Getty Images

Mondiaux Östersund : Fourcade - Boe, comme on se retrouve...

Fourcade - Boe, comme on se retrouve...
Par AFP

Le 06/03/2019 à 22:11

MONDIAUX - Le réveil du roi ou passation des pouvoirs ? En difficulté cet hiver, Martin Fourcade, de retour après six semaines d'arrêt, va tenter de sauver sa saison lors des Mondiaux de biathlon qui débutent jeudi à Östersund où Johannes Boe, intouchable depuis trois mois, fera figure d'épouvantail.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Difficile de parler de duel tant Martin Fourcade et Johannes Boe ont pris des trajectoires opposées. Alors que le Français (30 ans) connait un gros trou d'air après sept années de domination implacable, son jeune rival norvégien aux dents longues (25 ans) a pris une nouvelle dimension pour s'installer au sommet, sans adversaire à sa mesure. Les enjeux de ces Championnats du monde ne sont donc pas tout à fait les mêmes pour les deux hommes.

Pour une fois, Martin Fourcade, aligné d'entrée dans le relais mixte bleu jeudi (avec Simon Desthieux, Julia Simon et Anaïs Chevalier), va ainsi aborder un grand évènement dans la peau du challengeur. Le Pyrénéen, incapable de retrouver ses sensations habituelles sur les skis, n'a gagné que 2 courses cette saison et ses déboires l'ont même poussé à s'octroyer plus d'un mois de pause en Coupe du monde avec une impasse sur les deux étapes en Amérique du nord en février.

Nanti d'un palmarès hors du commun, le quintuple champion olympique a naturellement rejeté mardi l'étiquette d'"outsider", estimant que "la pression sera globalement la même" que d'habitude pour lui en Suède. Mais ses camouflets hivernaux ont tout de même fait évoluer son état d'esprit.

"Légèreté"

"J'ai envie d'y aller avec une sorte de légèreté pour être le plus performant possible et le moins plombé par le passif du début de saison, de faire table rase de tout ça et de repartir sur quelque chose de plus positif", a-t-il expliqué.

L'homme aux 76 victoires sur le circuit, dont le dernier podium remonte au 15 décembre, aurait en tout cas tort de laisser tomber cette fin de saison puisqu'il pourrait profiter du rendez-vous suédois pour fortifier encore un peu plus sa légende en s'attaquant au record de 11 titres mondiaux individuels du Norvégien Ole-Einar Bjoerndalen (10 pour le Français). Un objectif qui a de quoi le faire saliver.

Martin Fourcade à l'entraînement, à Hochfilzen (Autriche) - 13/12/2018

Martin Fourcade à l'entraînement, à Hochfilzen (Autriche) - 13/12/2018Getty Images

Si Fourcade venait à échouer, les Bleus pourraient toujours compter sur trois autres de leurs représentants présents avec lui parmi les 7 premiers du classement général de la Coupe du monde (Simon Desthieux, Quentin Fillon-Maillet, deux fois vainqueur cette saison, Antonin Guigonnat).

Mais quel que soit l'état physique et psychologique de Fourcade, c'est bel et bien Boe qui sera l'homme à battre. En état de grâce avec 12 victoires en 18 courses et une avance confortable de 291 points sur son dauphin, le Russe Alexander Loginov, le rouquin norvégien devrait sans surprise glaner son premier Gros Globe de cristal durant les dix jours de compétition, les quatre épreuves individuelles au programme à Ostersund (sprint, poursuite, individuel, mass start) comptant également pour la Coupe du monde. Avec seulement 7 courses à disputer d'ici le terme de la saison, le record de 14 succès sur un seul exercice de Fourcade est aussi à portée de fusil.

Suspense chez les dames

"Je vise un minimum de trois médailles et je serai heureux comme cela mais au fond de moi-même mes attentes sont plus élevées", a-t-il reconnu. Chez les dames, les deux Italiennes Lisa Vittozzi et Dorothea Wierer, qui mènent la danse depuis le début de l'hiver, seront à surveiller de près avec la Norvégienne Marte Olsbu Roeiseland (3 victoires cette saison), la Finlandaise Kaisa Makarainen (3) et la Slovaque Anastasiya Kuzmina (2) en embuscade.

Il sera peut-être compliqué pour les Françaises d'exister tant elles ont été en dessous de leur niveau cette saison. Les Tricolores ne sont plus montées sur la "boîte" depuis le 12 janvier (Anaïs Chevalier) et la triple médaillée olympique aux JO-2018 Anaïs Bescond, malade, n'a toujours pas rallié la Suède.

Vidéo - Chevalier a conclu le relais victorieux des Bleues

02:28
0
0