Eurosport

Pump Pump Palace, patron de la Riviera

Pump Pump Palace, patron de la Riviera

Le 13/02/2019 à 11:49

Dimanche dernier à Cagnes-sur-Mer, Pump Pump Palace n’a laissé aucune chance à ses adversaires dans le Grand Prix de la Riviera. Dans l’autre course majeure, le Prix de la Californie, l’anglaise Barys a dominé Pizzicato et Walhaan, pourtant très en vues.

C’est un Pump Pump Palace record! À l’issue du parcours des 2.000m de la piste en sable fibré, on n’aura vu que du rose et bleu, les couleurs de la casaque de Pump Pump Palace, entraîné par Jean-Pierre Gauvin. Troisième de cette même course l’an passé, le fils de King’s Best et Pump Pump Girl a enfin inscrit son nom au palmarès de la Listed cagnoise. La plus belle victoire de sa carrière.

Accélération dévastatrice

Facile vainqueur de la course dite préparatoire il y a deux semaines, le Pur-sang de six ans entraîné dans le Centre-Est portait sur ses épaules le poids du statut de cheval à battre, logiquement propulsé favori par les parieurs. Dans cette Riviera dense, avec seize partants, et ouverte, avec une petite dizaine de prétendants à la victoire, Pump Pump Palace a comme à son habitude patienté au sein du peloton, profitant d’un train très soutenu – le record de l’épreuve a été pulvérisé. Dans les trois cents derniers mètres de course, tout s’est ouvert «comme dans un rêve». Le petit champion de n’a plus eu qu’à placer sa terrible pointe de vitesse et passer le peloton en revue.

Joie légitime

Après plusieurs places d’honneur dans les gros handicaps parisien et quelques Listeds, Pump Pump Palace a signé là le plus beau succès de sa carrière. Son entraîneur, Jean-Pierre Gauvin, était aux anges au micro d’Equidia: «Nous craignions le numéro dans les stalles (15 sur 16, ndlr), mais il adore ce genre de courses rythmées. Quand il vient sur les autres, il fait preuve d’un vrai changement de vitesse. Il a franchi un cap, il est meilleur que jamais! Maintenant nous allons regarder les Listeds sur 2.000m, même si ça sera plus dur.»

Barys file à l’anglaise!

Comme chaque année, le Prix de la Californie, labellisé Listed, a réuni un lot de qualité. Respectivement entraînés par Didier Guillemin et Jean-Claude Rouget, Isalys et Trouville avaient les faveurs des pronostics, mais c’est Barys, pouliche venue d’Angleterre, qui a raflé la mise. Mal partie, elle a été obligée de produire un vrai effort afin de se placer en tête de peloton. «Dure comme une anglaise», l’élève d’Archie Watson est repartie dans la dernière ligne droite malgré quelques attaques. Elle a succédé au palmarès à Barkaa (Fabrice Vermeulen), qui avait ensuite remporté le Prix Vanteaux (Gr.3) et terminé cinquième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr.1).

0
0