétition. 50 points à 16 sur 25 aux tirs mais surtout à 17 sur 19 aux lancers-francs.

Antetokounmpo a tenu parole

D’ordinaire frileux sur la ligne réparatrice, Antetokounmpo s’est appliqué, lui qui insistait justement sur le fait que ce Match 6 se gagnerait en étant plus rigoureux que jamais. Il n’a laissé filer aucune possession. Il s’est battu tout du long. En attaque. En défense. 14 rebonds et même 5 contres. Dont certains (litigieux) assez importants dans le quatrième quart temps.
Bucks et Suns étaient à égalité 77-77 à l’entame des 12 dernières minutes de ces finales. Les joueurs de Mike Budenholzer ont su prendre le dessus, notamment grâce aux lancers de leur superstar. Mais aussi en mettant dans le mal un Devin Booker maladroit (19 points à 8 sur 22) et un Chris Paul discret par moment (26 points à 11 sur 19). Soudainement moins étincelante, étouffée par la défense adverse, l’armada offensive de Phoenix a montré ses limites.
CP3 et ses partenaires ont gagné les deux premières rencontres avant de perdre les quatre suivantes. Cruel. Mais finalement assez juste. Il s’en est fallu de peu pour que Milwaukee soit couronnée dès les premiers instants de ce Match 6. Khris Middleton (17 points, 5 rebonds, 5 passes, 4 interceptions) et sa bande comptaient 13 longueurs d’avance après un quart-temps (29-16). Mais les Suns ont fini par revenir et à reprendre les devants, notamment grâce à la très bonne rentrée de Cameron Payne puis sous l’impulsion de Paul.
Ça n’a pas suffi. Ça ne pouvait pas suffire devant un joueur aussi fort que Giannis Antetokounmpo, qui boucle les finales avec plus de 35 points de moyenne. Un basketteur fantastique. Un champion encore plus grand. Il avait promis qu’il porterait sa franchise et la ville de Milwaukee vers la consécration. Il a tenu parole. Les Bucks sont sur le toit du monde. Et lui encore plus.

Les Bucks fêtent leur titre

Crédit: Getty Images

NBA
Leader trop seul, lieutenants absents : Pourquoi les Bucks sont en grande difficulté contre les Suns
09/07/2021 À 08:17
NBA
Paul - Booker - Ayton : comment les Suns ont bâti le Big 3 le plus complémentaire de la NBA
08/07/2021 À 08:51