Après les déceptions de Fabien Léfèvre et surtout de Tony Estanguet, double champion olympique de canoë, en eaux vives, Mathieu Goubel peut raisonnablement aller chercher une médaille voire un titre lors de ses deux finales à disputer sur le 500 mètres et le 1000 mètres, en eaux calmes. Si la concurrence sera très dense lors de la finale du 500m qu'il disputera samedi avec l'Espagnol David Cal, tenant du titre et champion du monde, l'année passée, l'expérimenté Russe Maxim Opalev, treize fois médaillés d'or en Mondial, le jeune et prometteur Chinois Li Qiang, âgé de seulement 19 ans, ou encore le Biélorusse Aliaksandr Zukhovski, qui l'avait battu en séries, la possibilité de créer l'exploit sur longue distance demeure.
Le Boulonnais avait été titré sur le 1000 mètres à Milan, il y a quelques mois, mais n'avait pas trouvé sur sa route une opposition à la hauteur de celle qui lui sera proposé en finale, vendredi. Il faudra donc que Goubel se sublime pour ramener une nouvelle médaille à la délégation française. "Mathieu récupère bien, enchaîner les courses n'est pas un problème pour lui, et dans un Championnat du monde, on dispute deux courses par jour. Alors...", rassure le directeur de l'équipe de France Christophe Rouffet.
Une journée, deux finales
Pékin 2008
Un Polonais positif
05/09/2008 À 20:53
Là encore, les Cal, Zukhovski, la légende allemande Andreas Dittmer ou encore le Hongrois Attila Sandor Vojda, vice-champion d'Europe derrière Goubel, feront offices d'épouvantails sur la distance de prédilection du Français. En kayak biplace, Philippe Colin et Cyrille Carre auront également toutes leurs chances après avoir réussi le troisième temps des séries dans une course très relevée. Leurs principaux adversaires seront le duo danois, champion d'Europe à Milan, et le duo hongrois où l'on retrouvera Zolran Kammerer, triple champion olympique, et Gabor Kucsera, double champion du monde de la spécialité.
"On les (Carre et Colin) connaît bien, ça fait deux ans qu'ils sont sur le devant de la scène internationale, la concurrence se calque sur eux", renchérit Rouffet au sujet de l'Auxerrois et du Bisontin. Seule inconnue encore à lever, la météo est devenue de plus en plus capricieuse depuis quelques jours et pourrait bousculer la hiérarchie. Il ne tient qu'à eux de ramener une nouvelle médaille d'or tant attendue.
Pékin 2008
C2: Les Bleus out
20/08/2008 À 08:34
Pékin 2008
C1: Goubel en finale
20/08/2008 À 08:04