Eurosport

Jean-Claude Rouget, le “Monsieur Diane” en quête d’un cinquième sacre

Jean-Claude Rouget, le “Monsieur Diane” en quête d’un cinquième sacre

Le 13/06/2019 à 20:46Mis à jour

Quinze jours après l’éclatante victoire de Sottsass dans le QIPCO Prix du Jockey Club, Jean-Claude Rouget présentera quatre pouliches au départ du Prix de Diane Longines. L’entraîneur palois et deauvillais s’est mué au fil des ans en vrai spécialiste de ce classique français.

Pour décrocher un cinquième Prix de Diane Longines, Jean-Claude Rouget comptera sur ses “Drôles de Dames”, au nombre de quatre : Ebony, Étoile, Cartiem et Commes, dans l’ordre du programme. L’entraîneur se partageant désormais entre Pau et Deauville tentera même de réaliser un troisième doublé Jockey Club-Diane après 2009 (Stacellita et Le Havre) et 2016 (La Cressonnière et Almanzor). Pour un peu plus entrer dans l’histoire.

Un chemin bien établi

Pour arriver à ses fins et soulever le Graal, Jean-Claude Rouget met tous les moyens en œuvre. L’entraîneur de soixante-cinq ans a fait évoluer son écurie en ouvrant, depuis deux ans, une antenne sur l’hippodrome de Deauville. Un choix qu’il ne regrette absolument pas : “Ce n’était pas «un débarquement». Nous avions nos marques depuis des années grâce au meeting estival. Tout était déjà rodé chez les équipes. Des volontaires de l’écurie de Pau sont montés dans un premier temps puis nous avons embauché des Parisiens.” Vainqueur de trois des sept dernières éditions du Prix de Diane Longines, il sait comment amener ses élèves au plus haut niveau. “Je préfère faire débuter mes chevaux à l’âge de deux ans, courant août ou septembre”, confie Jean-Claude Rouget. “Ils courent à deux reprises puis ils disputent souvent deux courses à trois ans avant de tenter les belles. Le Prix de Diane est plus facile car le Jockey Club arrive vite, la saison en région parisienne ne débutant réellement que vers le 1er avril.”

Un quart du peloton

Avec quatre partantes ce dimanche, Jean-Claude Rouget arrive bien armé à Chantilly. Mais pour suivre les traces de Stacelita ou La Cressonnière, la route est longue. “C’est la première fois que j’aurai quatre partantes alors que ce n’est déjà pas évident d’en avoir une! Toutes les quatre sont entraînées dans mon antenne de Deauville. Elles étaient destinées à une carrière «parisienne» donc elles sont vite montées de Pau.” L’entraîneur d’expérience a été chanceux au tirage au sort des places dans les stalles, ses quatre championnes ayant hérité d’un numéro entre le 2 et le 6, idéal voire primordial dans ce Groupe 1 souvent très tendu en piste. Mardi matin, sur l’hippodrome de Deauville, lors du dernier galop poussé, deux pouliches ont retenu notre attention : Commes, deuxième de la Poule d’Essai des Pouliches en mai et Ebony, placée en Classe 1.

La crème de la crème des jockeys

Lundi soir, à la surprise générale, Jean-Claude Rouget a annoncé à la presse la venue du Japon de la star Christophe-Patrice Lemaire. La double Cravache d’Or japonaise connaît bien l’entraîneur, ayant remporté le Prix de Diane en 2009 avec Stacellita. Mickael Barzalona, habituel pilote de la casaque Godolphin, se mettra en selle sur Etoile. Quant à Commes, elle conservera son fidèle jockey Cristian Demuro. L’entraîneur star visait Lanfranco Dettori pour Ebony mais celui-ci a été retenu par John Gosden pour monter Entitle, la demi-sœur d’Enable, double lauréate du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Jean-Bernard Eyquem, vainqueur avec Almanzor du Jockey Club, le remplace au pied levé. Preuve de la confiance grandissante, les forces vives des jockeys ont été appelées pour tenter un gros coup. Réponse dimanche vers 16h07 après un tout petit peu plus de deux minutes de course.

Une partante, une phrase

Etoile (montée par Mickael Barzalona) : “Elle a débuté à Cagnes cet hiver, plus tard que prévu mais elle fait ce qu’on attendait d’elle.”
Ebony (montée par Jean-Bernard Eyquem) : “Nous l’avons toujours estimée. Sa prestation dans la course préparatoire a été bonne et elle devrait montrer ses progrès ce dimanche.”
Cartiem (montée par Christophe-Patrice Lemaire) : “Elle fait tout bien et arrive avec de la fraîcheur, le seul bémol c’est le manque de référence.”
Commes (montée par Cristian Demuro) : “Elle a été très bonne dans la Poule d’Essai. Le Prix de Diane, c’est sa course car je la crois mieux sur 2.000 ou 2.100 mètres.”

0
0