De nouveaux records ont été atteints lors de la première étape de la compétition du 12 novembre, à Majorque, et les données remarquables de fréquence cardiaque et de puissance révèlent la véritable exigence de ce sport. Pendant le premier tour du keirin, les chiffres de l'Allemande Pauline Grabosch, quadruple championne du monde UCI, ont monté en flèche jusqu’à dépasser son rythme cardiaque record de 198 bpm pour s’élever à 200 bpm. Malheureusement, ces gros efforts ne l’ont classé que quatrième et n'ont pas suffi à la faire passer à la phase suivante.
Lors de cette étape, l'Américain Gavin Hoover a terminé 15e du scratch et a aussi ressenti la pression du sport. Mais il s'est racheté dans la course à l’élimination, dont il est le champion en titre depuis son sacre, l'année dernière, à la première édition de l'UCI Track Champions League. Il s'y est donné à fond et a repoussé ses limites, montant jusqu’à 188 bpm, son maximum étant de 190 bpm. Bien qu’ayant fait de son mieux, il a tout compte fait obtenu la deuxième place et s’est incliné devant le Canadien Mathias Guillemette.
À Berlin, la deuxième étape du 19 novembre s’est révélée tout aussi palpitante, avec encore plus de records battus. La championne olympique Kelsey Mitchell détenait un record de puissance de 1500 watts jusqu'à la demi-finale du sprint de Berlin, où elle a atteint les 1525 watts ! Une puissance de 1346 watts a suffi à la star canadienne pour décrocher la première place dans le keirin, mais elle a été dépassée dans le sprint par la Française Mathilde Gros, qui a également établi un nouveau record personnel de 204 bpm. Les données des deux femmes montrent toute l'énergie, la force et les efforts physiques que demande vraiment ce sport.
UCI Track Champions League
Gros : "Je suis allée au bout du bout"
HIER À 08:33
Matthijs Büchli a relevé l'immense défi de se transformer en cycliste d’endurance après avoir été un sprinteur d'exception, qui plus est contre l’élite mondiale. Durant l'épreuve éliminatoire, il a fait preuve de sa puissance brute, montant jusqu’à 1385 watts et surpassant les chiffres de ses rivaux (par comparaison, la puissance maximale de Scartezzini a été de 1186 watts). Bien que le Néerlandais ait fait bonne figure, il n'a pas pu tenir le rythme des six meilleurs cyclistes d'endurance de la compétition. Sa fréquence cardiaque maximale de 186 bpm était loin de son record de 201 bpm, et cette variation de battements par minute reflète la différence d’efforts physiques demandés entre les deux courses.
Pour en savoir plus sur l’UCI Track Champions League, suivez ce lien
UCI Track Champions League
La palette - "Peut-être un moment de panique" : Comment Lavreysen s’est fait avoir par Richardson
HIER À 01:25
UCI Track Champions League
Feu d’artifice à Londres : le résumé de la dernière étape
04/12/2022 À 00:53