Elles ne s'attendaient pas forcément à ça. L'équipe de France féminine a pris une gigantesque claque vendredi en demi-finale face au Japon (87-71). Un bouillon qui laisse les Bleues face à un dangereux quitte ou double contre la Serbie, lors du match pour la médaille de bronze. Elles n'auront pas le temps de ruminer cette défaite puisque la petite finale contre la Serbie se tiendra dès samedi, à 9 heures du matin, heure française, soit un peu plus de 17 heures après la fin de leur demi-finale.
Il y a deux façons de voir la chose : physiquement, le temps de récupération sera minime. Psychologiquement, en revanche, il n'est peut-être pas plus mal de ne pas ruminer trop longtemps cet échec cuisant. "Demain sera un autre jour, veut croire la capitaine Endy Miyem. Je souhaite vraiment qu'on passe à autre chose, qu'on arrive avec la tête vidée et prêtes à affronter les nouvelles épreuves du jour."
Tokyo 2020
Batum raconte son contre légendaire : "Quand Doncic a le ballon, je me dis : ‘ça va être marrant’"
30/09/2021 À 18:24

Marine Fauthoux et Gabrielle Williams.

Crédit: Getty Images

Il faut mettre cette frustration sur les Serbes
"Il ne faut pas perdre d'énergie à ressasser la défaite, plaide dans le même registre Sandrine Gruda, l'une des rares Tricolores à surnager vendredi avec 18 points. Ça ne sert à rien de se flageller sur les pertes de balle ou les shoots manqués. L'idée est de laisser derrière nous tout sentiment négatif, en étant tournées dans l'analyse du prochain match et la compréhension de ce que les Serbes vont proposer, pour savoir quelle tactique leur opposer".
Retrouver la Serbie n'est en revanche pas la meilleure des nouvelles pour les joueuses de Valérie Garnier. Les Serbes sont une vraie bête noire pour les Bleues, dont la dernière défaite douloureuse ne date que d'il y a un mois et demi, en finale de l'Euro. Autre souvenir pénible, un match perdu pour... la médaille de bronze, lors des précédents Jeux Olympiques, en 2016, à Rio. "On a une revanche à prendre sur la Serbie. Se battre pour une médaille de bronze, c'est le mot d'ordre", prône la sélectionneuse.
Valérie Garnier va donc devoir trouver les mots pour chasser au plus vite la déception et remobiliser ses joueuses. "On a 17 heures pour être prêtes. Et si on est frustrées, il faut mettre cette frustration sur les Serbes", appelle encore Valérie Garnier. Sans quoi, la frustration sera pour cette équipe qui veut tout sauf achever une nouvelle fois une grande compétition avec un goût amer en bouche.

Un départ réussi mais une issue fatale : le résumé de France - Japon

Tokyo 2020
Ayayi Vukosavljevic a joué les JO enceinte : "Ma plus belle médaille était gardée bien au chaud"
11/08/2021 À 14:15
Tokyo 2020
Cinq médailles d'or chacune : Bird et Taurasi dans la légende olympique
08/08/2021 À 05:25