Getty Images

Mayweather et DJ Khaled accusés d'avoir promu illégalement une opération frauduleuse

Mayweather et DJ Khaled accusés d'avoir promu illégalement une opération frauduleuse
Par AFP

Le 30/11/2018 à 06:25

Le légendaire boxeur Floyd Mayweather et la star du rap DJ Khaled ont été accusés par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) de ne pas avoir déclaré les coquettes sommes d'argent reçues pour promouvoir des opérations financières frauduleuses auprès de leurs millions de fans.

Selon un communiqué diffusé jeudi, la SEC leur reproche d'avoir, entre autres, fait de la publicité pour une levée de fonds en cryptomonnaie (ICO) ayant permis à la société Centra Tech de lever plusieurs dizaines de millions de dollars, sans dire qu'ils étaient payés pour le faire. Sans reconnaître ou nier les accusations, Floyd Mayweather a accepté de solder les poursuites en échange d'une amende de 300.000 dollars et du remboursement des 300.000 dollars reçus. DJ Khaled a lui versé une amende de 100.000 dollars et remboursé 50.000 dollars.

Le boxeur, qui compte actuellement plus de 7,85 millions d'abonnés à son compte Twitter, y avait notamment posté un message annonçant le début de la levée de fonds en cryptomonnaie de Centra Tech, accompagné de la note "Allez-y avant qu'il ne reste plus rien, j'ai eu les miens...".

Sur Instagram, où il est suivi par 22,3 millions d'abonnés, le boxeur a aussi insinué qu'il allait sous peu se faire beaucoup d'argent grâce à une autre levée de fonds. Mais il a omis d'indiquer qu'il avait été payé 100.000 dollars pour promouvoir Centra Tech et 200.000 dollars pour mettre en avant deux autres opérations financières.

DJ Khaled, qui a 4,2 millions de fans sur Twitter et 12,9 millions sur Instagram, a lui affirmé sur ses réseaux sociaux que Centra Tech allait "tout bouleverser". Il était payé 50.000 dollars pour cela.

Les responsables de Centra Tech ont depuis été poursuivis par les autorités américaines qui estiment que la levée des fonds était tout simplement illégale. Il leur est reproché d'avoir inventé des responsables aux CV impressionnants, des partenariats inexistants avec des grandes entreprises et d'avoir publié des documents fallacieux pour mettre en avant leur projet.

Le gendarme des marchés estime par ailleurs que ces levées de fonds sont, dans certaines conditions, assimilables à des introductions en Bourse et doivent à ce titre être réglementées comme telles.

Or les opérations mises en avant par Floyd Mayweather et DJ Khaled n'ont pas été déclarées auprès de ses services.

0
0