L'équipe de France de basket, arrivée à Tokyo jeudi dans des "conditions difficiles" selon Vincent Collet, a été privée de match amical préparatoire aux JO contre l'Italie la semaine prochaine par les autorités japonaises, a annoncé samedi le sélectionneur des Bleus.
"Je ne connais pas les raisons de cette annulation dans le détail, mais il y a clairement une volonté de la part des autorités japonaises de limiter les interactions, certainement de façon à rassurer leur population pendant les Jeux. C'est pour cette raison que l'Italie n'a pas été autorisée à se rendre à Oshino (où la France a pris ses quartiers à une centaine de kilomètres de Tokyo) depuis son camp de base", a expliqué Collet lors d'un point presse virtuel. Au final, la troisième et dernière rencontre préparatoire des Bleus aura lieu dimanche (6h30, heure française) contre le Japon, à une semaine de son entrée en lice dans le tournoi olympique contre les États-Unis.
Tokyo 2020
La demi-finale France - Etats-Unis EN DIRECT
IL Y A 3 HEURES
"Parmi les regrets qu'on peut avoir au niveau de la préparation, on aura eu peu de matches amicaux. Le quatrième revêtait pas mal d'importance. On pensait au départ que ce serait contre la Serbie, puis ce devait être contre l'Italie, qui sont à mes yeux deux adversaires de grandes qualités. C'est ennuyeux, mais on fera sans. On a prévu de faire une opposition entre nous mardi ou mercredi prochain", a-t-il ajouté. Invité à évoquer les conditions de l'arrivée de la délégation française au Japon, Vincent Collet a assuré : "Ça s'est passé comme on s'y attendait, c'est-à-dire difficilement".

Vincent Collet, le sélectionneur de l'équipe de France de basket.

Crédit: Getty Images

Expérience jamais vécue

"On a passé presque autant de temps à l'aéroport que dans l'avion. J'exagère un peu mais pas tant que ça malgré tout, puisqu'il nous a fallu cinq heures pour sortir de l'aéroport. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'expérience fut oppressante, même si ce qu'on a vécu à l'aéroport jeudi soir on ne l'avait jamais vécu auparavant", a-t-il poursuivi.
"Mais s'y attendre permet de mieux le supporter et de le gérer. Or on sait depuis le début que nos capacités d'adaptation vont être un élément important de nos performances. Malgré les difficultés dues au contexte sanitaire il faut qu'on garde de la cohésion et notre concentration sur les matches, pour être performants", a-t-il a appelé.
Protocole oblige, pour l'heure, les Bleus n'ont pas le droit de sortir de l'hôtel, sinon pour aller s'entraîner dans la salle de sport. "Les joueurs partagent beaucoup de choses. Dans notre situation, c'est intéressant pour continuer à construire notre groupe", a-t-il tenu à positiver. "Le fait qu'on soit quelque part confinés, même si c'est parfois un peu lourd, c'est peut-être une opportunité à saisir. Le groupe vit bien, mais ce n'est pas suffisant. La cohésion sociale c'est bien, mais ce n'est pas assez pour gagner des matches."
"Cette situation permet aux joueurs, avec les petites discussions qu'ils ont entre eux, d'affiner les petits détails qui feront la différence. Lors des deux matches amicaux contre l'Espagne, il y a plein de petites choses qu'on n'a pas bien fait et qu'on doit améliorer. Le fait d'être un peu les uns sur les autres, ça peut nous permettre de bosser ces choses-là", a-t-il développé. La France affrontera les États-Unis, la République Tchèque et l'Iran dans la phase de groupe du tournoi olympique, à compter du 25 juillet.

Nicolas Batum, Evan Fournier et Rudy Gobert, le trio majeur de l'équipe de France de basket

Crédit: Imago

Tokyo 2020
Team USA, une correction comme rebond
IL Y A 5 HEURES
Tokyo 2020
Etats-Unis - Iran EN DIRECT VIDEO
IL Y A 7 HEURES