Getty Images

Clasica San Sebastian : Uran, Landa, Barguil, Yates : la course aura un goût de Tour de France

Uran, Barguil, Yates et Landa en quête de sacre : la Clasica aura un goût de Tour de France
Par AFP

Le 28/07/2017 à 22:29Mis à jour Le 29/07/2017 à 15:57

CLASICA SAN SEBASTIAN - Première grande course post Tour de France prévue au calendrier, la Classique de Saint-Sébastien va mettre aux prises, samedi au Pays basque, plusieurs protagonistes de la Grande Boucle : Rigoberto Uran, Mikel Landa, Warren Barguil et Simon Yates. Ces quatres hommes font partie de la large liste de favoris à la succession de Bauke Mollema.

La Clasica San Sebastian aura un arrière-goût de Grande Boucle. Une semaine après la fin du Tour de France, remporté par le Britannique Christopher Froome (Sky), les acteurs majeurs de la course vont se retrouver samedi au Pays Basque pour se disputer la victoire lors de la mythique "Donostia Klasikoa".

Le Colombien Rigoberto Uran (Cannondale) va lui tenter de remporter le titre qui lui a échappé au Tour de France qu'il a terminé à la deuxième place. Le coureur de 30 ans de la Cannondale Drapac sera épaulé par Andrew Talansky et Simon Clarke dans sa quête de victoire sur ce tracé escarpé de 231 kilomètres.

Barguil, Landa, Yates et Van Avermaet en outsiders, Pinot reprend la compétition

L'Espagnol Mikel Landa, 27 ans, lieutenant de Froome lors du Tour, mènera cette fois l'équipe Sky sur ses terres, le Britannique Simon Yates (Orica-Scott, 24 ans) et le Français Warren Barguil (Sunweb, 25 ans) tenteront eux aussi de succéder au Néerlandais Bauke Mollema, vainqueur de l'édition précédente.

Parmi les prétendants au titre, le vétéran Philippe Gilbert (35 ans), déjà titré en 2011, mènera l'équipe Quick-Step après le forfait de l'Irlandais Dan Martin qui a terminé le Tour de France avec deux petites fractures aux vertèbres. Le 6e de la dernière Grande Boucle doit observer un repos de trois semaines.

L'autre Belge Greg Van Avermaet (BMC, 32 ans), le jeune Colombien Miguel Angel Lopez (Astana, 23 ans), les Français Tony Gallopin (Lotto Soudal, 29 ans) et Thibaut Pinot (FDJ, 27 ans) vont également compter parmi les candidats à la victoire finale. Contraint à l'abandon lors de la dernière semaine du Tour, le coureur de la FDJ effectuera son retour à la compétition.

Warren Barguil au sommet de l'Izoard

Warren Barguil au sommet de l'IzoardGetty Images

Le Jaizkibel va faire mal aux jambes

Barguil, meilleur grimpeur du Tour, et ses rivaux auront cette fois à gravir - deux fois - une difficulté de première catégorie, le Jaizkibel. Quatre montées de deuxième catégorie sont également prévues : Iturburu, une double montée de l'Arkale et Murgil Tontorra. Cette dernière montée, avec un dénivelé moyen de 9% sur 2,5 kilomètres et jusqu'à 22%, sera un lieu privilégié pour les attaques à 16 kilomètres de la ligne d'arrivée.

Les sprinteurs auront également droit à trois sprints intermédiaires, les mêmes que l'année précédente : le Paseo Colon à Irun - deux fois - et Oiartzun.

Une der' à domicile pour Zubeldia

Haimar Zubeldia, pourtant loin d'être candidat à la victoire, portera le dossard numéro 1, qui lui a été cédé par Mollema, son coéquipier de Trek et tenant du titre, en guise d'hommage. À 40 ans, Zubeldia va tirer sa révérence sur ses terres, prenant sa retraite sportive après 20 ans de professionnalisme et 29 grands tours au compteur.

"Je me sens privilégié de pouvoir arrêter ainsi, en choisissant moi-même l'endroit et le moment. (...) Pour moi c'est une route très spéciale, parce qu'elle passe devant chez moi et je la suis depuis l'enfance", a-t-il déclaré.

0
0