Getty Images

Bescond, le jour de gloire en solitaire

Bescond, le jour de gloire en solitaire

Le 12/02/2018 à 17:24Mis à jour Le 13/02/2018 à 10:43

JO PYEONGCHANG 2018 – Habituée des podiums mondiaux en relais mais souvent dans l’ombre de ses leaders dans les épreuves individuelles, Anaïs Bescond a offert lundi à l’équipe de France de biathlon sa première médaille, en bronze, lors de la poursuite dames, grâce à une course parfaitement menée. Une juste récompense, quatre ans après des Jeux qui lui avaient laissé un goût particulièrement amer.

Bien sûr, la Normande avait déjà connu les joies d’un podium mondial en décrochant l’argent du sprint à Holmenkollen, il y a deux ans. Mais le métal olympique, même s’il n’est qu’en bronze, a forcément une autre saveur. Surtout pour une biathlète de 30 ans au crépuscule de sa carrière après onze années sur le circuit, plus habituée à briller en équipe, au travers des relais (22 podiums dont sept victoires en Coupe du monde), qu’en solo (sept podiums pour un seul succès, en 2013-2014).

"Les JO, c’est le Graal. J'ai tout donné et je vais vraiment savourer ça", a lâché "Nanasse", qui ne réalisait pas vraiment que le rêve était enfin devenu réalité après l’arrivée. "Je ne me rends pas vraiment compte. Je m'en rendrai compte quand j'aurai la médaille autour du cou. Là ça sera vrai, réel."

Une course proche de la perfection

Auteure d’une course remarquable sur la très sélective piste de Pyeongchang, Bescond, partie 19e avec 1’14’’ de retard sur Laura Dahlmeier, n’a pas laissé passer sa chance lundi soir pour devenir la deuxième Française médaillée aux Jeux sur la poursuite (après le bronze de Marie-Laure Brunet à Vancouver).

Alors que les têtes d’affiche bleues, Marie Dorin Habert et Justine Braisaz, passaient totalement à côté de leur sujet (27e et 34e avec sept tours de pénalité chacune), la moins bien classée des quatre Bleues au départ de cette poursuite a réussi le coup quasi-parfait, tant sur les skis (5e temps sur la piste), qu’au tir (un excellent 19/20), pour remonter petit à petit et finalement échouer d’un rien, au sprint, face à l’une des cadors du circuit, Anastasia Kuzmina, pour la médaille d’argent.

Sprint Kuzmina-Bescond poursuite JO Pyeongchang

Sprint Kuzmina-Bescond poursuite JO PyeongchangGetty Images

Déjà remontée au huitième rang après un sans-faute au premier tir couché, Bescond a enchaîné avec un deuxième 5/5 qui lui permettait, à mi-course, de pointer au quatrième rang, à seulement 24 secondes de la tête. Et à partir de là, la Française n’a plus rien lâché pour enfin s’offrir sa part de lumière en solitaire. Son unique tour de pénalité, après le premier tir debout, l’a sans doute même privée d’un métal encore plus précieux.

Mais évidemment, Bescond n’a pas boudé son plaisir au moment de commenter sa performance. "Cette piste me plaît beaucoup mais ce n'était pas gagné d'avance de monter sur le podium. J'ai eu beaucoup de difficultés la saison dernière à l'approche des Mondiaux. J'avais donc vraiment à coeur de réussir une grosse performance ici. J'ai réussi à faire une très belle course".

La revanche après la frustration de Sotchi

Coéquipière modèle en relais depuis de nombreuses années, où elle a largement étoffé son palmarès (un titre mondial en relais mixte en 2016 et quatre médailles d’argent en relais dames depuis 2011), Bescond n’attendait sans doute plus son heure de gloire en solo lors de ces JO. Elle pensait sans doute être passée à côté il y a quatre ans, à Sotchi, où elle avait échoué par deux fois tout près du podium, avec des cinquièmes places particulièrement frustrantes en sprint et sur l’individuelle.

Cette fois-ci, elle a réussi son coup. Et rien ne dit qu’elle ne remettra pas ça d’ici la fin de semaine lors de l'individuelle et de la mass start. Avant, probablement, de se mettre une nouvelle fois au service du collectif pour les relais, où sa fiabilité sera encore un atout de choix pour l’équipe de France.

Anais Bescond au tir couché lors du sprint des JO de Pyeongchang

Anais Bescond au tir couché lors du sprint des JO de PyeongchangGetty Images

0
0