Eurosport

Japan et Aidan O’Brien veulent doubler la mise dans le Grand Prix de Paris

Japan et Aidan O’Brien veulent doubler la mise dans le Grand Prix de Paris

Le 14/07/2019 à 11:36Mis à jour Le 14/07/2019 à 11:37

Le Grand Prix de Paris Juddmonte réunit huit partants ce dimanche à Paris Longchamp. Dans une ambiance estivale et surtout festive, qui sera conclue par un DJ set d’Ofenbach, Japan tentera de copier son compagnon d’écurie Kew Gardens, vainqueur l’an passé.

À moins de trois mois du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, les chevaux de trois ans poursuivent la route classique, dévoilant petit à petit leurs ambitions. Passage obligé, le Grand Prix de Paris a pourtant fourni très peu de lauréats dans la grande course du premier dimanche d’octobre. Il faut remonter à 2006 et Rail Link pour trouver trace d’un tel doublé. L’édition 2019, sur le papier, promet un beau spectacle avec un grand favori et des nombreux prétendants à la victoire.

Japan, impressionnant à Royal Ascot

Lauréat d’un Groupe 2 à l’âge de deux ans (Beresford Stakes, septembre 2018), Japan a toujours été cité par Aidan O’Brien comme un élément de grande qualité. Depuis, le fils de Galileo a gravi les échelons avec une rentrée correcte (quatrième) dans les Dante Stakes (Gr.2). Le 1er juin, il a crevé l’écran dans le Derby d’Epsom (Gr.1) en refaisant son retard mètre après mètre dans la longue ligne droite pour finalement se classer troisième. Puis, redescendu d’un étage, Japan a survolé les King Edward VII Stakes (Gr.2) lors du Meeting Royal Ascot. Associé ce jour-là, comme ce dimanche, à Ryan Moore, il avait laissé son plus proche adversaire à quatre longueurs. Il est donc le grand favori sur l’hippodrome de Paris Longchamp.

Les grandes maisons françaises ont des ambitions

Du côté des adversaires aux dents longues, les meilleurs entraîneurs tricolores sont presque tous là. André Fabre, recordman du nombre de victoires dans cette épreuve, avec treize succès, présentera Roman Candle et Slalom. Porteur de la casaque Godolphin, le premier cité a déjà gagné au niveau Groupe, à savoir le Prix Greffulhe le 1er mai, et il reste sur une cinquième place dans le QIPCO Prix du Jockey Club. Rallongé pour l’occasion, il peut donner du fil à retordre au favori irlandais. Quant à Slalom, propriété de Wertheimer & Frère, il n’est pas évident à cerner. Facile vainqueur du Prix Noailles (Gr.3), il était l’un des préférés du public dans le Jockey Club mais a beaucoup déçu, terminant douzième. Il devrait apprécier le parcours des 2.400m. Jean-Claude Rouget, vainqueur de cette course en 1994 (Millkom) et en 2010 (Behkabad), délègue Soft Light, plaisant deuxième de Al Hilalee dans le Prix Hocquart Longines (Gr.2) le jour du Prix de Diane. Ce cheval tardif a dévoilé un certain potentiel.

Jalmoud pour une petite surprise

Il ne faut pas oublier Jalmoud, l’Appleby de service. Le fils de New Approach est venu à deux reprises sur le sol français pour une victoire dans une Listed (Prix de l’Avre) et une deuxième place dans un Groupe 2 (Prix Eugène Adam). Il retrouve avec intérêt le parcours de sa dernière victoire. Enfin, Christophe Soumillon sera associé à Kasaman, poulain de Son Altesse Aga Khan entraîné par Mikel Delzangles. Avec quatre victoires (2002, 2006, 2008 et 2017), il est le jockey le plus titré au départ de cette édition. Deux heures après la course (départ 19h45), les animations débuteront avec en point d’orgue un set du duo de DJ parisiens Ofenbach, auteur notamment des tubes «Be Mine» et «Katchi».

0
0