Eurosport

L’entourage de Vazirabad met un terme à sa belle carrière

L’entourage de Vazirabad met un terme à sa belle carrière

Le 13/09/2019 à 11:01

Nos confrères de Jour de Galop ont annoncé lundi la fin de la carrière de Vazirabad. Le champion des longues distances entraîné par Alain de Royer Dupré et propriété de Son Altesse Aga Khan aura marqué les esprits avec trois succès au niveau Groupe 1.

Après Inns of Court et Polydream, la France a vu un nouveau joyau stopper sa carrière. Vazirabad, véritable champion des courses longue distance (2.500m et plus), ne courra plus. Plus d’un an après un combat terrible dans la Gold Cup d’Ascot face au monstre Stradivarius, le fils de Manduro n’a jamais revu un hippodrome. Le combat anglais disputé sur un terrain sec le 21 juin 2018 a eu raison de son intégrité physique. À sept ans, le hongre aux quinze victoires, dont trois Groupes 1, quatre Groupes 2 et trois Groupes 3, et six deuxièmes places en vingt-trois courses, se retire après réussi quatre belles années au plus haut niveau et amassé 2.750.000 euros de gains.

Triplé historique à Meydan

Pendant quelques mois, Vazirabad a détenu le titre honorifique de meilleur cheval de longues distances en Europe, fort de ses trois Groupes 1 remportés: le Prix Royal Oak en 2016 et 2017 et le Prix du Cadran en 2017. Cependant, le champion d’Alain de Royer Dupré a marqué les esprits sur l’hippodrome de Meydan, aux Émirats arabes unis, devenant, en mars 2018, le seul cheval à remporter à trois reprises la Dubaï Gold Cup. Même si cette course est «seulement» labellisée Groupe 2, inscrire son nom trois fois consécutivement à son palmarès relève de l’exploit. À chaque fois loin dans le parcours, il a été sublimé par son jockey, Christophe Soumillon, pour briller lors de la célèbre réunion de la Dubaï World Cup.

Une accélération dévastatrice 

Souvent hors course durant la majorité du parcours, Vazirabad avait cette faculté de passer «en mode champion» à l’entrée de la ligne droite d’arrivée. Il avait cette accélération des meilleurs, un peu hors du commun pour un Pur-sang adepte des longs parcours. Alain de Royer Dupré est revenu sur ce point au micro d’Equidia: «Je garderai en mémoire ses accélérations. Quand il s’enclenchait, en deux ou trois cents mètres, il allait plus vite que les autres.»

Pas de deuxième Cadran

Remis en route en juillet, Vazirabad a failli reprendre la compétition en août, voire début septembre pour le Prix Gladiateur qu’il a remporté à deux reprises. Mais un souci physique a succédé un autre. «Son tendon a été réparé», a déclaré Alain de Royer Dupré. «Mais une fêlure est apparue à un boulet. Ce n’est pas très grave mais quand on travaille d’un côté et que cela casse de l’autre, cela devient compliqué. Le Prince a pris la bonne décision. Ce cheval nous a tellement donné, il a été formidable, que nous nous devions de le respecter. Il faut lui donner une bonne retraite.»

La porte est désormais ouverte pour les stayers français. Toutefois, retrouver un champion de la trempe de Vazirabad ne sera pas tâche aisée dans les années à venir.

0
0