Trae Young sensationnel, les Sixers s’écroulent

Philaelphie Sixers - Atlanta Hawks : 106-109
Atlanta mène 3-2
On pourrait presque qualifier ça de faute professionnelle. Tête de série à l’Est, premiers de la saison régulière, plus expérimentés et plus complets sur le papier, les Sixers ont encore été surpris par les Hawks mercredi soir (106-109). Malgré 39 points de Joel Embiid. Malgré l’avantage du terrain. Malgré une avance de 26 points au cours de la partie.
NBA
Westbrook, LeBron, Davis : la réunion secrète qui a fait basculer l'avenir des Los Angeles Lakers
IL Y A 5 HEURES
Même à un peu plus de 4 minutes de la sirène finale, les chances de victoire de Philadelphie étaient estimées à 97%. Parce qu’il y avait encore 10 longueurs d’avance (102-92) en faveur des hommes de Doc Rivers. Puis les Sixers se sont encore écroulés. Ils ont craqué mentalement. "On était trop relâché", confiait Ben Simmons. Trop relâché peut-être. Trop fragile aussi. L’Australien a raté 10 lancers-francs et a terminé avec 8 points en 36 minutes. Incapable de soutenir Embiid au scoring.
Seuls deux joueurs des Sixers ont marqué des paniers en deuxième mi-temps : Embiid et Seth Curry, auteur de 36 points au total. Quand Trae Young a senti que le vent tournait, il s’est déchaîné. Le jeune homme, qui découvre les playoffs et multiplie les performances de haut rang, a tout simplement battu son record personnel en claquant 39 points lui aussi. Parmi ses nombreux points, trois lancers qui ont conclu le comeback monstrueux d’Atlanta.
Les Hawks, également menés par le vétéran Lou Williams, décisif dans le money time, ont converti 16 de leurs 22 tentatives dans le quatrième quart temps. Un 19-40 passé en 12 minutes pour finalement l’emporter de justesse.
Voilà donc Trae Young et ses coéquipiers à une petite victoire de disputer les finales de Conférence. Impressionnant. Ils auront en plus l’avantage d’aller essayer de chercher cette qualification devant leur public. Les Sixers ne sont évidemment pas encore éliminés et ils peuvent s’appuyer sur leurs trente premières minutes de jeu pour se rassurer et se convaincre qu’ils restent les plus forts sur cette série. En revanche, ils sont encore bien, bien loin de se comporter comme des favoris pour le titre.

Paul George et les Clippers en patrons

Utah Jazz - Los Angeles Clippers : 111-119
Los Angeles mène 3-2
Il fallait un grand Paul George en l’absence de Kawhi Leonard, blessé au genou et peut-être même victime d’une rupture des ligaments croisés. Il fallait "Playoffs P", l’alter-ego qu’il s’était lui-même créer pour décrire un joueur plus performant en playoffs. Et ce joueur était bien présent pour porter les Clippers comme un chef sur le parquet du Jazz mercredi soir. Auteur de 37 points, 16 rebonds et 5 passes, PG a mené Los Angeles à une très belle victoire contre Utah (119-111).
Sauf qu’il fallait en réalité plus qu’un All-Star au sommet de son art pour l’emporter contre l’équipe tête de série à l’Ouest. Reggie Jackson et Marcus Morris l’ont compris. Les deux joueurs de complément ont haussé leur niveau de jeu pour inscrire respectivement 25 et 22 points.
Derrière au tableau d’affichage en première période, les Californiens ont calmé la foule (bouillante et bruyante !) en prenant le dessus au retour des vestiaires. Un troisième quart temps bien mieux maîtrisé par les hommes de Tyronn Lue (32-18) pour soudainement repasser devant. Mais le public poussait Bojan Bogdanovic (32 pts) et ses coéquipiers. Les hommes de Quin Snyder ont réussi à recoller à 4 points. Mais sans jamais prendre le contrôle de la partie.
Alors que la situation était tendue, c’est Reggie Jackson qui a d’abord joué le pompier pyromane en enchaînant un trois-points et un drive vers le cercle pour mettre les Clippers à l’abri. George a ensuite pris le relais. La fin de match du Jazz, à l’inverse, était catastrophique. Une succession de mauvais choix. Un peu à l’image de la sélection de tir de leur star désignée, Donovan Mitchell, dont les trois tirs dans les dernières minutes se sont conclus par deux airballs et une énorme brique sur la planche.
Même sans leur meilleur joueur, les Clippers ont su exploiter les faiblesses de leurs adversaires, en éloignant constamment Rudy Gobert – 17 points, 10 rebonds mais 0 block – du panier en défense. Les voilà désormais en très belle position pour atteindre le prochain tour. Ils vont surtout croiser les doigts pour que les nouvelles soient finalement rassurantes du côté de Kawhi Leonard.
NBA
Cunningham 1er choix à Detroit, un seul Français retenu : ce qu'il faut retenir de la draft
HIER À 06:35
NBA
Déjà l'échange de l'été : Westbrook rejoint LeBron et Davis aux Lakers !
HIER À 21:48