Getty Images

Bjoerndalen dans le viseur, Boe dans le rétro : Fourcade, encore plus haut ?

Bjoerndalen dans le viseur, Boe dans le rétro : Fourcade, encore plus haut ?
Par AFP

Le 03/12/2018 à 13:00Mis à jour Le 04/12/2018 à 16:28

POKLJUKA - Martin Fourcade vise une huitième Coupe du monde d'affilée à partir de ce mercredi. Entouré par un nouveau staff, le Français aura Johannes Boe comme principal rival et a deux ans devant lui pour aller chercher les records d'Ole-Einar Bjoerndalen.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Martin Fourcade va tenter d'écrire une nouvelle page de sa légende. Intouchable depuis sept ans sur la planète biathlon, le Français vise une huitième Coupe du monde d'affilée, à partir de mercredi, à Pokljuka. Après ses prouesses aux JO de Pyeongchang (3 médailles d'or) et un 7e Gros Globe de cristal consécutif, on aurait pu le croire rassasié, à 30 ans, et prêt à laisser doucement la main. Mais ses malheureux rivaux devront patienter.

Fourcade a décidé de rempiler pour au moins deux ans, histoire de repousser plus loin les limites de son sport et de poursuivre sa domination implacable sur le circuit. Celui qui est devenu en Corée du sud l'athlète français le plus titré aux Jeux Olympiques (5) a toujours faim de victoires et s'est trop habitué aux lauriers pour "envisager autre chose" pour cette nouvelle saison.

"Le jour où je ne me sentirai plus de jouer le haut de l'affiche, j'aurai fait mon temps et il sera temps de passer à autre chose, a-t-il déclaré à l'AFP. L'objectif sera donc de gagner tous les week-ends, d'être parmi les meilleurs et d'aller chercher un 8e Gros Globe de cristal. Chaque année, c'est de plus en plus dur de trouver la motivation d'y retourner, le corps se meurtrit et on tombe dans une routine. Mais si j'ai décidé de continuer ma carrière après Pyeongchang, c'est que je sens que j'ai cette force-là au moins pour deux ans."

Martin Fourcade embrasse le globe de la mass start, le 25 mars 2018 à Tyumen.

Martin Fourcade embrasse le globe de la mass start, le 25 mars 2018 à Tyumen.Getty Images

Il n'y aura certes pas de JO pour pimenter la saison mais avec les championnats du monde prévus du 7 au 17 mars à Ostersund, en Suède, les occasions ne manqueront pas pour Fourcade d'enrichir un peu plus son impressionnant palmarès et sa collection de records. Avec 10 titres mondiaux sur le plan individuel, il n'est plus qu'à une unité du mythique Ole-Einar Bjoerndalen.

Les 95 succès en Coupe du monde du Norvégien (74 pour Fourcade) seront plus durs à aller chercher, mais au vu de la boulimie de victoires du Français, capable de gagner au moins 10 courses par saison (ou 14 comme son record de 2016-2017), l'exploit est dans ses cordes dans les deux années qui viennent.

Finalement, seul Johannes Boe, son dauphin en 2018, pourrait empêcher Fourcade d'écraser de nouveau la Coupe du monde. "Boe est l'athlète le plus performant et il sera, à part énorme surprise, le plus dangereux, a estimé le Français. Johannes et moi, on a montré qu'on avait une longueur d'avance sur les autres."

Encore faudra-t-il que le fougueux Norvégien de 25 ans, qui a longtemps fait jeu égal en Coupe du monde avec le Français avant de craquer in extremis, sache résister à la pression. Attendu comme le plus sérieux challenger du Français aux JO 2018, Boe avait également connu une quinzaine mitigée avec un seul titre individuel et deux médailles d'argent en relais.

Martin Fourcade et son coach Vincent Vittoz à l'entraînement à Correncon-en-Vercors le 15 octobre 2018

Martin Fourcade et son coach Vincent Vittoz à l'entraînement à Correncon-en-Vercors le 15 octobre 2018Getty Images

Fourcade aura pour lui cette régularité de métronome qui lui a permis de monter sur 20 podiums en 21 courses disputées la saison dernière, avec en prime le 4e Grand Chelem de sa carrière (les 4 Petits Globes de l'Individuel, du sprint, de la poursuite et de la mass start). Difficile de faire mieux. Le Français semble aussi revigoré par l'arrivée d'un nouveau staff (Vincent Vittoz et Patrick Favre), synonyme de nouvelle dynamique après dix années passées sous les ordres de Stéphane Bouthiaux.

Chez les dames, dont les épreuves individuelles débuteront jeudi (15 km), la voie semble libre pour la Finlandaise Kaisa Makarainen, tenante du Gros Globe de cristal, ses principales concurrentes ayant la tête ailleurs ou ayant pris leur retraite comme la Bélarusse Darya Domracheva, 3e en 2018.

La triple championne olympique slovaque Anastasya Kuzmina va certes entamer la saison mais à 34 ans, elle fera le point sur la suite de sa carrière en janvier. Quant à l'Allemande Laura Dahlmeier, qui avait survolé l'exercice 2016-2017, elle est victime d'une grosse fatigue physique et mentale et ne reprendra la compétition que début 2019.

Martin Fourcade

Martin FourcadeGetty Images

0
0