Ce sont des images que l’on avait pris l’habitude de voir, mais qu’on craignait de ne plus contempler cette saison. Samedi, lors du relais mixte, Julia Simon s’est élancée en dernière relayeuse à 16 secondes d’un groupe se disputant la troisième place. Très vite, la Française a imprimé sa marque, revenant dès le premier tour sur ses devancières, avant de faire la différence sur le tir debout et d’offrir la troisième place à un relais bleu qui ne pouvait espérer mieux.
Derrière ce tableau idyllique, tout n’était pas parfait. Sur le premier couché, la Française a accumulé trois pioches. Et sur le debout, elle a buté à deux reprises sur la dernière cible. Reste que son agressivité et sa rapidité au tir ont fragilisé ses adversaires, rappelant ses qualités en un contre un déjà vues l’année dernière lors de son titre mondial en relais mixte simple, ou sur les mass starts d’Oberhof et Antholz.
Oberhof
Quand les relais mixtes font le bonheur des Bleus
07/01/2022 À 21:43
Cette performance s’inscrit dans un retour au premier plan de la Savoyarde après un début de saison galère. Trois week-ends après le début de saison, Simon avait pour meilleure résultat une 25e place lors de la poursuite d’Östersund. A Hochfilzen, elle avait même touché le fond sur le sprint (66e avec un terrible 1/5 au tir couché), ce qui lui avait coûté la poursuite ainsi qu’une présence en relais. Les modifications apportées à son tir ont semblé la perturber., notamment sur le couché.

Simon : "On a démoli ma manière de tirer pour reconstruire"

Les Bleues jouent la carte de la densité

Mais depuis, tout va mieux. Au Grand-Bornand, la Française s’est rassurée sur le sprint (13e) avant de s’offrir deux deuxièmes places de prestige derrière Elvira Öberg sur la poursuite et la mass start. Partie fêter Noël dans de meilleures dispositions, la Française a confirmé puisqu’elle a signé une troisième deuxième place d’affilée sur le sprint d’Oberhof vendredi. Une performance qui a confirmé selon elle que ses podiums du Grand-Bornand "n’étaient pas de la chance", comme elle l’a expliqué à nos confrères du Dauphiné.
Remontée à une plus enviable 14e place au classement général, Simon améliore également ses statistiques au tir. Bien qu’elle reste plus efficace sur le debout (81%) que sur le couché (76%), ses taux de réussite sont en augmentation, et elle conserve la rapidité devant les cibles qui la démarque de ses concurrentes. Cependant, la Française souhaite désormais gagner en régularité pour devenir plus complète. "Je peux devenir une biathlète plus régulière, celle que j’aimerais être dans le futur", a confié la jeune femme de 25 ans à Nordic Magazine après son podium vendredi.
A moins d’un mois des Jeux Olympiques de Pékin, le timing est évidemment idéal. Tant pour elle que pour l’équipe de France, qui peut regarder vers le haut. Les Bleues présentent à l’heure actuelle une belle densité, puisqu’elles sont trois devant Simon, 14e, au classement général. On retrouve ainsi dans le top 15 Anaïs Bescond (7e), Anaïs Chevalier-Bouchet (9e) et Justine Braisaz-Bouchet (11e). Aucun autre pays ne place plus de deux biathlètes dans ce top 15. De quoi attendre Pékin avec appétit. Mais il y a d'abord une belle poursuite ce dimanche : Simon partira à 7"1 de Marte Olsbu Roeiseland, la leader du classement général.

Oeberg a résisté au retour de Simon pour s'imposer : les temps forts de la poursuite

Oberhof
Pas de relais pour Jacquelin ni Fillon Maillet : "Ils jouent le général et il y a aussi les JO"
07/01/2022 À 16:09
Annecy-Le Grand Bornand
Bis repetita : Simon a encore fait rugir le public et seulement buté sur Oeberg
19/12/2021 À 12:29