Prêt pour cette grande fête ?
Sébastien Bourdais : Oui ! Ça va être un superbe événement, on va tous prendre du plaisir. En plus, ça ne m'arrive qu'une ou deux fois dans l'année de courir devant le public français. Je vais savourer. Nous attendons un nombreux public. L'ambiance va être sensationnelle.
CART
Long Beach: Montagny 2e
21/04/2008 À 07:01
Est-ce que des compétiteurs sont plus avantagés ici, de part les disciplines dans lesquelles ils courent ?
S.B. : Dans un premier temps, chacun va être dans son type de domaine respectif : les pilotes de circuit dans les Modena et les pilotes de rallyes dans les Citroën et Peugeot WRC. Il y aura ensuite un mixte des deux mais seul celui qui ira en finale pourra se mesurer au meilleur de l'autre groupe.
Attendez-vous de rencontrer Michael Schumacher ?
S.B. : J'aimerais bien me battre avec lui, mais dans une monoplace de Formule 1 !
Quel a été l'impact de votre titre aux Etats-Unis ?
S.B. : Il a été relativement grand dans le milieu des passionnés de sport automobile, et c'est pour cela qu'il y a de la place pour le ChampCar aux Etats-Unis. Même si c'est un tout petit pourcentage de la population, la catégorie parvient à attirer les foules, en moyenne 60 à 70.000 spectateurs chaque jour de course. Beaucoup d'événements sportifs voudraient revendiquer une telle affluence.
Quelle est la principale différence entre les courses aux Etats-Unis et en Europe ?
S.B. : L'ambiance. Les gens sont plus décontractés, le public ouvert. N'importe qui en ChampCar peut acheter un billet Paddock, rentrer et quasiment toucher les voitures, les mécaniciens, les pilotes. C'est cette convivialité qui génère cet attrait populaire. On a des séances d'autographes pendant une heure le vendredi soir, où se massent parfois jusqu'à 30.000 spectateurs. C'est un gros succès populaire, tout simplement. On se cache de ça en Europe et c'est une erreur.
Tu repars avec Newman en 2005...
S.B. : Oui. Avec le N.1. Je vais essayer d'aller à l'assaut d'un nouveau titre.
Et la Formule 1 ?
S.B. : L'envie d'être en Formule 1 est toujours là, plus que jamais. Tout ce que je demande, c'est un essai. Faudrait juste de la curiosité de la part des décideurs, et qu'ils écoutent un peu moins ce qui se dit dans les paddocks. Je pense vraiment avoir quelque chose à prouver en F1. Je veux juste que l'on m'en donne la chance.
CART
La fin de l'écurie Forsythe
28/02/2008 À 20:33
CART
Unification avec l'IndyCar
19/02/2008 À 14:50