Getty Images

Martin Fourcade, qui n'a pas terminé la poursuite de Pokljuka, reste dans le flou

Fourcade reste dans le flou

Le 09/12/2018 à 14:33Mis à jour Le 09/12/2018 à 18:13

POKLJUKA - En retrait lors du sprint de vendredi (24e), Martin Fourcade comptait sur la poursuite pour retrouver des sensations, dimanche. Mais après un bon départ, c'est sur le pas de tir qu'il a peiné (16/20) et il n'est pas allé au bout de la course, gagnée par Johannes Boe. Cette contre-performance confirme sa méforme, dont les causes restent inconnues, d'après Vincent Vittoz, coach des Bleus.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Cette fois-ci, plus de doute : Martin Fourcade est dans le dur en ce début de saison. Le septuple tenant du gros globe de cristal n'a pas terminé la poursuite remportée par le leader de la Coupe du monde, son principal rival Johannes Boe, ce dimanche à Pokljuka. Une poursuite qu'il avait entamée dans l'optique de se rassurer après un sprint décevant (24e), notamment marqué par un temps de ski très en deçà de ses standards (le 38e, à 1'11" de Boe, ou encore 53" de Simon Desthieux). C'est raté.

"Il aurait fallu un tir parfait pour que Martin (Fourcade) puisse sortir d'ici rassuré" a estimé Vincent Vittoz, entraîneur des biathlètes français, au micro de la chaîne L'Equipe. Et dès le premier passage sur le pas de tir, cette perspective s'est envolée pour le Catalan, auteur d'un 4/5. Parti fort sur la piste (3e temps du premier tour de circuit, à 1 seconde de Boe), il a signé une deuxième boucle plus timide (12e temps), puis est totalement rentré dans le rang après une nouvelle erreur au couché (8/10 dans ce domaine). L'espoir d'une folle remontée n'a même pas eu le temps de germer : Fourcade s'est arrêté suite au dernier debout, avec un bilan de 16/20 face aux cibles.

Martin Fourcade lors du sprint à Pokljuka lors du géant à Val d'Isère le 7 décembre 2018
" Cela serait tellement plus facile s'il avait une bonne crève..."

"Il (Fourcade) est un petit peu rassuré par ces premiers tours. On va se baser là-dessus pour la suite, a tenté de positiver Vittoz. Il reste cinq jours avant Hochfilzen (vendredi prochain, sprint). Il y a de quoi retrouver de la fraîcheur." Le coach tricolore n'a cependant pas caché sa préoccupation : "On a quand même du mal à retrouver le Martin d'il y a 15 jours. C'est un petit peu problématique, parce qu'on voit que les autres (Français) sont présents. Et lui était encore notre leader il y a deux semaines, sur tous les chronos. C'est vrai qu'on ne comprend pas trop ce qui se passe… Il n'est pas enrhumé. Cela serait tellement plus facile s'il avait une bonne crève, au moins on pourrait cibler le problème."

D'après Vittoz, la déception du jour a été plus facile à digérer que le camouflet de vendredi, pour le champion français : "Martin (Fourcade) n'est pas abattu. Il était très abattu par le sprint (…) il était dépité, là il relativise un peu."

Martin Fourcade lors du 20km individuel de Pokljuka 6 décembre 2018

Martin Fourcade lors du 20km individuel de Pokljuka 6 décembre 2018Getty Images

0
0