Comme un air de revanche. C’était il y a un peu moins de deux ans. L’une des plus grandes pages de l’histoire du basket français s’écrivait en Chine. Le 11 septembre 2019, en quarts de finale de la Coupe du monde, les Bleus s’offraient le tant convoité scalp de l’armada US (79-89), qui n’avait plus connu pareil affront depuis une défaite contre la Grèce lors du Mondial 2006.
Pour leur entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, édition 2021, Français et Américains se retrouveront dès dimanche (14h) pour régler leurs comptes, dans le groupe A (avec l'Iran et la République Tchèque), lors d’un nouveau choc qui pourrait plonger d’entrée les hommes de Vincent Collet dans une incertitude peu enviable.
Tokyo 2020
Ayayi Vukosavljevic a joué les JO enceinte : "Ma plus belle médaille était gardée bien au chaud"
11/08/2021 À 14:15

Un revers inquiétant face aux Japonais

A l’image de sa préparation à la dernière olympiade brésilienne (trois revers de suite), l’équipe de France arrive en terres nippones avec un capital confiance relativement faible. C’est même le moins que l’on puisse dire. Avec trois défaites en autant de confrontations (deux fois l’Espagne, puis le Japon), les basketteurs tricolores se présentent à Tokyo avec un bilan peu rassurant.
Certes, les coéquipiers de Rudy Gobert ont tenu tête aux Espagnols dans une double confrontation plutôt intéressante au niveau de la qualité de jeu produite. Mais leur déconvenue, quelques jours plus tard, face au pays hôte du rendez-vous olympique fait tache (75-81). Dérouté par “l’absence” de ses joueurs dans une première mi-temps à sens unique, le sélectionneur de l’équipe de France a qualifié d’”avertissement” cette défaite surprise, lors du dernier match de préparation des Bleus avant les retrouvailles avec Team USA.

"Ce Team USA, ce n’est pas la crème de la crème… mais seul Gobert y serait titulaire"

Car là où les Tricolores ont su tenir leur rang jusqu’au money-time face à une Roja championne du monde en titre, ils ont totalement perdu la face en concédant le premier revers de leur histoire contre le Japon, 42e nation mondiale au classement FIBA. Une claque qui interroge forcément sur la capacité des Frenchies à aller loin dans ces JO, malgré un objectif clairement affiché.

L’ambition du titre olympique

“On vise très clairement la médaille d'or”, avait lancé en conférence de presse Rudy Gobert, à la veille du deuxième match amical face à l'Espagne. L’ambition clamée par le pivot des Utah Jazz est évidemment grande. D’autant plus quand votre équipe tombe dans la poule d’Américains soucieux de redorer leur blason, après une terrible désillusion comme celle du Mondial 2019. Mais sur le papier, les Français ont, comme souvent, les atouts pour viser, a minima, un podium, derrière lequel ils courent depuis plus de deux décennies (médaille d’argent à Sydney en 2000).
Emmené par un trio Evan Fournier - Rudy Gobert - Nicolas Batum, labellisé NBA, l’effectif des Bleus compte cinq joueurs évoluant dans la grande ligue nord-américaine. Ajoutez à cela une star de l’Euroligue (Nando De Colo) ainsi que des meneurs d’expérience (Thomas Heurtel et Andrew Albicy), et vous obtiendrez une équipe capable de jouer les yeux dans les yeux avec à peu près toutes les nations de cette olympiade. D’autant plus que les stars de Team USA vont, elles, aborder le tournoi après une préparation que les Tricolores n’ont pas à leur envier.

Team USA historiquement surpris en préparation

Alors que le légendaire coach NBA Gregg Popovich a pour mission de ramener un quatrième titre olympique consécutif aux USA, son équipe a montré de sérieuses faiblesses lors de ses derniers matchs amicaux. Premier symbole fort, une défaite improbable et historique à Las Vegas, il y a moins de deux semaines, face au Nigéria (87-90), une nation que les ogres US avaient étripé (156-73) à Londres en 2012, en établissant un record olympique de points marqués dans un match.
Puis, est venu un deuxième revers consécutif, cette fois face à l’Australie (83-91), du jamais vu pour une équipe américaine en match officiel. Malgré ces deux faux pas, en l’absence des finalistes NBA Devin Booker, Khris Middleton et Jrue Holiday, les hommes de coach Pop' ont su réagir en battant l’Espagne (83-76), pour leur dernier match avant le décollage vers Tokyo.
Le premier choc franco-américain depuis le Mondial 2019 devrait donc donner, dimanche, des éléments plus concrets que ceux émanant de leur préparation respective. Le staff US devra gérer l’arrivée tardive de ses trois finalistes NBA, qui viennent tout juste de rejoindre leurs coéquipiers. Tandis que les joueurs tricolores savent déjà qu’ils devront faire face à Kevin Durant, Damian Lillard et consorts. Des noms qui n’apparaissaient pas sur la feuille de match de la déroute américaine il y a deux ans, mais dont l’ambition est bien de remettre à jour la hiérarchie historique du basket mondial, quelque peu chamboulée ces dernières années.
Tokyo 2020
Cinq médailles d'or chacune : Bird et Taurasi dans la légende olympique
08/08/2021 À 05:25
Tokyo 2020
Les Etats-Unis font (encore) coup double
08/08/2021 À 03:59