Elvira Oeberg a remis ça. Julia Simon aussi. Les deux premières de la poursuite de samedi ont à nouveau pris les deux premières places ce dimanche, lors de la mass start du Grand-Bornand. L'ordre reste inchangé. Pour 11 secondes, la Suédoise s'est imposée devant la Française. Les deux femmes ont chacune commis deux erreurs sur le pas de tir. Mais Oeberg était encore une fois la plus forte sur la piste, décrochant son adversaire dans le dernier tour pour aller chercher la deuxième victoire de sa carrière, au lendemain donc de la première. La Russe Kristina Reztsova complète le podium, le premier de sa carrière, à 12".
L'affaire avait pourtant bien mal démarré pour Oeberg, qui au général revient à 30 points de Marte Olsbu Roeiseland, dossard jaune et 6e ce dimanche. La Scandinave de 22 ans a fauté sur chacun de ses deux tirs couchés. Elle accusait ainsi, avant les trois derniers tours, 44" de retard sur une Julia Simon retrouvée, et était reléguée en 15e position. Un tir debout parfait plus tard, elle revenait à la 9e place mais comptait encore 36" de débours sur Dorothea Wierer. Son salut passait par un raté général de la part des cinq biathlètes de tête qui se tenaient en 7" avant le dernier tir. Un improbable scénario qui s'est pourtant produit.
Pékin 2022
Simon a tout perdu lors de son dernier passage face aux cibles
07/02/2022 À 10:29

Simon : "On a démoli ma manière de tirer pour reconstruire"

Meilleur temps de ski pour Braisaz-Bouchet

Simon a notamment commis une faute. Anaïs Chevalier-Bouchet deux. Oeberg s'est engouffrée dans la brèche. Elle n'avait plus qu'à déposer dans le dernier tour la Tchèque Jislova, la seule à 20/20 ce dimanche. Une formalité. C'est une autre biathlète qui a réalisé le meilleur temps de ski. Il est l'œuvre de Justine Braisaz-Bouchet, comme la veille lors de la poursuite. Le tir de la Française n'était malheureusement pour elle pas du même standing. Ses cinq fautes l'ont reléguée à la 15e place finale, un rang derrière Chevalier-Bouchet (17/20). Anaïs Bescond n'a elle pas pris le départ. Malade, elle n'a pas voulu prendre le risque de compromettre la suite de son hiver.
Oberhof
Après les galères, Simon vise très haut : "Je peux devenir plus régulière"
08/01/2022 À 17:17
Oberhof
Quand les relais mixtes font le bonheur des Bleus
07/01/2022 À 21:43