Eurosport

Channel, nouvelle princesse du Prix de Diane Longines

Channel, nouvelle princesse du Prix de Diane Longines

Le 16/06/2019 à 20:29Mis à jour

Au terme d’une fantastique lutte, Channel s’est imposée dans le Prix de Diane Longines, cet après-midi à Chantilly. La protégée de Francis-Henri Graffard a devancé Commes alors que la très attendue Siyarafina n’a terminé qu’à la sixième place.

L’hippodrome de Chantilly a vibré ce dimanche 16 juin. Outre l’élégance du côté du public, la classe et le talent d’une future grande des courses de galop ont éclaboussé la magnifique piste en herbe cantilienne. Parmi les seize pouliches au départ, Siyarafina était en quête d’un quatrième succès en autant de sorties. Dans une course menée par Platane, la protégée d’Alain de Royer Dupré a rapidement effacé son numéro dans les stalles de départ, en se plaçant en milieu de peloton. L’une des favorites, Channel, a patienté en quatrième position derrière les leaders. Dans la ligne droite, elle est venue dans un canter, puis Pierre-Charles Boudot a attaqué à quatre cents mètres du poteau et a résisté jusqu’au bout à Commes. Battue lors de ses débuts par Secret Walk à Saint-Cloud, Channel avait ouvert son palmarès fin avril sur l’hippodrome de Lyon Parilly. La fille de Nathaniel s’était ensuite imposée avec style sur ce même parcours, le 17 mai, battant notamment Ebony et Wonderment. 

Francis-Henri Graffard a remporté le quatrième Groupe 1 de sa carrière après le Grand Prix de Paris en 2015 et les International Stakes en 2016 à Woodbine avec Erupt puis le Prix Vermeille en 2017 avec Bateel. Il a laissé exploser sa joie au micro d’Equidia: «C’est pour ce genre de moments que l’on entraîne des chevaux. Pour gagner un classique. C’est un rêve qui se réalise! Channel n’est pas très grande mais elle a énormément de cœur. Quand elle a vraiment accéléré cet après-midi, je n’ai pas vu les autres arriver. Je savais qu’elle tiendrait jusqu’au bout. Elle a toujours tout bien fait mais de là à se projeter aussi haut et aussi vite, c’était difficile!»

Pour Pierre-Charles Boudot, il s’agit du quatorzième Groupe 1 de sa carrière, et déjà le troisième de l’année après Waldgeist dans le Prix Ganay et Persian King dans la Poule d’Essai des Poulains. Selon le jockey lauréat, c’est le parcours qui a fait la différence: «Je n’ai pas toujours eu beaucoup de chance dans les courses comme le Prix de Diane Longines. Mais aujourd’hui, tout s’est passé comme dans un rêve. Channel est une pouliche très maniable. Francis-Henri Graffard m’a mis en confiance au moment des ordres. Channel n’a pas beaucoup d’expérience, mais elle a un super mental, et elle apprend tout très vite», a-t-il déclaré.

Un seul cheval en compétition chez Francis-Henri Graffard

«Il aurait été présomptueux de penser gagner le Prix de Diane mais nous espérions une place à l’arrivée. Pour les courses de plat, j’ai des chevaux depuis 2017 et j’en possède deux actuellement. C’est une belle histoire!», s’est réjoui Samuel de Barros, qui avait acheté Channel 70.000 euros lors des ventes Arqana, en mai 2018. Channel est à l’heure actuelle le seul cheval en compétition pour Samuel de Barros qui possède une deux ans pas encore nommée. Sa protégée a succédé à la grande Laurens au palmarès de cette épreuve. Une histoire qui risque de continuer tant la progression de la pouliche est impressionnante.

Commes encore deuxième, Grand Glory la belle note

Deuxième, Commes n’a pas à rougir de cette défaite. Le test sur 2.100 m a été concluant pour son entourage après avoir bénéficié d’un parcours en or. Elle est la meilleure des quatre pouliches de son entraîneur, Jean-Claude Rouget. La dauphine de la Poule d’Essai des Pouliches courrait sous ses nouvelles couleurs, celles de Teruya Yoshida. Elle fait mieux que sa mère Leaupartie, qui avait fini sixième en 2012. La note de la course est incontestablement Grand Glory. Montée par Gérald Mossé, la pouliche de Gianluca Bietolini a très bien terminé à l’extérieur pour prendre la troisième place. Achetée 18.000 euros par ses actuels propriétaires, elle comptait deux succès et une deuxième place en trois sorties.

Siyarafina, la déception

Lauréate du Prix Saint-Alary, Siyarafina tentait de remporter une quatrième victoire en autant de sorties. Dans la ligne droite, elle a connu un beau passage avant de légèrement coincer pour finir, terminant sixième. Des doutes s’étaient immiscés dans son entourage lors de son dernier parcours.  Celle qu’Alain de Royer Dupré qualifiait comme «l’une des meilleures pouliches que j’aie entraînée» a peut-être eu des difficultés sur une distance aussi longue, avec un final en légère montée. Pour sa part, Entitle n’a pas semblé avoir la même aura qu’Enable, sa demi-sœur aînée. Elle a terminé dixième et n’a rien pu faire dans la ligne droite.

0
0