ST. PETERSBURG - POLE POSITION, ABANDON
"Tout se présentait bien mais la stratégie en a décidé autrement. On est resté sur la piste lors d'un drapeau jaune alors que tous les pilotes sauf un sont rentrés. Après une autre neutralisation, je me suis malheureusement retrouvé derrière tout le monde sauf Monteiro. Là, la course est finie. Puis, je sors des stands en pneus froids devant un peloton compact. Contre Tracy, Carpentier et tout ce monde qui roule avec des pneus en température, je ne peux rien faire, sinon céder en me retrouvant à chaque fois dans la partie sale de la piste. Je tente donc d'attaquer plus et comme c'est souvent le cas l'erreur survient, dans le virage N.6. Question stratégie et remises en rythme en pneus froids, cette épreuve était quasi insurmontable pour un rookie."
CART
Long Beach: Montagny 2e
21/04/2008 À 07:01
MONTERREY - POLE POSITION, ABANDON
"Nouvelle déception. Une panne de radio. J'entends tout le monde sauf la personne qui doit m'appeler au stand, et elle ne s'en aperçoit pas. Ça ne pardonne pas dans ces courses à l'américaine, où des drapeaux jaunes tombent à des instants clés, dans des fenêtres de ravitaillement. Dommage, on avait fait une pole magnifique au dernier tour, sur une piste très glissante, délicate. Et puis, à un moment critique, je suis obligé de donner un coup de frein derrière Dominguez, je pars en survirage, j'effleure le mur et je tors légèrement une bielle."
LONG BEACH - QUALIFIE 5E, ABANDON
"Je pète le seul moteur de l'année. Je rentre chez moi et j'ai fait le vide. Les gens commencent à se dire 'il est super vite mais en course ça veut jamais le faire.' En plus, les medias sont assez pesant des ces circonstances là par rapport à un débutant. Je commence à craindre que l'épreuve que Nicolas Minassian a vécue ne se reproduise avec moi.
Sur le début de saison, Paul Tracy a une réussite extraordinaire. Les deux premières victoires auraient sans prétentions dûes être pour nous et la troisième pour Micheal Jourdain. Mais pour gagner un championnat, il faut de la réussite. C'est ce qu'il m'a manqué. En revanche, Bruno fait trois podiums, qui ne sont pas vraiment mérité. C'est là que je comprends qu'il faut jamais croire que c'est perdu dans les courses américaines."
BRANDS HATCH - QUALIFIE 2E, VICTOIRE
"Une autre ambiance, une course à l'européenne. Je me sens bien et ça enlève un peu de pression. Toute ma famille est là. Elle avait assisté à ma première victoire en F3000, le 14 juillet 2001, à Silverstone. Je me dis "Pourquoi pas ?". D'entrée, ça fonctionne. J'ai basé ma stratégie sur la consommation. J'avais cette expérience là du Sportscar. Il y avait un objectif de consommation à atteindre à chaque tour. J'ai été le plus fort à ce petit jeu."
LAUSITZ - POLE POSITION, VICTOIRE
"Un week-end de rêve. Il fallait garder la même configuration aérodynamique qu'à Brands Hatch, sans ajout de pièce. On était autorisé à réduire l'appui de très très peu. Ça a probablement été la course la plus folle de l'année mais pas celle que je retiendrai au niveau pilotage. Je dois juste remercier l'équipe d'avoir fait les bons choix aéro. Le résultat ne venait pas de moi ou vraiment peu. En plus, j'avais un moteur un peu meilleur que mon équipier. La course a été fantastique. Il a fallu que j'utilise tout mon savoir et tout ce que j'avais appris pendant la course, car j'étais parti de zéro sur ce genre de circuit. A la fin, je la joue bien en gardant la ligne intérieure car j'ai une voiture un peu plus chargée. A l'extérieur, ils n'ont pas assez d'excès de vitesse."
MILWAUKEE - QUALIFIE 13E, 9E
"On passe complètement à côté. Un enfer. La qualification est annulée sans que j'ai eu le temps de passer des pneus neufs et la course est deux heures de survie. Il y avait pas mal de vent et il faisait très froid. On n'avait jamais testé dans ce genre de config. Ça a met quand même un coup à tout le monde dans l'équipe ; le seul moment en deux ans où ils n'ont pas compris ce qu'il s'était passé."

LAGUNA SECA - QUALIFIE 4E, ABANDON
"Bruno (Junqueira) fait 2e et moi je dois faire 3e. Mais la pop off valve cède et c'est l'abandon. La malchance revient."
PORTLAND - QUALIFIE 4E, ABANDON
"Je me qualifie devant Bruno mais je crève au bout de 10 tours. Et le mât d'aileron se fend en vue de l'arrivée. Mathématiquement, c'est pas fini au championnat mais je prends un gros retard. C'est là que tout bascule car Bruno, avec sa régularité, est au contact du leader Tracy. Jourdain n'est pas loin et moi je suis esseulé derrière (4e). Le problème, c'est que l'équipe a un but : gagner le championnat. Pour se faire, il faut dès lors que j'aide Bruno. Ça m'empêche de mener mon propre combat."
