Getty Images

Gros flop du début des Jeux, Johannes Boe va devoir se faire violence sur le 20km

Gros flop du début des Jeux, Boe va devoir se faire violence sur le 20km

Le 14/02/2018 à 17:44Mis à jour Le 15/02/2018 à 00:23

PYEONGCHANG 2018 - Passée complétement à travers du sprint et de la poursuite, Johannes Boe est l'une des grandes déceptions de ces débuts de Jeux. Le grand rival de Martin Fourcade, qui s'est lui rattrapé en prenant l'or de la poursuite, n'a plus que deux occasions de se racheter. À commencer jeudi par le 20km individuel. Un format qui lui convient peu.

Ce devait être le mano a mano de ces débuts de Jeux. La grande passe d'armes qui devait illuminer les nuits coréennes. Mais pour l'heure, de duel entre Johannes Boe et Martin Fourcade, il n'y en a pas eu à Pyeongchang. On ne peut pas blâmer le Français. Après la déception du sprint (8e), le sextuple vainqueur du gros globe a fait plus que répondre présent en enlevant l'or de la poursuite. Non, le gros flop, il est du côté du Norvégien.

Alors que le Catalan a su relever la tête en champion, son rival est resté coincé dans les bas fonds du classement. 31e puis 21e, le Norvégien a manqué ses deux courses dans les grandes largeurs. Ses deux plus gros ratés de l'année. Vainqueur de plus de la moitié des épreuves de Coupe du monde cet hiver (huit sur 15, contre six pour Fourcade), il n'était jusque-là jamais sorti du top 20 cette saison.

Son pire bilan au tir sur un enchaînement tir-poursuite

La combinaison d'un vent déroutant et la pression liée à la quête de son premier titre olympique (et d'une première médaille d'ailleurs) n'ont pas fait bon ménage pour le moment. Il ne faut pas aller bien loin pour identifier le souci chez le Scandinave de 24 ans. Ce n'est pas le physique. Le Norvégien s'est montré monstrueux sur la première boucle du sprint et il a signé le 3e temps sur la poursuite malgré n'avoir pas grand-chose à jouer.

Le problème, c'est clair, c'est le tir. Quatre erreurs sur le sprint. Puis six lors de la poursuite. Soit un total infâme de 10 fautes sur 30 balles. Des stats bien loin de son niveau derrière la carabine qui, sans être exceptionnel, est en progression constante (82% de réussite en 2015, 85% en 2016 et 88% l'hiver dernier).

Johannes Boe lors d'un entraînement aux Jeux Olympiques de Pyeongchang

Johannes Boe lors d'un entraînement aux Jeux Olympiques de PyeongchangGetty Images

Le 20km, l'épreuve qui sourit le moins à Boe

Depuis le début de sa carrière, jamais le cadet des frères Boe n'avait autant fauté sur un sprint et la poursuite qui s'en suit. C'est dire. À l'heure où l'on se présente comme le grand favori à l'or olympique (c'était le cas lors du sprint), le timing fait forcément tâche. Mais rien n'est fini pour autant.

Heureusement pour lui, Johannes Boe a choisi un sport où l'on peut tirer plusieurs cartouches dans un même événement. Il lui reste encore deux épreuves individuelles pour se rattraper, et deux relais où la Norvège fera à chaque fois office de favorite. Sur le papier, il peut donc encore se parer de quatre médailles d'or. Il débutera son opération reconquête jeudi par le 20km individuel, une épreuve qui favorise… les tireurs. Vous l'avez compris, c'est loin d'être l'exercice favori du Norvégien, surtout en ce moment. Parmi ses 21 victoires en Coupe du monde, il n'en a décroché qu'une seule sur le 20km (en novembre à Ostersund). Et il n'y a jamais décroché la moindre médaille en trois Mondiaux.

Pour retrouver le sourire, Boe doit donc briller sur l'épreuve qui lui correspond le moins. C'est dire le défit sacré défi qui l'attend jeudi pour être, enfin, à la hauteur du rendez-vous olympique. Et du duel qui s'annonçait si alléchant avec Fourcade.

0
0