Après votre médaille d'argent en canoë biplace avec Fabien Lefèvre samedi, pensiez-vous avoir l'or en monoplace ?
D.G : Je ne voulais pas m'enflammer. Je m'étais forcé à ne pas trop y penser, même si au fond, on a toujours envie d'y croire. Ce matin, j'étais bien frais après la grosse journée d'hier, malgré quelques douleurs aux bras. Une fois finie ma course, je ne savais pas trop qu'en penser. Mon entraîneur me disait à l'arrivée: 'pour te déloger du podium, il va falloir y aller fort'. Moi, je lui disais: 'ne me porte pas la poisse, s'il te plaît !'. J'ai vu aussi que les autres ne couraient pas comme d'habitude. Michal Martikan qui sort... Là j'ai commencé à y croire. Aujourd'hui, les deux grands sont sortis, Tony Estanguet et Michal. Ils ne nous avaient pas habitués à cela.
Le besoin d'un gros résultat pour pouvoir continuer à rêver d'aller aux jeux Olympiques a-t-il joué ?
Canoë-Kayak
Tony Estanguet, une légende olympique bercée par la nature
16/09/2021 À 06:31
D.G. : Cela m'a beaucoup soulagé d'être le seul Français en finale. Le quota olympique pour l'équipe était fait. J'avais la pression en demi-finale, mais pas en finale. Ce qui aurait pu me gâcher la vie est que Tony gagne aujourd'hui. Il aurait été alors officiellement qualifié pour les Jeux. Là, une fois qu'il était sorti en demi-finale, je savais qu'au moins il y aurait des sélections. C'était un grand ouf de soulagement car j'aurais la chance au moins de me battre pour aller aux Jeux... Et il va falloir se battre !
S'il y a eu parfois des doutes sur l'intérêt de doubler les catégories, ce week-end, avec Fabien Lefèvre et vous cumulant trois médailles, est-il la plus belle validation ?
D.G. : Moi, je n'ai jamais eu de doutes sur le fait de doubler. C'est faisable à partir du moment où l'être humain s'entraîne pour. C'est assez nouveau, alors on manque de recul. Mais on avait vu déjà Fabien faire deux médailles sur une Coupe du monde la première saison. Je savais qu'un podium en biplace était plus facile car la concurrence est moindre. Pour moi, le vrai défi était de performer en monoplace. J'ai toujours rêvé d'être champion du monde, plus que champion olympique, parce qu'il y a beaucoup plus de concurrents au départ. Mais être champion olympique ce serait bien quand même !
Tokyo 2020
Thomas 5e en slalom, le Slovène Savsek titré
26/07/2021 À 07:46
Canoë-Kayak
Les plus belles images de la Coupe du monde de canoë
14/11/2020 À 11:28