Qui peut le battre ? A priori personne. Samedi, à Kontiolahti, Quentin Fillon Maillet a repris ses bonnes habitudes vues tout au long de la saison et surtout aux Jeux Olympiques : il a gagné et laissé des miettes aux autres. Sans être dans sa meilleure journée sur les skis, le Jurassien de 29 ans a quand même réduit au silence la concurrence lors du sprint, la première épreuve individuelle post JO de Pékin 2022. Avec un excellent 10/10 au tir, réussi malgré le vent, Fillon Maillet a fait un pas de plus vers son premier gros globe de cristal en fin de saison.
Après sa sixième victoire de la saison en Coupe du monde, le Jurassien a assuré qu'il ne regardait pas le classement général, histoire d'éviter les maux de tête inutiles. Il n'est là que pour gagner ou, à défaut, faire le meilleur résultat possible. "Je suis super satisfait", a déclaré le dossard rouge. "Le but c'est d'engranger le maximum de points au classement général et de continuer à faire de belles performances. Je ne suis pas là juste pour assurer, mais continuer à performer. Je reste concentré sur la manière, sur la gestion de mon tir et de la course, et sur ma technique."
Kontiolahti
"C'est fou", "Rien ne lui fait peur" : QFM fait l'unanimité en attendant le gros globe
06/03/2022 À 16:17
En Finlande, QFM, 696 points, a ajouté 60 nouveaux points à son compteur. Il a surtout accentué son avance sur son principal concurrent pour le Graal, son compatriote Emilien Jacquelin, 6e du sprint lui. De 135 points, celle-ci est passée à 167 points. Le Suédois Sebastian Samuelsson pointe lui à 182 points. Autant dire que QFM dispose d'un matelas très confortable - qui lui offre même la possibilité de se manquer - alors qu'il ne reste que six épreuves individuelles. Il verra encore plus clair dimanche après la poursuite 12,5km, un exercice où il excelle, lui qui en a été sacré champion olympique en février dernier.

Fillon Maillet s'impose sur le sprint et se rapproche du gros globe : revivez son arrivée en vidéo

QFM a refait du jus après les JO

On répète encore la question. Qui peut battre QFM ? La fatigue, éventuellement. Célébré chez lui à son retour des JO, le patron de la Coupe du monde a bien profité de son "shot" de bonheur après Pékin, mais il s'est rapidement mis en mode repos total, là où Johannes Boe a carrément mis la flèche, tout comme le frangin Tarjei, malade. Cette fatigue s'est légèrement ressentie sur les skis samedi, sur la distance courte, où il n'a pris "que" le troisième temps de ski derrière Jacquelin et Samuelsson.
Mais il a compensé ce très léger débours (+9"7 sur Jacquelin) par du sang-froid lors de ses passages sur le pas de tir, dont un debout bien sécurisé (17e temps). Là encore, il a fait preuve de force mentale, en mettant de côté son raté lors du dernier debout sur la mass start des JO, où il avait fauté à trois reprises. Les autres ont raté face aux cibles, pas lui.
"Il y avait de l'inquiétude à la fin des Jeux à cause de la fatigue. J'ai eu de grosses sollicitations. Donc une fois rentré à la maison, j'ai essayé de me reposer un maximum pour récupérer le plus et reprendre du jus pour la suite, a ajouté le Français. Je ne savais pas comment ça allait se passer. Cela n'a pas été spécialement facile à gérer mais je suis en bonne posture. Je continue de rester dans une très bonne dynamique".
Bonne nouvelle pour Fillon Maillet - dont les chiffres en cette saison 21-22 sont excellents, lui qui n'est sorti du top 10 que trois fois en seize sorties cet hiver - une poursuite va boucler le programme à Kontiolahti ce dimanche. Invaincu depuis cinq courses sur ce format, JO compris, le probable successeur de Martin Fourcade part avec un avantage certain, au niveau chrono, mais aussi dans la gestion de l'effort tout court. Tout est dans la tête de toute façon.
https://i.eurosport.com/2022/03/05/3331939.jpg
Kontiolahti
Fillon Maillet : "Ma forme n’était pas aussi bonne que celle d’Emilien et quelques autres"
06/03/2022 À 15:51
Kontiolahti
Mis sous pression par Jacquelin, Fillon Maillet a répondu avec maestria : le résumé
06/03/2022 À 15:32