Course hippique

L’Autonomie succèdera-t-elle à De Bon Cœur?

Partager avec
Copier
Partager cet article

L’Autonomie succèdera-t-elle à De Bon Cœur?

Crédit: Eurosport

ParGrand Prix
30/11/2019 à 17:03 | Mis à jour 30/11/2019 à 17:04

Six mois après la fin de la carrière de l’immense championne De Bon Cœur, Auteuil a peut-être trouvé sa nouvelle étoile en L’Autonomie. Cette pouliche de quatre ans, entraînée par François Nicolle, a notamment survolé le Prix Renaud du Vivier le 10 novembre, à la manière des très grands.

Auteuil l’attendait. Les fans de course aussi. Le «Temple de l’obstacle» était triste depuis mai et la fin de la carrière de De Bon Cœur, annoncée par la famille Détré, à la suite d’une blessure. Le public a vibré grâce à Carriacou dans le Grand Steeple-Chase de Paris et Bipolaire dans le Prix La Haye Jousselin mais les exploits en haies marquent aussi les esprits. On se souviendra toujours des démonstrations de la championne De Bon Cœur qui terrassait l’opposition. L’Autonomie est peut-être de cette trempe.

Des débuts encourageants

Course hippique

«Skalleti a de quoi nous faire rêver», Jérôme Reynier

11/02/2020 À 09:05

Élevée et sous la propriété de la famille Coiffier, L’Autonomie a été rapidement confiée à François Nicolle. «C’était une grande jument qui n’avait pas grand-chose de particulier», explique son entraîneur. Le 31 août 2018, la fille de Blue Brésil débute victorieusement en compétition à Auteuil. L’impression est bonne, mais elle montre quelques défauts. «Elle était un peu compliquée. Elle tirait beaucoup et ne supportait pas d’être au contact avec les autres», se remémore l’homme de Royan. Lauréate ensuite du Prix Magne (Listed), elle reste invaincue en deux sorties avant de se jeter dans le grand bain lors du Prix Cambacérès (Groupe 1). «Nous y sommes allés un peu au culot, mais c’était un choix collégial», affirme François Nicolle. «Nous souhaitions voir comment elle se comporterait face aux mâles. Pour une femelle, finir troisième était déjà une belle performance!» Ainsi s’est achevée sa saison 2018.

Un second semestre étincelant

Le 16 mars, la rentrée de L’Autonomie dans le Prix d’Indy jette un froid. Tombée dans la ligne opposée, elle ne démarre pas son année de la meilleure manière. Cependant, elle va prendre une éclatante revanche lors du Prix de Pépinvast, en s’imposant nettement devant Feu Follet. Quatrième du Prix Amadou, L’Autonomie, décevante cette fois, ne participe pas au Prix Alain-du-Breil. Ensuite, son second semestre est parfait puisqu’elle enchaîne pas moins de trois victoires dans les Prix Questarabad, de Maisons-Laffitte et Pierre-de-Lassus. Plus rien n’arrête la championne de François Nicolle. «C’est une très bonne sauteuse qui a une belle action. Elle s’enroule beaucoup. Tendue à trois ans, elle a maintenant pris de la maturité. Elle déroule sa course à sa main et étouffe ses adversaires parce qu’ils ne peuvent pas suivre. Elle est aussi capable de donner un coup de reins, ce qui est la marque des grands.»

«Elle peut atteindre le niveau de De Bon Cœur»

Il fallait un succès de prestige pour parachever sa fantastique année. Étincelante dans le Prix Renaud-du-Vivier, la femelle de quatre ans laisse ses rivaux à dix-huit longueurs et décroche le premier Groupe 1 de sa carrière. «Elle monte les étages quatre à quatre. C’est une crack.» Lauréate de sept de ses dix courses, elle suscite les comparaisons avec De Bon Cœur : «Elle commence à me donner les mêmes sensations que De Bon Cœur. Je pense qu’elle peut atteindre son niveau», dit encore François Nicolle. Aligner les succès, s’imposer avec facilité, dominer sa génération sont autant de points communs entre les deux championnes. «Elles ont surtout une action dévastatrice», retient l’entraîneur. «Elles prennent tellement de vitesse dans la ligne d’en face que ceux qui veulent les suivre se mettent dans le rouge. Ce sont toutes deux de grandes championnes.»

La Grande Course de Haies avant le haras?

Désormais, cap sur 2020 et François Nicolle a d’ores et déjà annoncé la couleur. «Comme De Bon Cœur, l’objectif est la Grande Course de Haies d’Auteuil. L’Autonomie devrait suivre le même programme. La distance plus longue ne va pas la déranger.» L’hypothèse d’une reconversion en steeple n’est pas encore prévue. «Je ne pense pas que ce soit une bonne idée même si elle est dressée pour le faire. Face à des chevaux de cette classe, qui sautent bien et vont vite en haies, je ne vois pas pourquoi changer.» Après cet objectif, L’Autonomie pourrait se tourner vers la reproduction. «Je ne suis pas persuadé que son entourage la laissera à l’entraînement fin 2020. Comme De Bon Cœur, elle peut devenir une belle et grande poulinière. Elle n’a pas eu de combats durs et pourrait aller au haras en pleine possession de ses moyens. Ses propriétaires prendront la meilleure solution pour elle.»

L’Autonomie devrait donc encore régaler les fans de course et Auteuil a peut-être trouvé sa nouvelle reine.

Course hippique

La Saudi Cup débarque dans le calendrier des courses de galop

06/02/2020 À 13:42
Course hippique

Les cinq courses qui feront l’année 2020

06/02/2020 À 13:29
Dans le même sujet
Course hippique
Partager avec
Copier
Partager cet article