Imago

Valgren et Astana ont encore eu tout bon pour rafler l'Amstel Gold Race sous le nez des favoris

Valgren, comme un grand

Le 15/04/2018 à 17:23Mis à jour Le 15/04/2018 à 18:33

Michael Valgren poursuit son superbe début de saison. Déjà vainqueur du Het Nieuwsblad et 4e du Tour des Flandres, le Danois s'est offert dimanche la plus belle victoire de sa carrière en remportant l'Amstel Gold Race. Le coureur d'Astana s'est imposé devant deux anciens vainqueurs, Roman Kreuziger et Enrico Gasparotto. Peter Sagan, Alejandro Valverde et Julian Alaphilippe terminent 4e, 5e et 7e.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Astana et Michael Valgren ont refait le coup du Het Nieuwsblad ! Le Danois de 26 ans a parfaitement exploité la présence de son coéquipier Jakob Fuglsang ce dimanche, dans un groupe de tête où figuraient notamment Alejandro Valverde, Peter Sagan et Julian Alaphilippe, pour placer une attaque décisive dans le final de la 53e édition de l'Amstel Gold Race. Sorti à 2 kilomètres de l'arrivée avec Romain Kreuziger, il a réglé le Tchèque de la Mitchelton-Scott au sprint, pour lever les bras à Valkenburg.

Sagan encore marqué à la culotte

L'Amstel Gold Race n'est plus une "course de côte" et cela rend la classique néerlandaise d'autant plus indécise. L'an II de la désacralisation du Cauberg l'a confirmé. Preuve en est : dans les vingt dernières bornes de la course, le groupe de tête était composé d'outsiders qui avaient anticipé (Roman Kreuziger et Enrico Gasparotto), de favoris patients (Peter Sagan, Alejandro Valverde, Julian Alaphilippe, Michael Valgren) et d'échappés de la première heure (Preben Van Hecke, Oscar Riesebeek etc.).

Ce groupe hétérogène s'est formé au moment où les cadors sont sortis de leur boîte, dans le Geulhemmerberg, à 12 kilomètres du but, instant où Michal Kwiatkowski, Vincenzo Nibali et Philippe Gilbert, notamment, ont rendu les armes. Quelques hectomètres plus tard, le Bemelerberg a sonné le glas des espoirs des fuyards matinaux et Sagan s'est retrouvé dans une situation qu'il connaît si bien et qu'il apprécie si peu… avec une énorme pancarte dans le dos.

Fuglsang allume une première mèche, Valgren fait sauter la banque

La formation Astana a alors manœuvré de main de maître. Parmi les huit costauds encore en mesure de disputer la victoire, elle était seule à compter deux hommes. Jakob Fuglsang a plusieurs fois obligé Sagan et Valverde à rouler, puis Valgren s'est échappé à deux bornes de la ligne, en deux temps, profitant du manque de fraîcheur du triple champion du monde en titre, vers qui tous les regards se tournaient à l'approche du dénouement.

Au contraire d'Alaphilippe (7e) de Valverde (5e) et donc de Sagan (4e), Kreuziger et Gasparotto ont réagi. Le premier immédiatement, le deuxième dans un second temps et sans jamais revenir sur le duo de tête dans le dernier kilomètre. Valgren, déjà vainqueur du Het Nieuwsblad cette année après, déjà, une belle course d'équipe, n'a fait qu'une bouchée du grimpeur de la Mitchelton-Scott au sprint pour remporter une course qu'il avait achevée à la deuxième place en 2016. Sur le podium, deux anciens vainqueurs l'accompagnent. Comme un pied de nez au changement de parcours d'une épreuve qui, bien que dorénavant insoumise à un redondant scénario, convient toujours aux mêmes hommes.

Vidéo - Face à un Sagan isolé, Valgren a été le plus malin dans le final : sa victoire en vidéo

02:23
0
0