Un jour de mai 2014, un journaliste indélicat et à la mémoire courte avait qualifié Kevin Durant de “Mr. Unreliable”, regrettant un manque de fiabilité supposé et surtout fantasmé. Le titre barrait la Une du quotidien The Oklahoman. Rapidement, le responsable de cette comparaison inappropriée s'est rendu compte que l'émotion lui avait quelque peu fait perdre les pédales. Il avait présenté ses excuses à l’ailier d’OKC. Parce que le Thunder avait fini par se sortir des griffes de Memphis. Mais aussi et surtout parce que c’était injuste pour KD dont la fiabilité n’était déjà plus à démontrer.

Incroyable course-poursuite, show Durant, dunks de Gobert : Le résumé de la finale

Sept ans plus tard, Durant est toujours aussi fiable. Et ceci, aussi bien au quotidien que l’été venu, quand il décide de mettre sa cape et d’aller filer un (gros) coup de main à la nation. Samedi face à l’équipe de France, l’ailier des Nets a une nouvelle fois fait la pluie et le beau temps. A son actif : 29 points (9 sur 18 au shoot), 6 rebonds et 3 passes décisives. Petite cerise sur le gâteau : en défense, il s’est cogné Rudy Gobert sur le paletot, à cause de - ou grâce à - ses 208 centimètres. Il s’est fait bouger par le pivot d’Utah mais n’a pas baissé la tête. Bref, KD a tenu son rang et même plus que ça, quelques heures après avoir trouvé un accord pour prolonger son deal de quatre ans et 198 millions de dollars avec Brooklyn.
Tokyo 2020
Ayayi Vukosavljevic a joué les JO enceinte : "Ma plus belle médaille était gardée bien au chaud"
11/08/2021 À 14:15
Deuxième basketteur US sacré trois fois champion olympique de basket, après Carmelo Anthony, l’ancien numéro 2 de la draft 2007 est l’homme de toutes les finales internationales. En 2010 en Turquie, il avait collé 29 points en finale face aux locaux. En 2012 et 2016, en finale des Jeux, il avait scoré 30 points face à l’Espagne - une première pour un Américain depuis Dentley en 1976 - et contre la Russie, reprenant le flambeau que Kobe Bryant avait tenu en 2008 contre la Roja. Face à la France, le numéro 7 a fait à peine moins bien, pour une unité. En première mi-temps, surtout, “The Slim Reaper” s’est montré intraitable (21 points à la pause).
On n’a pas pu calmer KD en première mi-temps
Après un début de match compliqué pour le Team USA, il a commencé à réciter sa partition avec ses longs segments. Et s’est rattrapé d’une ouverture ratée face aux Bleus (10 points), gâchée par les fautes notamment. “On n’a pas pu calmer KD en première mi-temps, a résumé Nicolas Batum. On fait un meilleur boulot en deuxième.” Le mal était fait. "On avait beaucoup de nouveaux dans l'équipe, qui jouaient leur première compétition. Il y a eu le covid, la bulle, pas de fans... On a perdu des matches, on en a beaucoup entendu sur notre compte ces dernières semaines. On a dû lutter contre l'adversité", a-t-il confié après la finale, drapé dans la bannière étoilée.
Meilleur marqueur US à chacune de ses apparitions sous le maillot de sa sélection, Durant est désormais le meilleur scoreur américain de l’histoire des Jeux devant Melo, avec lequel il partage l’immense honneur d’avoir remporté trois médailles d’or. KD est possiblement revenu le plus grand joueur de l’histoire de la sélection américaine avec ce nouvel accomplissement et une copie immaculée, plus une tripotée de records personnels.
Si Carmelo fut un rouage important de l’équipe US durant ses années olympiques, il n’eut jamais le rayonnement individuel de Durant qui a toujours porté le monde et les copains, par ses qualités offensives innées. L’Amérique, qui avait pris un immense coup sur le casque en 2019 après avoir perdu face aux Français en quart de finale du Mondial et qui n’avait pas mieux lancé l’opération rédemption en 2021, toujours face aux Bleus, a pu compter sur Durant, “Mr Reliable”.

Collet : "Trop de pertes de balles consécutives, on ne peut pas se le permettre"

Tokyo 2020
Cinq médailles d'or chacune : Bird et Taurasi dans la légende olympique
08/08/2021 À 05:25
Tokyo 2020
Les Etats-Unis font (encore) coup double
08/08/2021 À 03:59