CLEVELAND - POLE POSITION, VICTOIRE

"Je gagne sur une piste rapide très bosselée, l'une des plus difficiles de l'année. Virages hyper rapides, humidité diabolique... Le tout sur un aéroport, de nuit. Un décor irréel. Il n'y avait pas de consignes d'équipe et la course est deux heures de sprint pur contre Tracy, en permanence en apnée. Au bout de 45 tours, j'appele pour savoir combien de tours il reste. 'Une centaine' me répond t-on. Je me dis que je ne vais jamais y arriver ! On le fait toujours mais ça a été la course physiquement la plus dure de ma carrière. La première fois que je bas Tracy à la régulière. Juste une frayeur avec Fernandez, complètement mort physiquement, qui me touche quand je le dépasse en vue de l'arrivée. Ma première victoire aux Etats-Unis, après avoir beaucoup galéré là-bas. Ma plus belle."
TORONTO - QUALIFIE 6E, 4E
"Paul Tracy est devant en qualifs et irratrappable en course. Je suis 4e en faisant une belle course. Rien à dire."
VANCOUVER - QUALIFIE 5E, 3E
"Je suis gêné et ne me qualifie pas où je dois. Accrochage au départ avec Roberto Moreno et crevaison. Je me décale en stratégie, en faisant 6 pit stops. Meilleur tour en course, j'arrive sur les talons de Tracy et Junqueira."
ELKHART LAKE - QUALIFIE 2E, 2E
"Le plus beau circuit, très, très vite. J'ai dorénavant ordre de ne rien tenter contre Bruno (Junqueira). Je le protège au départ car Tracy est juste derrière. J'avais jamais attaqué Tracy au freinage à l'intérieur afin d'éviter la gomme dans la descente. Je croise pour revenir à l'extérieur au dernier moment et lui tente une attaque à l'extérieur de son co-équipier. Il file dans le bac où il pète les plombes en restant accélérateur à fond. Sa première grossière erreur. Le bouillant Paul Tracy était de retour. Bruno gagne et on se dit que c'est reparti pour lui."
MID-OHIO - QUALIFIE 3E, 5E
"Dès que Forsythe Racing pose la voiture sur la piste, Tracy nous met 5 dixièmes. Je dois faire 2e aux essais sans des drapeaux rouges. Sinon, j'aurais pu être devant en course. Malheureusement, je suis tout le temps dans le trafic. Un sous-virage chronique me tue complètement."
MONTREAL - QUALIFIE 6E, ABANDON
"On tombe sur un moteur très très très en retrait. Sur les longues lignes droites, Bruno me met 6 dixièmes. Je suis en permanence sur la défensive en course. Impossible d'aller chercher les gars devant. Panne de différentiel pour finir."
DENVER - QUALIFIE 3E, 2E
"Newman/Haas avait eu une grosse galère l'année précédente, sur problème de set-up. Bruno est en pole et de là, je n'ai aucune chance de gagner ma première course en ville. C'était frustrant quand Bruno se qualifiait devant moi car je savais que je n'avais plus ma liberté de me battre."
MIAMI - QUALIFIE 4E, ABANDON
"Le premier accro avec Paul (Tracy). Très triste. Au bout, il y avait pourtant la première place pour moi et la 2e place pour lui, qui lui assurait le titre. Je le passe proprement et de dépit il me sort comme un mal propre. Son tiers d'attaque est suicidaire. Il n'essaie même pas de tourner : il vient me choper la roue arrière et au revoir ! J'étais très déçu de l'attitude mais il est venu s'excuser après la course. Il est resté un ami."
MEXICO CITY - QUALIFIE 4E, 2E
"La course qui me fait 'meilleur rookie de l'année'. Là, je suis assez étonné du comportement de l'équipe, qui me donne l'opportunité de doubler Bruno (Junqueira), il est vrai malade. Je fais le forcing derrière Bruno et prends u ma chance aux stand. Je passe Bruno et repars en pneus neufs à la chasse de Tracy. J'ai ordre d'aller le chercher. Je tente tout mais un drapeau jaune annule l'avantage de mes pneus neufs."
SURFERS PARADISE - POLE POSITION, ABANDON
"Je fais ma plus belle pole de l'année en touchant deux murs, dans un tour "à la Senna", sur un circuit hyper exigent où il faut se livrer à 200%. Je crois que je tremblais encore une demi-heure après la qualif. 100% adrénaline. En course, je dois m'effacer pour Bruno, championnat oblige, et prendre le coup que Tracy lui réservait probablement. Après le choc avec Paul, j'ai une suspension tordue et la voiture tire à gauche. La pluie arrive, Bruno se met à l'équerre et de mon coté je pars dans le mur. Un peu déçu. C'est pas comme çà que l'on voulait finir le championnat."
CART
La fin de l'écurie Forsythe
28/02/2008 À 20:33
CART
Unification avec l'IndyCar
19/02/2008 À 14:50