Onze épreuves. Et autant de chances de médailles. Un peu plus même, puisque, sur les épreuves individuelles, Bleues et Bleus peuvent même rêver à glisser plus d'un élément sur le podium. Le potentiel du biathlon français a quelque chose d'étourdissant alors que la compétition s'ouvre dès samedi matin avec le relais mixte (10h, heure française).
Cet hiver, en 15 courses, les Français ont cumulé 13 podiums. Les Françaises, 11. Soit un total de 26 podiums en 30 épreuves individuelles. Sans oublier les trois relais. Si Martin Fourcade, la superstar de la discipline tout au long des années 2010, a porté le biathlon tricolore plus haut que jamais, l'homogénéité du groupe est aujourd'hui impressionnante et c'est elle qui autorise de grandes espérances à l'orée de cette quinzaine chinoise. Il n'est bien sûr pas raisonnable d'espérer une dizaine de médailles. Un tel bilan est théoriquement possible, mais dans les faits, il apparaît peu probable en tenant compte de tous les aléas : fatigue sur l'ensemble des Jeux, pression, sans parler des conditions climatiques très particulières.
Pékin 2022
50% des médailles françaises à Pékin : Pour les Bleus, c'est la biathlon-dépendance
20/02/2022 À 16:27
"Il est toujours difficile de parier sur un nombre de médailles quand on parle de biathlon, surtout ici à Pékin en raison du vent très fort, prévient d'ailleurs Martin Fourcade, consultant pour Eurosport durant ces Jeux Olympiques. Le pas de tir est très venteux, et ça pourrait tout changer." Néanmoins, le quintuple champion olympique se veut raisonnablement optimiste.
Il y a tellement de paramètres à prendre en compte pour briller dans ces Jeux
Au vu de ce que l'équipe de France a montré ces derniers mois, il n'y a aucune raison que Pékin vire à la catastrophe. "Dans des conditions normales, la France pourrait viser entre 4 et 7 médailles, nous dit-il. Avec le vent, je dirais entre 4 et 6. Avec un tel bilan, ce serait de bons Jeux Olympiques pour l'équipe de France. Quentin Fillon Maillet est vraiment en bonne condition, et Émilien Jacquelin fait aussi partie des meilleurs. Et nous avons des prétendants partout chez les filles aussi."
  • | |
Ce fut sans doute la meilleure surprise de cette première moitié de saison. Ces dames se sont montrées à la hauteur de leurs collègues masculins en Coupe du monde. Certes, le groupe féminin ne dispose pas de leaders aussi dominateurs que Fillon Maillet et Jacquelin, qui trustent les deux premières places du classement général. Mais là encore, l'homogénéité est le maître mot : Justine Braisaz (7e), Anaïs Chevalier-Bouchet (9e), Anaïs Bescond (10e) et Julia Simon (12e) ont toutes brillé à tour de rôle puisqu'elles sont toutes montées au moins à deux reprises sur la boite cet hiver.

Un 5/5 supersonique et un grand sourire : le dernier tir sublime de Braisaz-Bouchet en vidéo

Martin Fourcade veut même croire qu'un titre en relais est à leur portée, ce qui serait une grande première depuis 1992 et le sacre à Albertville de Véronique Claudel, Corinne Niogret et Anne Briand. "Pour moi, elles sont favorites pour le relais", juge-t-il. "Elles ont vraiment une équipe très forte, confirme Michael Roesch, titré à Turin en 2006 avec le relais allemand. Il y a un tel niveau dans ce groupe. Anaïs Bescond est toujours forte aux Jeux. Justine Braisaz peut faire de grandes choses si elle tire bien. C'est une des plus rapide sur les skis mais sa moyenne au tir est trop faible. Mais si elle met dedans, elle sera une des grandes favorites."
Au-delà du vent, c'est l'ensemble des conditions climatiques qui risque d'être compliqué à gérer, comme le rappelle Magdalena Forsberg, lauréate de la Coupe du monde six années de suite entre 1997 et 2002. "Ce sont des conditions qui sortent de l'ordinaire, selon la championne suédoise, et ce sera un vrai défi. Il y a le vent, oui, mais aussi la neige. Une neige très agressive, donc les techniciens et les farteurs devront composer avec ça. Il y a tellement de paramètres à prendre en compte pour briller dans ces Jeux."

Il s’est affirmé, il doit se couronner : Fillon Maillet, un grand titre, enfin ?

Comment les Bleus vont-ils gérer les attentes autour d'eux ?

En voici un autre : comment cette équipe de France va-t-elle gérer les attentes très élevées qui l'entourent ? Non seulement au sein du groupe mais aussi par rapport à l'ensemble de la délégation française, dans la mesure où une bonne part du bilan final des Tricolores dépendra des performances de leurs biathlètes. C'est peut-être là que l'absence d'un Martin Fourcade sera la plus préjudiciable. Quentin Fillon Maillet arrive en tant que nouveau patron du biathlon mondial. Il est le dossard jaune de la Coupe du monde. Ole Einar Björndalen en personne l'a annoncé comme LA star de ces Jeux. C'est flatteur, mais cela peut aussi être pesant.

Jacquelin : "L'ombre de Martin Fourcade sera toujours avec nous et ce n'est pas un souci"

Idem chez les filles, peu habituées ces dernières années à être scrutées d'aussi près. Et dans quel état d'esprit sera Emilien Jacquelin, tantôt irrésistible, tantôt friable ? "Il n'avait pas l'air à 100% mentalement ces derniers temps, estime Michael Roesch. Mais je pense qu'il a eu raison de ne pas faire les deux courses d'Antholz-Anterselva. J'ai vu ses posts Instagram (à Pékin, NDLR) et il avait l'air détendu, heureux et concentré. Il est un des favoris pour moi."
Entre la forme du moment, la gestion du stress et de l'enchaînement des courses, les considérations techniques et climatiques, ce ne sont pas les incertitudes qui manquent. Mais le potentiel est là, l'ambition réelle et les espoirs plus que justifiés. "J'ai tout de même été très impressionnée par l'équipe de France cet hiver et je pense qu'elle va gagner beaucoup de médailles à Pékin", rassure Magdalena Forsberg. On ne demande pas mieux. Alors quatre ? Six ? Sept ? Davantage ? Le relais mixte, samedi, apportera un premier élément de réponse, même si on ne jugera pas, dans un sens ou dans l'autre, la qualité du repas au goût de cette seule mise en bouche.
Pékin 2022
Magistral Quentin Fillon Maillet à Pékin : ses 5 médailles olympiques
20/02/2022 À 14:59
Pékin 2022
5 médailles ? "Ça me paraissait monstrueux et injouable"
19/02/2022 À 14:24