Getty Images

Martin Fourcade et le relais français veulent se parer d'or aux Jeux de Pyeongchang

Fourcade, dernier voyage en Olympie ?

Le 22/02/2018 à 20:35Mis à jour Le 23/02/2018 à 10:07

JO PYEONCHANG 2018 - Martin Fourcade a l'occasion de sortir des Jeux Olympiques de Pyeonchang par la grande porte. A 29 ans, le Catalan, déjà vainqueur de trois médailles d'or, va tenter de décrocher, vendredi, un quatrième sacre lors du relais messieurs. La seule course qui manque à son palmarès international.

L'heure du dernier défi est arrivée pour Martin Fourcade à Pyeonchang. Auréolé de trois médailles olympiques en Corée du Sud, celui qui est devenu le sportif français le plus médaillé de l'histoire des Jeux Olympiques d'hiver a l'occasion de partir par la grande porte et de marquer une dernière fois ces Jeux dont il restera un membre incontournable. Oui, dans dix, vingt ou trente ans, peu importe, on se souviendra bien de Martin Fourcade. Il a agi en conséquence. Même s'il ne visait pas les records et les livres d'histoire, il y a laissé son nom. C'est comme ça.

Martin Fourcade lors des JO de Pyeongchang

Martin Fourcade lors des JO de PyeongchangGetty Images

" Martin nous a dit qu'on allait déglinguer au relais"

Forcément, les attentes sont grandes avant cette dernière épreuve de biathlon des JO. "Sur le papier on a des grandes chances de bien se classer et ça fait rêver, on y pense", glisse le débutant Antonin Guigonnat qui dispute ses premiers Jeux en Corée du Sud. "Martin va bien. Il nous a pris dans les bras à la fin de la mass-start avec Simon (Desthieux) et il nous a dit qu'on allait déglinguer au relais. Il est très motivé." Chez les Bleus, le moral va bien mieux après des débuts tourmentés. Dans son tourbillon de bonheur après ses sacres en individuel, l'homme aux six gros globes consécutifs a envouté toute l'équipe. Si on utilisait des termes plus terre-à-terre, on dirait : "Merci patron pour ce réconfort".

Y-a-t-il forcément un mode d'emploi pour sortir par la grande porte ? Pas vraiment, tout dépendra de l'état de forme des Bleus dans leur intégralité et non du seul Fourcade. Car, oui surprise, un relais ne se réussit qu'en équipe. Et ça, le Catalan le sait mieux que personne. Sur ce relais, il vise une quatrième médaille d'or à Pyeonchang qui pourrait lui permettre d'égaler le bilan d'un certain Ole Einar Bjoerndalen, qui avait écrasé les Jeux de Salt Lake City du temps de sa splendeur (sprint, poursuite, Individuel, relais). D'un côté, l'histoire, de l'autre le simple plaisir de partager un moment fort avec ceux qui partagent son quotidien l'hiver.

Martin Fourcade lors des JO de Pyeongchang

Martin Fourcade lors des JO de PyeongchangGetty Images

" Si tout le monde est à son niveau, si tout le monde donne le meilleur, on aura la médaille"

Un éventuel sacre ou une médaille, ses coéquipiers de l'équipe de France en rêvent aussi. Surtout qu'ils n'ont pas réussi leur Jeux de manière individuelle. Et c'est un facteur qui va être important : il faudra élever leur niveau dans tous les secteurs, principalement au tir. Un mal qui a touché toute l'équipe de France, Fourcade y compris. Le leader de la Coupe du monde sera épaulé par Emilien Jacquelin, Antonin Guigonnat et Simon Desthieux pour sa dernière sortie de ces Jeux. L'option de réintégrer Simon Fourcade à la place d'un Quentin Fillon-Maillet en perdition n'a, elle, pas été retenue pour lancer le relai. Venu en remplaçant, l'ainé des Fourcade devra rester à quai, lui qui avait si bien fait la rampe de lancement ces dernières années. Ce sera un autre débutant aux JO, Emilien Jacquelin, qui sera le quatrième homme.

"Sans vouloir leur mettre la pression, cela va être à eux de décider s'ils ont envie de ramener cette médaille pour l'équipe de France", a précisé Fourcade. "Si tout le monde est à son niveau, si tout le monde donne le meilleur, on l'aura. Si on passe à travers, on pourra le regretter. C'est important d'avoir de fortes individualités mais il faudra que les quatre répondent présent pour y arriver."

Restera à déterminer l'ordre. Le positionnement du leader de l'équipe de France en dira beaucoup sur les ambitions des Bleus. Trois options vont s'offrir au staff technique de l'équipe de France. Le plus probable c'est que le Catalan s'élance en troisième ou quatrième position. Lors de son seul relais disputé cette saison à Ruhpolding (2e place), il s'était élancé en N.3. Mais la jurisprudence relais mixte est passée par-là. Avec Fourcade en finisseur, les Bleus seront mortels s'ils jouent la gagne. C'est quitte ou double.

Martin Fourcade lors des JO de Pyeongchang

Martin Fourcade lors des JO de PyeongchangGetty Images

Toujours en quête d'un premier titre en relais messieurs

Le positionnement du Pyrénéen avait pourtant causé des soucis lors des Mondiaux d'Oslo il y a deux ans. On se souvient encore de sa déception froide après le relais manqué par les Bleus. Fourcade, déjà auréolé de quatre médailles d'or, avait fermé la marche en ayant plus de deux minutes de retard au moment de s'élancer. Il n'avait pas aimé. "C’est une déception au-delà du résultat. Une déception de ne pas s’être fait plaisir, d’avoir joué la 10e place tout le long. C’est un bel évènement. C’est dommage de le louper comme ça."

Une sortie si possible dorée, il en rêve, même si un échec ne viendra pas ternir son bilan qui avait déjà basculé du bon côté après son sacre sur la mass-start. Mais l'ivresse du relais et ses scénarios renversants, partager quelque chose avec ses coéquipiers et amis, Fourcade aime ça, comme il aime la confrontation. Souvent placé, médaillé, mais pas mal de fois frustré, il partage une relation spéciale avec les courses par équipe. C'est souvent "je t'aime moi non plus". Mardi, il n'a remporté que son deuxième titre par équipe dans un grand événement lors du relais mixte. La première, elle, ne remontait qu'au même relais mixte des Mondiaux 2016 à Oslo.

Pourtant avec ses coéquipiers du relais messieurs, toujours rien à se mettre sous la dent. Les médailles, nombreuses (3 en argent et 1 en bronze aux Mondiaux), n'ont pas remplacé l'ivresse et la bonheur que peuvent procurer un sacre. Aux Jeux, ramasser une médaille en relais masculin serait une grande première après les déceptions de Vancouver (6e) et Sotchi (8e). Déception, satisfaction ou joie suprême. Tous les sentiments sont possibles en Olympie.

Martin Fourcade lors des JO de Pyeongchang
0
0